Me présenter…

 

 

 

Plusieurs d’entre vous, membres de la paroisse unie Saint-Jean, me connaissaient déjà et parfois depuis de nombreuses années. Mais bon, en tant que votre nouveau pasteur, je me permets de prendre quelques minutes pour me présenter.

 

Je suis né dans une famille protestante d’origine française. Mes parents ont émigré ici en 1952, mon père pour devenir pasteur dans l’Église Unie du Canada, tout d’abord à Namur puis à l’église Béthanie dans le quartier Verdun, et ma mère, pour élever toute sa famille tout en exerçant sa profession d’enseignante de Français langue seconde.

 

Après des études en psychologie, en Études françaises, en praxéologie pastorale et en théologie (Maîtrise à l’Université McGill), j’ai été consacré pasteur dans l’Église Unie du Canada en juin 1991 par le Synode Montréal et Ottawa. Au tout début de mon processus menant à la consécration, j’avais été un candidat au ministère appuyé par la paroisse Saint-Jean et son pasteur d’alors Charles Odier; je me souviens du plaisir que j’y avais de chanter dans la chorale ! Toujours au cours de ce processus, j’ai fait un premier stage en pastorale clinique à l’hôpital Notre-Dame et un deuxième à l’église de Granby sous la supervision de Burn Purdon. Après ma consécration, j’ai a travaillé quelques temps pour la charge pastorale d’Escuminac dans le Consistoire Miramichi du Synode des Maritimes avant de revenir à Montréal où j’ai travaillé deux ans dans une équipe pastorale à la paroisse St-James.

 

Pendant mes études j’avais répondu à l’invitation d’aider à l’animation des camps d’été, notamment à Richmond et au Parc de la Vérendrye.

 

Après avoir pendant un bref moment assuré les responsabilités de personne-ressource au Comité Dialogue-Québec du Synode Montréal-Ottawa, j’ai occupé, pendant 15 ans, le poste de responsable des Communications publiques en français pour l’Église unie au sein de l’Unité des ministères en français (UMIF) de même que celui de rédacteur en chef du mensuel francophone de l’Église unie Aujourd'hui Credo. Mon travail journalistique a été récompensé par plusieurs prix d’excellence (Radio Ville-Marie, Association canadienne des périodiques catholiques, Canadian Church Press). J’ai aussi eu, durant ces années, le privilège de participer au Forum mondial de communicateur chrétiens à Chicago, de faire un stage à la radio de Radio-Canada et un autre de formation en communications au Conseil œcuménique des Églises (COE) à Genève. Ces fonctions m’ont aussi amené à participé à l’Exécutif du Conseil général, à être membre du Groupe national des communications de l’Église unie, ainsi que d’un Groupe de travail national sur l’interculturalité.

 

Après avoir quitté ce poste, j’ai travaillé un temps comme pasteur à Granby, puis comme représentant régional pour la Société biblique canadienne, rédacteur-en-chef de la revue Œcuménisme du Centre canadien d’œcuménisme, et enfin aumônier de prison. Depuis mars 2013, je suis pasteur à temps-partiel à la paroisse Drummondville-Mauricie.

 

Après avoir été secrétaire-exécutif du Consistoire Laurentien durant deux ans, j’ai été installé, en 2010, comme président du Synode Montréal et Ottawa. C’était la première fois en 29 ans que le synode M & O élisait un francophone à ce poste. À mon implication dans les structures du Synode, il me faut ajouter une participation au Comités des Communications, de Mission et Service, et des entrevues. À celle au Consistoire Laurentien, j’ajouterai mes fonctions de responsable du Vélotour pendant dix ans, de représentant au ROJEP (Réseau œcuménique justice écologie paix), et au Conseil d’administration du centre de méditation UNITAS; je m’occupe aussi du Comité des Chemins protestants, émission hebdomadaire sur les ondes des RVM. Enfin, je suis superviseur qualifié.

 

Mes divers postes dans l’Église unie m’ont permis de participer à de nombreux événements internationaux : voyages œcuméniques en Haïti et aux Philippines, stage d’étude au Mexique, participation au IIe Rassemblement des Églises d’Europe à Graz en Autriche, voyage de dialogue interreligieux en Palestine-Israël, participation aux Forums mondiaux sociaux ainsi qu’aux Forums de théologie et libération de 2005 et de 2009 au Brésil, Forum des peuples à Ottawa, colloque international sur l’écothéologie à Vancouver, et finalement participation en tant que journaliste à la Huitième Assemblée générale du COE en 2007 à Porto Alegre au Brésil. J’ai aussi pris une part active aux Conseils généraux de l’Église unie de Fredericton (1990), London (1992), Wolfville (2003), Thunder Bay (2006) et Kelowna (2009).

 

Une de mes contributions à l’Église dont je suis le plus fier est la traduction de chants et de liturgies tant à partir de l’anglais que de l’espagnol. J’ai aussi écrit une soixantaine de chants, grâce à ma formation en musique, et de prières liturgiques.

 

Et je me préoccupe évidemment beaucoup des questions d’écologie. Ainsi, j’ai écrit ou co-écrit quatre livres sur le sujet des liens entre la foi et l’action pour la sauvegarde de l’environnement. Je fais partie de la Coalition Climat-Montréal dont le but est de faire de Montréal une ville carboneutre.

 

Je suis marié à Élisabeth Garant, directrice du Centre Justice et foi, et je m’en voudrais de ne pas souligner l’impact inestimable qu’elle a sur ma vie et sur mon ministère. Je suis le père de trois filles (Marie-Ève, Mirjam et Sarah) et d’un fils (Matthieu) et l’heureux (très heureux) grand-père de cinq petits-enfants (Romane, Tom, Noémie, Léa et Chloé).

 

David Fines