29 novembre

Avent 1

Ami des humains

 

Ami des [êtres humains], Sauveur béni, loué, exalté !

Refuge solide, abri sûr,

Bonté qui exclut toute méchanceté

Toi qui pardonnes le péché et qui guéris toute blessure,

Toi qui peux réaliser l’impossible et qui atteins l’inaccessible,

Je te loue, Seigneur.

 

Ô Route de Vie,

Toi qui es le premier guide dans la Voie de l’Amour

Toi qui me conduis avec douceur dans ma marche vers la Lumière

Toi qui me donnes confiance et ne m’abandonnes pas dans mes chutes,

Je te loue, Seigneur.

 

Libérateur désintéressé,

Toi qui ne livres jamais quelqu’un au péril de sa damnation,

Toi qui donnes pleinement le Salut sans attendre de retour,

Toi qui enrichis de Ta gloire la poussière que je suis,

Je te loue, Seigneur.

 

Clarté sans ombre,

Toi qui m’enveloppes et me couvres dans ma misère,

Toi qui m’illumines des rayons de Ta grandeur infinie,

Toi qui me rends glorieux à nouveau en Ta Lumière,

Toi qui me renouvelles et me rends ma beauté première,

Je te loue, Seigneur.

 

Remède infaillible de Vie,

Toi qui es capable de réparer les fautes du captif que je suis,

Toi qui te révèles Sauveur à ceux qui te supplient,

Donne nous d’avoir part à Ta joie infinie,

Recréés dans une pureté nouvelle pour reproduire ton Image inaltérable

Toi qui as tout créé

Toi qui règnes sur tout,

Et par qui tout existe,

A Toi la gloire, dans les siècles des siècles,

Amen

Grégoire de Narek

ou Grigor Narekatsi, moine, poète mystique et compositeur d’Arménie

né entre 945 et 951, et mort en 1003 ou vers 1010

 

 

 

 

 

22 novembre

 

Prière en rouge et or

 

Merci Dieu.e pour nos pupilles qui s’agrandissent devant la splendeur de l’automne,

feu d’artifice en plein jour.

Par contre, rappelle-nous que des regards s’embuent

lorsque la nuit s’abat de plus en plus tôt.

Que nos pensées voguent vers celles et ceux qui vivent déjà au cœur des ténèbres,

qui se demandent quand la lumière surgira enfin au bout du tunnel...

 

Merci Dieu.e pour tout ce grenat qui s’étale à nos pieds,

ce rouge souvent symbole de l’amour.

Mais guide-nous vers ces êtres qui jamais n’entendent un « Je t’aime »,

à qui rarement s’adresse un simple « Comment ça va ? »,

qui ne reçoivent que des sourires qui n’ont rien d’exclusif...

 

Merci Dieu.e pour tout ce jaune qui nous enchante,

cet or que constitue le soleil lorsqu’il nous habille,

cette chaleur dont on se languira dans quelques semaines à peine.

Conduis-nous toutefois auprès de ces personnes pour qui le mot « chez-moi » s’avère une utopie,

ces femmes et ces hommes qui ne connaîtront pas le bonheur

d’être en contemplation devant un feu de foyer,

d’avoir la fumée d’une tasse de cacao qui chatouille le visage,

de porter un tricot qui enlace les épaules, 

tout cela lorsque tombera la toute première neige...

 

Merci Dieu.e pour ces quelques touches d’émeraude parmi tous ces rubis et ces topazes,

ne dit-on pas que le vert est synonyme d’espoir

alors Dieu.e, ma Mère et mon Père, je t’en prie

laisse-moi jouir de ce trésor que représente l’espoir, 

cela pour toute ma vie...

Amen 

Martine Lacroix

Église unie Saint-Jean

 

 

 

 

 

 

15 novembre

 

Credo

Nous ne sommes pas seuls,

nous vivons dans le monde qui appartient à Dieu.

 

Nous croyons qu’il fait le monde pour le bonheur et pour la vie;

malgré les limites de notre raison et les révoltes de notre cœur,

nous croyons en Dieu.

 

Nous croyons qu’il travaille en nous par son Esprit

pour nous apporter la réconciliation et le renouveau;

nous avons confiance en lui.

 

Il nous appelle à nous rassembler :

pour célébrer sa présence, pour aimer et servir les autres,

pour rechercher ce qui est juste et résister au mal.

 

Nous proclamons le Royaume de Dieu,

dans la vie, dans la mort, dans la vie après la mort,

il est avec nous. Nous ne sommes pas seuls.

 

Nous croyons en Dieu.

Église protestante unie de l’Étoile (Paris)

 

 

 

 

 

 

8 novembre

 

Deux prières de Martin Luther

« Seigneur, je ne suis pas digne que tu viennes chez moi, mais je désire fortement ton aide et ta grâce afin d’avancer dans la justice. Je viens à ta table puisque tu m’y invites. À moi qui en suis indigne, tu as promis le pardon de mes fautes. Amen. »

 

« Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à Tes yeux. Fais que nous soyons ainsi portés à pardonner plutôt qu’à frapper, à prendre en pitié plutôt qu’en haine. Aide-nous à supporter en souriant le mal qu’on nous fait ; chasse de nous tout désir de revanche. Accorde-nous de ne pas rendre coup pour coup, mais de trouver notre joie dans Ta volonté qui nous envoie ces épreuves, en sorte que nous soyons portés à Te remercier et à Te louer. Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à tes yeux. Fais que nous soyons ainsi portés à pardonner plutôt qu’à frapper, à prendre en pitié plutôt qu’en haine. Amen. » 

Martin Luther (1483-1546) 

 

 

 

 

1er novembre

Célébration de la Réformation

 

La prière du cœur

« Tu lui as donné ce qu’il désirait,

tu n’as pas refusé ce qu’il demandait. »

(Psaumes 21,3)

Méditation

On peut parler de deux sortes de prières : la prière du cœur et la prière de la bouche. La première exprime les désirs profonds du cœur et la seconde énonce la volonté des lèvres. Quand la bouche formule une prière, les mots prononcés peuvent être ceux d’une prière authentique et montrer ce que souhaite la personne qui prie. L’auteur du psaume nous indique que la prière des lèvres est sans objet et sans efficacité si elle ne correspond pas aux désirs réels du cœur. Qu’y a-t-il en effet de plus attachant et de plus vivant qu’une volonté éclairée par l’amour. Je me demande si l’on peut trouver ailleurs dans l’écriture les expressions que David emploie ici, et qui mettent bien les choses à leur place : la volonté du cœur doit s’exprimer en premier ; autrement, les paroles de la bouche sont dénuées de sens. C’est cela que l’apôtre Paul écrit aux chrétiens de Corinthe : « Je prierai avec mon esprit et aussi avec mon intelligence. »

 

Prière

Dieu tout-puissant, dans ton amour infini, Tu nous as accueillis, Tu nous as guidés et instruits. Et nous savons et croyons que c’est par les seuls mérites de Ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, que nous pouvons nous tourner vers Toi et t’appeler notre Père. Amen.

Martin Luther

 

 

 

 

 

 

25 octobre

 

Prière

Viens vite à mon secours, ô Dieu ! 

Tant d’autres s’acharnent à détruire. Ton aide ne ressemble pas à celle des hommes, car tu n’es pas le Père des riches, mais des pauvres et des personnes isolées. Tu as renvoyé les riches les mains vides. Seigneur, mon Sauveur, fais que je ne recherche pas mon salut ou l’aide dont j’ai besoin en moi-même ou chez les autres, mais en toi seul.

Tiré de « 52 méditations et prières de Martin Luther »

 

 

 

 

 

18 octobre

 

J’ose croire au rêve de Dieu

 

Je crois en Dieu qui est Mère et Père de tous les humains
et qui leur a confié la terre.

Je crois en Jésus-Christ qui est venu pour nous encourager
et pour nous guérir, pour nous délivrer des puissances,
et pour annoncer la paix de Dieu avec l’humanité.
Il s’est livré pour le monde.
Il est au milieu de nous, le Seigneur vivant.

Je crois en l’Esprit de Dieu,
qui travaille en toute personne de bonne volonté.

Je crois en l’Église,
donnée comme un signe pour toutes les nations,
armée de la force de l’Esprit,
et envoyée pour servir les êtres humains.

Je crois que Dieu, à la fin, brisera la puissance du péché en nous et en tout être humain.
Je crois que l’humanité vivra de la vie de Dieu pour toujours.

Je ne crois pas au droit du plus fort, au langage des armes, à la puissance des puissants.

Je veux croire aux droits de la personne, à la main ouverte, à la puissance des non-violents.

Je ne crois pas à la race ou à la richesse, aux privilèges, à l’ordre établi.

Je veux croire que tous les êtres humains sont des personnes, et que l’ordre de la force et de l’injustice est un désordre.

Je ne croirai pas que je n’aie pas à m’occuper
de ce qui arrive loin d’ici.

Je veux croire que le monde entier est ma maison,
et que tous moissonnent ce que tous ont semé.

Je ne croirai pas que je puisse là-bas combattre l’oppression, si je tolère ici l’injustice.

Je veux croire que le droit est un,
ici et là, et que je ne suis pas libre
tant qu’un seul homme est esclave.

Je ne croirai pas que la guerre et la faim soient inévitables, et la paix inaccessible.

Je veux croire à l’action modeste, à l’amour aux mains nues et à la paix sur terre.

Je ne croirai pas que toute peine est vaine.
Je ne croirai pas que le rêve de l’être humain restera un rêve
et que la mort sera la fin.

Mais j’ose croire, toujours et malgré tout, à l’humanité nouvelle.
J’ose croire au rêve de Dieu même:
un ciel nouveau, une terre nouvelle où la justice habitera.

Que le soufflé de Dieu garde nos cœurs dans la solidarité avec les hommes et les femmes du monde.

Dom Elder Camara

 

 

 

 

 

11 octobre 

Lundi de l’Action de grâces

 

Une immense action de grâces

 

Apprends-moi Seigneur à dire merci,

sans réserve et sans arrêt, jusqu’à mon dernier soupir.

Merci pour le pain, le vent, la terre et l'eau,

merci pour la musique et pour le silence,

merci pour le miracle de chaque nouveau jour,

merci pour les gestes et les mots de la tendresse,

merci pour l’attention et les délicatesses,

merci pour les rires et pour les sourires.

Merci pour tout ce qui m’aide à vivre, malgré les révoltes et les échecs.

Merci pour tous ceux que j'aime et qui m'aiment.

Et que ces mille mercis se transforment en une immense action de grâce

quand je me tourne vers toi, 

la source de toute grâce et le rocher de ma vie.

 

Dieu bon et miséricordieux.

que ton nom soit béni à jamais.

 

Jean-Pierre Dubois-Dumée

Ancien président de l'Office catholique français de radio-télévision

 

 

 

 

 

 

4 octobre

 

Notre Père, qui es aux cieux,

…Tu es la puissance créatrice des mondes; Tu es le souffle même de la vie, ardent et venu de loin;

que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

…magnifié et sanctifié soit Ton grand nom dans le monde que Tu as crée selon Ta volonté; Tu es à l’origine de la destinée universelle; Tu es la germination de la lumière dans la matière et dans les créatures, sur cette terre et ailleurs; Tu es l’incarnation progressive de l’esprit dans toute la création et à travers moi; Ton Royaume advient dès maintenant lorsqu’en acceptant ta grâce, le royaume ici-bas me rend manifeste et visible le royaume céleste;

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

…que ce jour, que chaque jour me garde dans le désir de densité, d’unité et de transparence; que ce jour comme chaque jour me donne de la conscience élargie; que je conserve chaque jour, fût-ce en des instants brefs, l’allégresse d’exister; et permets-moi d’assurer ma subsistance;

Pardonne-nous nos offenses,

…car je m’en remets totalement à Ton océan de puissance où je plonge; qu’il me lave et me porte; que tous les moments de l’existence, de si loin les plus nombreux, où je suis dans l’opacité, la dispersion, la mécanique, la bête, que tous ces moments soient effacés; que cette prière fasse comme s’ils n’avaient pas été;

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

…aide-moi à oublier les dettes d’autrui afin que mes propres dettes puissent être relevées; que tout ce qui m’est ennemi dans le monde et dans les êtres, repose dans la paix où je suis;

Et ne nous laisse pas tomber dans la tentation mais délivre-nous du Mal.

…préserve-nous du péché, de la tentation et du Mal; épargne-nous de les connaître, mais si cela survient, donne-nous la force de lutter;

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.

…et que Ta force réside en moi.

Amen.

Ainsi soit-il.

Une version du Notre Père avec ajout des propos personnels 

de Louis Pauwels et Donald Spoto 

tirés de leurs ouvrages L’apprentissage de la sérénité 

et Un inconnu nommé Jésus

 

 

 

 

27 septembre

Dieu maternel, tu m’as fait naître

 

Dieu maternel, 

tu m'as fait naître au clair matin de ce monde. 

Créateur, source de tout ce qui respire, tu es ma pluie, mon vent, mon soleil. 

 

Christ maternel, tu as pris ma condition, 

m'offrant pour ma paix ton corps même, 

nourriture de lumière, 

pain de vie nouvelle et vin d'amour. 

 

Esprit maternel qui me nourris, 

tiens-moi ferme dans les bras de ta patience, 

afin que je m'enracine dans la foi 

et que je grandisse jusqu'à ce que j'éclose,

jusqu'à ce que je connaisse. 

Julienne de Norwich

Mystique anglaise du 14e siècle

 

 

 

 

 

 

20 septembre

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte

 

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte,

Et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes

Avec toutes personnes.

Dites doucement et clairement votre vérité.

Écoutez les autres, même les simples d’esprit et les ignorants :

Ils ont aussi leur histoire.

Évitez les individus bruyants et agressifs,

Ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne :

Il y a toujours des plus petits et des plus grands que vous.

Soyez vous-même !

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements.

N’affectez pas l’amitié. Ne soyez pas non plus cyniques en amour,

Car il est, en face de tout désenchantement, aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années

En renonçant avec grâce à votre jeunesse.

Fortifiez une puissance d’esprit

Pour vous protéger en cas de malheur soudain.

Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères :

De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même,

Vous êtes un enfant de l’univers,

Pas moins que les arbres et les étoiles, vous avez le droit d’être ici.

Et qu’il vous soit clair ou non,

L’univers se déroule sans doute comme il le doit.

Quels que soient vos travaux et vos rêves,

Gardez, dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre cœur.

Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.

Tâchez d’être heureux…

Auteur inconnu, 1692

Texte retrouvé à Baltimore

 

 

 

 

13 septembre

Prière en réponse à l'urgence climatique 

 

Ô toi Créateur si bon si bienveillant, 

Toi qui as fait et qui fais toutes choses en merveilleux équilibre 

soleil et lune, 

terre et mer, 

feu et glace 

pour toute que la Création ne soit qu’harmonie. 

 

Nous déplorons que notre cupidité ait perturbé cet équilibre. 

L’urgence climatique menacent la vie même sur notre planète.

 

Les sécheresses et les inondations, 

la chaleur extrême et les tempêtes de verglas, 

l’érosion côtière et l’élévation du niveau de la mer 

sont de plus en plus la norme. 

 

Pour que notre climat change, nous devrons nous-mêmes changer. 

Nous devons nous-mêmes devenir une nouvelle humanité. 

 

Dieu créateur, si bon, si bienveillant, 

ouvre nos yeux - pour que nous puissions voir les beautés de la création, 

ouvre nos oreilles - pour que nous puissions entendre les voix des prophètes d’aujourd’hui nous dire la vérité, 

ouvre nos bras - pour que nous puissions embrasser nos frères et sœurs en humanité, 

ouvre nos mains - pour que nous puissions faire œuvre utile au milieu du monde, 

ouvre nos cœurs - pour que nous sachions être des instruments de ton amour dans le monde. ouvre davantage nos consciences et celles de nos dirigeants pour que nous réalisions l’urgence d’agir efficacement dès maintenant. 

Merci Seigneur d’être au cœur de nos actions pour garder intact le Jardin du monde. 

Prière avant le Sommet des Nations Unies sur l’action pour le climat 

et les élections fédérales au Canada 

Les Constellations canadiennes de l’UISG 

(Union internationale des supérieures générales des communautés religieuses) 

Septembre 2019

 

 

 

 

6 septembre 

Fête du Travail

Seigneur, je te rends grâce de m’avoir créé actif
et serviteur dans ta création.
Je te rends grâce pour le labeur des femmes
et des hommes qui, jour après jour,
produisent les services et les biens nécessaires à la vie.

 Je te rends grâce pour les relations et les liens
que le travail permet de tisser,
pour la participation à une œuvre commune,
qui transforme et humanise le monde,
pour les richesses qu’il permet de produire et de partager.

 Garde-moi de faire du travail une idole ou une drogue,
de me laisser emporter par les sirènes du profit et du pouvoir.
Je te prie pour les femmes et les hommes sans emploi,
ou qui souffrent de leurs conditions de travail.
Donne-moi les forces nécessaires pour m’engager avec d’autres,
dans les défis que posent l’économie, la justice sociale
et l’urgence écologique.

 Dans l’espérance et la joie du monde qui vient,
envoie-moi comme ouvrier dans ta production.

 Jean-Paul Hoppstäder
Extrait du livre Prières,
éditions Olivétan et Société Luthérienne, 2008

 

 

 

 

 

30 août

Choisir le temps

 

Seigneur, maître du temps,
fais que je sois toujours prêt à te donner

le temps que tu m’as donné.

 

Seigneur, maître du temps,

aide-moi à trouver chaque jour

le temps de te rencontrer et le temps d'écouter les autres,

le temps d’admirer et le temps de respirer,

le temps de me taire et le temps de m’arrêter,

le temps de sourire et le temps de remercier,

le temps de réfléchir et le temps de pardonner,

le temps d’aimer

et le temps de prier.

 

Seigneur, maître du temps,
je te donne toutes les heures de cette journée
et tous les jours de ma vie,

jusqu’au moment où j’aurai fini

mon temps sur la terre

Jean-Pierre Dubois-Dumée

Église Réformée de France

 

 

 

 

 

23 août

Révélations

 

Donne-moi, Seigneur Dieu, le vrai sens des mots,

la lumière de l’intelligence, et la foi en la vérité,

afin que ce que je crois, je sache le dire aux humains.

 

Ô Seigneur, c’est par la beauté que tu révèles ta grandeur.

Ô Seigneur, c’est à travers l’humain que tu révèles ton amour.

 

Seigneur, gonfle les voiles de ma foi 

pour que je puisse prêcher partout le nom de Dieu.

Seigneur, délie ma langue 

pour que je fasse honneur à ton saint nom.

Seigneur, éclaire mon esprit 

pour que je révèle à tous ceux qui l’ignorent

que tu es, toi, le Père du Fils unique de Dieu.

Prière de Saint Hilaire de Poitiers

4e siècle

 

 

 

 

 

16 août

Prière adressée à la Sagesse-en-Dieu 

 

Seigneur – Sagesse, Toi qui es la Sagesse de notre Dieu. 

Dieu d’Abraham et de Sara, d’Isaac et de Rébecca de Jacob et de Rachel 

Dieu des Prophétesses et des prophètes 

Dieu de Jésus de Nazareth. 

Et l’une de ses faces, féminine parfois; l’un de ses noms. 

 

Envoyée de l’intérieur de la vie de Dieu vers nous, chrétiennes et chrétiens,

Toi qui, en vis-vis, participas à la création du monde et à sa salutaire recréation 

Toi qui t’es manifestée par des formes créées, de mots et de chair, féminines et masculines 

Toi qui nous as parlé par la tradition de sagesse théologique biblique 

Toi qui nous dis aimer celles et ceux qui t’aiment, et plus encore, les précéder, 

venir à leur rencontre par les chemins. 

Toi qui dominas toute forme de pouvoir en Israël 

Toi qui t’es encore manifestée par celui qui t’a accueillie en lui, 

bien qu’ayant un corps d’homme, Jésus 

Toi qui participes de l’être du Christ par l’Esprit Saint, 

bien au-delà de toute vie particulière, genrée, sexuée, historicisée 

Toi qu’il a reconnue, en particulier par l’âme des femmes qui le suivirent 

et par la proximité de sa mère, Marie 

Toi qui ne cesses encore et encore de te distinguer des autres sagesses, 

religieuses et philosophiques, comme Paul nous l’avait déjà montré 

 

Aide-nous à te reconnaître au sein de la connaissance du Dieu des chrétiennes et des chrétiens Aide-nous à te distinguer des autres sagesses, si proches soient-elles 

Aide-nous à trouver ta mesure et ta dynamique, et à les poser dans nos existences chahutées Aide-nous à ne pas nous tromper et à recevoir en priorité ton énergie à choisir tes voies, 

à marcher sur tes pas, à garder tes portes. 

 

Dévoile les leurres qui sans cesse se présentent sur nos chemins 

par le monde ouvert dans lequel nous vivons aujourd’hui 

Aide-nous à garder un cœur fidèle, mais sans dureté. 

 

Viens avec nous, vivre aux côtés de celles et ceux que nous côtoyons, 

pour que tu les connaisses aussi. 

Amen 

Michèle Bolli, 

théologienne et auteure suisse

 

 

 

 

 

9 août

Journée internationale des peuples autochtones

Prière d’ouverture

 

Ô Grand Esprit,

dont le souffle donne vie au monde

et dont la voix s’écoute comme une douce brise,

nous avons besoin de ta force et de ta sagesse.

 

Que nous sachions toujours marcher vers la Beauté, 

et que nos yeux sachent contempler le rouge et violet du crépuscule.

Rends-nous sages afin de mieux comprendre

ce que tu nous enseignes chaque jour.

Aide-nous à apprendre les leçons que tu as cachées

dans chaque feuille et chaque pierre.

Aide-nous à toujours venir à toi

avec des mains nettes et des yeux brillants

Afin que lorsque la vie s’éteint, comme s’éteint le soir,

nos esprits se joignent au tien sans honte aucune.

Prière amérindienne des États-Unis

Traduction et adaptation David Fines

 

 

 

 

 

2 août

Souffle de Dieu

 

Je crois en l’Esprit Saint, Souffleur de Dieu,

Éclaireur de nos vies,

Désignant pour chacun-e la route à suivre,

Et aussi l’horizon.

 

Je crois en Jésus-Christ Sauveur, Signature de Dieu,

Lisible dans l’Évangile, par ses mots et ses gestes,

Et qui atteste, pour toute l’humanité, d’un pardon

Et d’une grâce à jamais ineffaçables.

 

Je crois en Dieu Créateur, Père et Mère de tous,

Dont le ciel et les étoiles chantent en silence

La puissance et la gloire.

 

Et je crois que l’Église sur la terre

Proclame avec joie l’espérance imprenable

Du Royaume qui vient.

Qu’elle s’engage à la suite du Christ,

Par ses mots et ses gestes,

Insuffisante et fragile mais solidaire des humains,

Infidèle mais aimée de Dieu.

Au service d’un monde qui ne l’attend pas,

Et de Dieu qui inlassablement la relève et l’attend.

 

Je crois que Dieu, pour le salut du monde,

Ne manque pas de Souffle,

Amen

D’après François Clavairoly 

Pasteur de France

 

 

 

 

 

26 juillet 

Confession de foi de Dietrich Bonhoeffer

 

Je crois que Dieu peut et veut faire naître le bien 

à partir de tout, même du mal extrême.

Aussi a-t-il besoin d’êtres humains pour lesquels 

« toutes choses concourent au bien ». (Rm 8,28)

 

Je crois que Dieu veut nous donner chaque fois 

que nous nous trouvons dans une situation difficile 

la force et la résistance dont nous avons besoin.

Mais il ne la donne pas d’avance, 

afin que nous ne comptions pas sur nous-mêmes, 

mais sur lui seul. 

Dans cette certitude, toute peur de l’avenir devrait être surmontée.

 

Je crois que nos fautes et nos erreurs ne sont pas vaines 

et qu’il n’est pas plus difficile à Dieu d’en venir à bout 

que de nos prétendues bonnes actions.

Je crois que Dieu n’est pas une fatalité hors du temps, 

mais qu’il attend nos prières sincères et nos actions responsables 

et qu’il y répond.

Dietrich Bonhoeffer

Pasteur, théologien et résistant au régime nazi

(1906-1945)

 

 

 

 

 

19 juillet

Credo de Dorothe Sölle 

 

Je crois en Dieu devant demeurer toujours comme il est. 

Il ne veut pas qu’il y ait, comme maintenant, des pauvres et des riches, des instruits et des ignorants, des exploitants et des exploités.

 

Je crois en Dieu qui désire la contestation et la transformation de tous les états de choses. 

 

Je crois en Jésus-Christ qui est venu travailler à cette contestation et à cette transformation, et qui y laissa sa vie. 

C’est à son échelle que je mesure les limites de notre intelligence, de nos efforts, et de l’asphyxie de notre imagination. 

Chaque jour, j’ai peur qu’il soit mort pour rien, parce qu’il est enfoui dans nos églises, parce que nous avons trahi sa révolution par crainte ou par égoïsme. 

 

Je crois en Jésus-Christ qui ressuscite dans notre vie pour que nous soyons libres à l’égard des préjugés et de l’orgueil, de la peur et de la haine, pour que nous poursuivions notre action en vue de son Règne. 

 

Je crois à l’Esprit qui est venu avec Jésus dans le monde, et qui doit nous mettre à notre tour en mouvement. 

 

Je crois à la communauté de tous les peuples et à notre responsabilité qui va devenir notre terre. Elle sera : ou bien une vallée de gémissements, de faim et de violence, ou bien la cité de Dieu. 

 

Je crois à la possibilité de construire une paix juste, de donner un sens à la vie de tous les hommes. Je crois à l’avenir de ce monde, qui est celui de Dieu. 

Dorothee Sölle

Théologienne, pacifiste et féministe allemande

(1929-2003)

 

 

 

 

 

 

12 juillet

Mon magnificat

 

Mon âme chante le Seigneur à tout instant 

car il fait pour moi des merveilles chaque jour. 

Il a déposé en moi une parcelle de son amour 

qui se déploie en source de joie. 

Il pose constamment sur moi des gestes de miséricorde : 

Il accepte mes oui, et reçoit mes non et mes incertitudes. 

Il renouvelle sans cesse ses appels 

et m’assure toujours de son soutien, de sa protection. 

 

Mon âme chante le Seigneur à tout instant 

parce qu’il prend soin des humbles, des enfants, des sans-logis. 

Sa Parole est source de vie pour ceux et celles qui ont faim et soif. 

Il relève de sa torpeur qui se fera écraser. 

Il reconstruit l’être de la femme violentée. 

Il marche avec qui cherche un sens à sa vie. 

Il renverse les lois pour faire valoir l’humain. 

Il accompagne les réfugiés, les demandeurs d’asile. 

Il sème l’amour, la tendresse, la paix à tout vent. 

 

Mon âme chante le Seigneur à tout instant 

parce que sa joie coule en moi comme une source pétillante, 

elle est comme un souffle de lui 

qui offre la saveur de la fête d’éternité. 

Celle-ci me donne le pouvoir de créer, 

de faire résonner le rire des enfants, comme au Jardin d’Eden. 

 

Mon âme chante le Seigneur à tout instant 

parce qu’il m’a donné de reconnaître son action dans le monde 

de ressentir la joie qui se dégage des lieux où il a posé sa main. 

Le son de sa musique inonde le monde 

et mon cœur aspire à prendre place dans ces harmonies. 

 

Mon âme chante le Seigneur à tout instant 

parce qu’il m’a donné la joie de pouvoir aimer 

et de ressentir à travers les liens qui m’unissent à tant de personnes 

un fleuve d’amour, de paix, de fraternité. 

 

Que chante mon âme encore pendant de longs jours ! 

Que mon chant, parce qu’il naît de lui, 

gagne le cœur de toute personne dont la vie est triste 

afin d’y apporter la joie de Dieu. 

Francine Vincent, Revue Appoint, juin 2019

 

 

 

 

 

 

 

5 juillet

La prière de l'espérance

 

Si l'espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur,

tu auras les yeux levés.

Alors tu pourras tenir jusqu’au soleil de Dieu.

 

Si la colère t’a fait crier justice pour tous,

tu auras le cœur blessé.

Alors tu pourras lutter avec les opprimés.

 

Si la misère t’a fait chercher aux nuits de la faim,

tu auras le cœur ouvert.

Alors tu pourras donner le pain de pauvreté.

 

Si la souffrance t’a fait pleurer des larmes de sang,

tu auras les yeux lavés.

Alors tu pourras prier avec ton frère en croix.

 

Si l’abondance t’a fait mendier un peu d’amitié,

tu auras les mains tendues.

Alors tu pourras brûler l’argent de tes prisons.

 

Si la faiblesse t’a fait tomber au bord du chemin,

tu sauras ouvrir tes bras.

Alors tu pourras danser au rythme du pardon.

 

Si la tristesse t’a fait douter au soir d’abandon,

tu sauras porter ta croix.

Alors tu pourras mourir au pas de l’homme-Dieu.

 

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur,

tu auras les yeux levés.

Alors tu pourras tenir jusqu’au soleil de Dieu.

Paroles : Michel Scouarnec

Musisque : Jo Akepsimas

 

 

 

 

 

28 juin


Oui, je veux te bénir


Oui, je veux te bénir et chanter ta clémence.
Hélas ! Seigneur, je t’avais irrité;
Mais tu m’as d'un regard rendu ta bienveillance,
En me lavant de mon iniquité. 


Le Dieu fort est ma paix, il est ma délivrance;
De mon esprit il bannit la frayeur;
Je veux donc en lui seul mettre ma confiance,
Et donner gloire à mon Libérateur.

Venez, enfants de Dieu ! puisez, pleins d’allégresse,
L’eau du salut à la source des eaux;
Racontez les bienfaits, proclamez la promesse
De l’Éternel qui guérit tous vos maux.

Nous te célébrerons, Seigneur, dans nos cantiques,
Nous qui savons jusqu’où va ton amour;
Tu fais pour tes enfants des choses magnifiques;
Nous bénirons ton saint nom chaque jour.

Gloire au Dieu trois fois saint, que l’Église révère !
Oui, gloire au Père, au Fils, au Saint-Esprit !
Gloire à toi, cher Sauveur, dans les cieux, sur la terre !
Gloire à jamais, gloire à toi, Jésus-Christ ! 

Hymnes et louanges

Église adventiste

 

 

 

 

 

21 juin 

Journée nationale des peuples autochtones

 

Lecture : Deutéronome 7,1-5

(Silence) 

Dieu de compassion, nous nous souvenons des nombreux peuples qui ont occupé ce territoire bien des années avant nous. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Nous nous souvenons des peuples disparus de ce continent à cause de la cupidité et des mauvais traitements : les Mayas et les Aztèques, les Béothuks et les Mohicans, les Timicuas et les Wampanoag, les Taïnos et les Ciboneys. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Dieu Créateur tu nous as donné en héritage un monde si beau, verdoyant et florissant; un territoire immense aux forêts magnifiques et à la nature féconde. Nos cœurs sont remplis de reconnaissance. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Et nous te demandons pardon de ce que nous avons fait subir et ce que nous faisons encore subir à ce territoire, que ce soit le déboisement intensif, la destruction des milieux humides, la contamination des nappes phréatiques. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Nous te demandons pardon de la manière dont nous avons éventrée la terre pour lui prendre ses richesses, pour les cicatrices que cause l’exploitation minière. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Enfin, Dieu d’amour nous te demandons de changer nos cœurs de pierre et nos âmes ivres de conquêtes. Donne-nous de nous convertir à ton amour et fais de nous des instruments de ta paix. 

Écoute notre prière.

(Silence) 

Sois avec nous aujourd’hui et permets que toutes nos réflexions, toutes nos délibérations, toutes nos décisions, nous ne le faisions qu’à ta seule gloire. 

Amen.

Église Unie du Canada

 

 

 

 

 

14 juin

Trouvé


Mon Dieu,

j’étais en route vers toi, 

mais je t’ai vu venir vers moi.
Je désirais t’attendre, 

mais j’ai su que déjà tu m’attendais.
Je désirais te chercher, 

mais j’ai vu que tu étais à ma recherche.
Je voulais te dire : 

Voilà, je t’ai trouvé !

Mais j’ai senti que tu m’avais trouvé,

que tu m’avais trouvée en premier.
Je voulais te choisir, 

mais tu me choisis.
Je voulais t’écrire 

mais déjà ta lettre était arrivée, 

te demander pardon 

mais j’ai su que déjà tu m’avais accordé ton pardon.
Je voulais t’appeler : Père!

Mais je t’entends déjà me dire : 

Mon enfant!

Un libre de prières,

Société luthérienne des missions, 2008

 

 

 

 

 

7 juin

 

Tes mains de couleurs

 

Fais, Seigneur, se joindre toutes les mains, 
pour rendre plus humain le sol où tu insufflas la vie 
à un être que tu modelas.

Que nous prenions ta main noire, Seigneur,
pour que la terre porte les fruits de l’espoir.

Que nous prenions ta main jaune, Seigneur,
pour que le monde reste jeune
et que chacun gagne dignement son pain.

Que nous prenions ta main blanche, Seigneur,
pour que les bourgeons qui portent joie et justice
éclosent sur toutes les branches.

Que nous prenions ta main rouge, Seigneur,
à la croisée des chemins,
pour que les peuples de l’Afrique,
de l’Asie, de l’Europe, de l’Amérique,
de tous les temps, de tous les cieux,
cultivent ensemble, sur tous les continents
des chemins de développement,
des champs de prière et de dévouement.

Nabil Mouannés, 

prêtre maronite du Liban

 

 

 

 

31 mai

 

Tendre vers toi

 

Jésus,

je t’en prie,

allume ma lampe à ta propre lumière […]

Qu’à ta lumière, je ne cesse de te voir,

de tendre vers toi mon regard et mon désir.

Alors, dans mon cœur, je ne verrai que toi seul,

Et en ta présence, ma lampe sera toujours allumée et ardente.

 

Fais-moi la grâce, je t’en prie,

puisque je frappe à ta porte,

de te manifester à moi,

Sauveur plein d’amour.

 

Te comprenant mieux,

que je puisse n’avoir d’amour que pour toi,

toi seul.

 

Sois, nuit et jour,

mon seul désir,

ma seule méditation,

ma continuelle pensée.

 

Daigne répandre en moi assez de ton amour

Pour que je t’aime comme il convient.

Prière de Saint-Colomban,

moine irlandais du 6e siècle

 

 

 

 

24 mai

 

Bien user du temps

 

Mon Dieu,

Apprends-moi à bien user du temps 

que tu me donnes pour travailler 

et à bien l’employer sans rien en perdre.

 

Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées
sans tomber dans le scrupule qui ronge.

 

Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter,
à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

 

Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur,
la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

 

Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.
Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.
Et surtout comble toi-même les vides de mon œuvre.

 

Seigneur, dans tout labeur de mes mains,
laisse une grâce de toi pour parler aux autres
et un défaut de moi pour me parler à moi-même.

 

Garde en moi l’espérance de la perfection,
sans quoi je perdrais cœur.

 

Garde-moi dans l’impuissance de la perfection, 

sans quoi je me perdrais d’orgueil.

 

Purifie mon regard : 

quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal 

et quand je fais bien, il n’est pas sûr que ce soit bien.

 

Enseigne-moi à prier avec mes mains,
mes bras et toutes mes forces.

 

Rappelle-moi
que l’ouvrage de ma main t’appartient
et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant.

 

Rappelle-moi
que si je fais par goût du profit, comme un fruit oublié, je pourrirai à l’automne;
que si je fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe, je fanerai au soir.
Mais si je fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien.

Et le temps de faire bien et à ta gloire,
c’est tout de suite.

 

Par un bâtisseur de cathédrale
 anonyme du XIIe siècle

 

 

 

 

 

17 mai

Dérange-nous, Seigneur 

 

« Dérange-nous, Seigneur, 

quand nous sommes trop satisfaits de nous-mêmes, 

quand nos rêves sont devenus réalité 

parce que nous avons rêvé trop peu; 

quand nous arrivons en toute sécurité 

car nous avons navigué trop près du rivage. 

 

« Dérange-nous, Seigneur, 

quand avec l’abondance des choses que nous possédons, 

nous avons perdu notre soif pour les eaux de la vie; 

étant tombés amoureux avec la vie, 

nous avons cessé de rêver de l’éternité; 

et dans nos efforts de construire une nouvelle terre, 

nous avons permis à notre vision du nouveau ciel de faiblir. 

 

« Dérange-nous, Seigneur, pour que nous osions être plus audacieux, 

plus aventureux sur les mers plus larges 

où les tempêtes montreront ta maîtrise ; 

où, perdant de vue la terre, 

nous trouverons les étoiles.

Nous te demandons de repousser 

les horizons de nos espérances ; 

et de nous pousser vers l’avenir 

en force, courage, espérance et amour. » 

Sir Francis Drake,

environ 1587

 

 

 

 

 

10 mai

 

Rayonner le Christ

 

Cher Jésus,
aidez-moi à répandre ton parfum,
où que j’aille.
Inonde mon âme de ton Esprit et de ta Vie.
Pénètre et possède tout mon être
si complètement
que ma vie ne soit qu’un rayonnement de la tienne.
Brille à travers moi
et sois tellement en moi :
que chaque âme que je rencontre
puisse sentir ta présence en mon âme.

Qu’en levant les yeux,
ce ne soit plus moi que l’on voit
mais seulement toi, Jésus !
Reste avec moi,
et je commencerai alors à briller
comme tu brilles,
à briller jusqu’à en être une lumière pour les autres.


La lumière, ô Jésus, sera toute de toi,
aucunement de moi.
Ce sera toi qui brilleras sur les autres à travers moi.
Que je te loue ainsi 

de la manière que tu préfères
en brillant sur ceux qui m’entourent.
Que je te prêche sans prêcher,
non par des mots mais par l’exemple,
par la force d’attraction,
l’influence bienveillante de ce que je fais,
l’évidente plénitude de l’amour
que mon cœur te porte.
Amen

Cardinal John Henry

 

 

 

 

 

3 mai

S’il te plaît et Merci

 

Seigneur de générosité

apprends-nous à dire « s’il te plaît » et « merci ».

 

« S’il te plaît », donne-nous faim du pain 

de ta justice.

Et « merci » pour les mains

qui savent partager.

 

« S’il te plaît », donne-nous soif de l’eau vive 

de ton amour.

Et « merci » pour la source

de la vie et de l’abondance.

 

« S’il te plaît », donne-nous le goût 

de ta paix.

Et « merci » pour le repas

de cette table d’amitié.

Judith Bricault

Prières avant les repas offertes par la communauté francophone, 

Église Unie du Canada, 2007

 

 

 

 

26 avril

Prières avant les repas

 

Merci mon Dieu

Merci pour cette bonne nourriture.

Pour la terre qui nourrit les légumes, et aussi les épinards et les endives, merci mon Dieu.

Pour l’eau fraîche qui est dans nos verres et qui coule de nos robinets,

pour l’eau qui donne les bons jus de fruits, merci mon Dieu.

Pour le feu qui cuit la confiture, les gâteaux et les rôtis, le feu et la chaleur qui nous réchauffent en hiver, merci mon Dieu.

Pour tous les éléments de l’univers, et pour toute la famille et les ami-es autour de cette table,

Ensemble : Nous te remercions, ô Dieu. Amen.

Claire Borel

 

 

Ce repas est un don de ta bienveillance

Ô notre Dieu, ce repas est un don de ta bienveillance.

Fais que nous t’en exprimions toujours notre reconnaissance en ayant souci actif de celles et ceux qui n’ont rien, ou presque rien.

Thierry Delay

Judith Bricault

Prières avant les repas offertes par la communauté francophone, 

Église Unie du Canada, 2007

 

 

 

 

 

 

19 avril

Prière pour les victimes

 

Pour ceux que la tristesse accable,

souviens-toi, Seigneur, de ton agonie.

 

Pour celles qui sont blessées dans leur chair,

souviens-toi de tes tortures.

 

Pour eux qui souffrent de la dérision,

souviens-toi de la couronne d’épines.

 

Pour celles qui désespèrent de la vie,

-toi de ton cri vers le Père.

 

Pour ceux et celles qui espèrent contre toute espérance.

que resplendisse ta résurrection.

Anonyme, adapté de l’ACAT

 

 

 

 

 

12 avril

 

« Le Christ est ressuscité des morts, par la mort Il a vaincu la mort, à ceux qui sont dans les tombeaux Il a donné la vie ! 

Ayant devancé l’aurore

et trouvé la pierre roulée de devant le sépulcre, 

Marie et ses compagnes entendirent la voix de l’ange :

« Celui qui est dans la Lumière éternelle, 

Pourquoi le cherchez-vous parmi les morts comme un homme ?

Voyez les suaires, courez, 

Annoncez au monde que le Seigneur est ressuscité, 

Après avoir fait mourir la mort, 

Car il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain. »

Dans ton humanité, tu t’es endormi comme un mortel,

ô Roi et Seigneur!

Le troisième jour, tu ressuscites,

ô Pâque incorruptible,

ô Salut du monde !

Tu arraches Adam à la corruption,

effaçant la mort;

Tu es notre Dieu, Bon et Ami des hommes,

ô Pâque incorruptible,

ô Salut du monde !

Canon pascal de Saint Jean Damascène, 

tiré du livre de Michel Evdokimov Lumière d’Orient, 

éd. Drohuet-Ardant

 

 

 

 

 

5 avril

Lundi de Pâques

 

Il s'est levé, le fils de Dieu, Alléluia ! Alléluia !
Ressuscité, victorieux ! Alléluia ! Alléluia !

À son tombeau, pourquoi pleurer ? Alléluia! Alléluia!
Parmi les morts pourquoi chercher ? Alléluia ! Alléluia !

Allez croyants, et proclamez, Alléluia ! Alléluia !
Jésus vraiment ressuscité ! Alléluia ! Alléluia !

D'un même cœur, bénissons Dieu, Alléluia ! Alléluia !
Et pour jamais, soyons joyeux ! Alléluia ! Alléluia !

Louange à toi, Seigneur Jésus, Alléluia ! Alléluia !
Pour ton pardon, pour ton salut ! Alléluia ! Alléluia !

Nos Voix unies, no 293

Paroles : R. Pasquier/R. Barilier

 

 

 

 

8 mars

Confession de Foi Femme vicaire de Wittenberg, 1986 

Je crois en l’émotion sainte des femmes qui ont vu la pierre rouler au lever du soleil de Pâques.

Je partage leur espérance pour une communauté réussie de saint(e)s, une communauté de sœurs et frères libérés où personne ne ferme la vie de l’autre comme une pierre. 

Je crois en la vraie immortalité de Jésus dont la rencontre nous a révélé la force profonde de la vie humaine; il a affronté tout ce qui nie la vie passant outre le pouvoir et les opinions d’autrui; il a pris parti et s’est impliqué jusqu’à ce que le droit à la vie lui ait été ôté et qu’il ait été assassiné sous la haine. 

Ainsi il fait partie de cette chaîne apparemment incessante de celles et ceux que l’on méprise et que l’on assassine, dont la souffrance ne peut se dire en mots. 

Et pourtant nous ne pouvons nous taire, car sinon nous deviendrions folles et fous. Je crois au secret doux et fragile que nous appelons «vie», caché dans la terre comme une graine qui nous surprend partout avec plein de questions et suscite notre amour, notre interdépendance et notre responsabilité. 

Les personnes détenant les droits de ce texte n’ont pu être identifiées. 

Les prétentions d’honoraires de l’autrice ou des personnes détenant les droits restent réservées.

 

 

 

 

 

 

 

8 février

Seigneur, nous avons besoin de toi,

Mais toi aussi, tu as besoin de nous :

Apprends-nous donc à répondre

À chacun des rendez-vous que tu nous donnes.

Chaque jour, tu nous invites à te retrouver dans la méditation de ta Parole,

Dans la prière, dans le silence,

Et dans nos rencontres.

Aide-nous à te reconnaître

En celles et ceux qui ne nous ressemblent pas.

Et puis, chaque semaine au culte,

Rends-nous sensibles à ta présence.

Ensemble en ton nom, nous savons que, fidèle à ta promesse,

Tu es là au milieu de nous.

Amen

Florence Van Der Heijde

 

 

 

 

 

1er février

Silence (p.52)

Prends-moi dans ton silence,
Loin des bruits et de l’agitation du monde.

Dans un silence où mon être se retrouve
En vérité sous ton regard
En sa nudité, en sa misère.
Car ce silence te permet de me montrer
Ce qu’il y a en moi.

Prends-moi dans la richesse divine de ton silence
Plénitude capable de tout combler en mon âme.

Fais taire en moi ce qui n’est pas de toi,
Ce qui n’est pas ta Présence toute pure,
Toute solitaire, toute paisible !

Impose silence à mes désirs désordonnés,
A mes caprices, à mes rêves d’évasion
A la violence de mes passions.

Couvre par ton silence la voix
De mes revendications, de mes plaintes
De mes « pourquoi » et de mes soucis.

Imprègne de ton silence
Ma nature trop impatiente de parler,
Trop encline à l’action extérieure bruyante.

Impose même ton silence à ma prière,
Pour qu’elle soit pur élan vers Toi.

Fais descendre ton silence
Jusqu’au fond de mon être
Et fais remonter ce silence vers Toi
En hommage d’amour.

St Jean de la Croix

 

 

 

25 janvier

Prière pour l'unité chrétienne

 

Seigneur, nous te rendons grâce pour tout ce que l’Esprit-Saint réalise dans le corps des baptisés.

Que cet Esprit fasse monter la même prière en tous ceux qui « communient » au Christ; que tous se rencontrent par et dans l'unique Christ priant.

Seigneur, ouvre nos âmes, qu’elles sachent accueillir les trésors d’amour que l’Esprit suscite et fait fructifier en tous nos sœurs et frères chrétiens et en nous-mêmes.

Rends-nous conscients de l’échange merveilleux grâce auquel chacun reçoit, par les fidèles de toutes confessions, les richesses d’amour et de lumière de l’unique Christ, et les transmet à son tour.

Apprends-nous à nous ouvrir les uns aux autres et ensemble, à accueillir toutes les richesses de Jésus-Christ qui nous viennent par les uns et les autres.

Aide-nous à partager de plus en plus ces biens spirituels - partage qui nous conduira un jour à la « communion » d’une même plénitude.

D’après Pierre Michalon (1911-2004), Œcuménisme spirituel (1974)

Méditation composée pour l’ouverture d’un cercle biblique, le 28 octobre 1941.

 

 

 

 

 

 

18 janvier

Semaine de prière pour l’Unité chrétienne

 

Seigneur,

toi qui, à la veille de mourir pour nous, as prié pour que tes disciples soient parfaitement un, comme toi en ton Père et ton Père en toi, fais-nous ressentir l’infidélité de notre désunion.

Donne-nous la loyauté de reconnaître et le courage de rejeter ce qui se cache en nous d’indifférence, de méfiance et même d’hostilité muette.

Accorde-nous de nous rencontrer tous en toi, afin que, de nos âmes et de nos lèvres, monte incessamment ta prière pour l’unité de tous, telle que tu la veux, par les moyens que tu veux.

En toi, qui es la charité parfaite, fais-nous trouver la voie qui conduit à l’unité, dans l’obéissance à ton amour et à ta vérité.

  Amen

Abbé Paul Couturier,

pionnier de l’œcuménisme 

qui a initié la Semaine de prière pour l’unité chrétienne

 

 

 

 

 

 

11 janvier

Ce Royaume qui porte les espoirs du monde

 

Tout au long de ton ministère, Seigneur Jésus,

tu n’as jamais cessé de parler du Royaume :

dans ta prédication, dans ta proclamation des béatitudes,

dans tes paraboles, dans la prière que tu nous as enseignée,

et dans ces jours privilégiés, passés avec tes apôtres à Pâques.

 

Et pourtant, voilà que ces mêmes apôtres 

ne semblent pas savoir de quel Royaume tu parles.

Comment peuvent-ils oser cette dernière question :

« Seigneur, est-ce maintenant 

que tu rétablir la royauté en Israël ? »

Comment peuvent-ils se méprendre à ce point,

alors que la prédication de l’Évangile du Royaume

reposera désormais entre leurs mains ?

Décidément, il leur en reste beaucoup à apprendre !

 

Tu parlais du Royaume, eux pensaient royauté.

Tu disais « Royaume de cieux », eux pensaient royauté terrestre.

Tu aurais pu t’emporter contre eux et les semoncer, 

mais tu demeures infiniment patient,

car tu connais, toi, la force de l’Esprit,

et ce qu’il peut accomplir dans les cœurs.

Envoie ce même Esprit, 

vent de fraîcheur et feu qui embrase les cœurs, 

pour que nous annoncions avec joie 

ce Royaume qui porte les espoirs du monde.

Jean-Pierre Prévost

Prions en Église

 

 

 

 

 

 

4 janvier

Nouvelle année : Voeux de lumière

Amies, Amis,
je vous souhaite la lumière
qui vient de la tendresse donnée et reçue :
elle fait reculer les frontières de toutes les nuits !

Je vous souhaite la lumière 
qui vient du Christ.
Si vous avancez avec lui, 
recevant son pain et sa parole, 
quelle nuit pourrait s’emparer de vous ?

 

Je vous souhaite la lumière 
qui vient de la joie
lorsque le partage est accompli.
Si des frères sont relevés dans leur humanité, 
la nuit perd son pouvoir sur la terre !

Je vous souhaite la lumière 
qui vient du dialogue renoué
car lorsque les personnes séparées se parlent
le jour commence à danser sur la nuit !

 

Amies, Amis, 
si d’une façon ou d’une autre, 
humblement, fidèlement, avec persévérance
quelques fragments de lumière
jaillissent de vos mains et de vos paroles,
quelle année de clarté
ce sera pour toute la terre !

Charles Singer

 

 

 

 

 

28 décembre

Je crois en Dieu

 

Je crois en Dieu

qui n’a pas créé le monde comme un objet terminé,

destiné à demeurer tel qu’il est.

 

Je crois en Dieu 

qui ne gouverne pas selon des lois immuables et imprescriptibles,

instituant des forts et des faibles, des savants et des ignorants.

 

Je crois en Dieu 

qui veut l’amélioration de l’être vivant. 

 

Je crois en Jésus Christ : 

il a travaillé à la transformation de l’état des choses 

et il y a laissé sa vie.

 

À son échelle, je mesure la petitesse de notre intelligence, 

parce que nous ne vivons pas comme il vivait.

 

J’ai peur quotidiennement qu’il soit mort pour rien, 

quand nous l’enfouissons sous nos rites et nos conventions.

 

Je crois en Jésus Christ  

qui ressuscite dans notre vie, 

afin que nous soyons plus libres à l’égard des préjugés et de l’orgueil, 

de la peur et de la haine.

 

Je crois en l’Esprit que Jésus nous a laissé.

 

Je crois à la communauté de tous les peuples 

et à notre responsabilité face à l’avenir de notre terre, 

qui sera ce que nous en ferons : soit une vallée de larmes, 

soit une cité de Dieu

Dorothée Sölle (théologienne allemande du 20e siècle)

 

 

 

 

25 décembre-Noël

 

Nativité

Seigneur Jésus,

puisque tu es venu dans une vraie maison,

au milieu des animaux, 

au milieu du bruit

et peut-être du désordre,

je te demande de venir aussi habiter chez moi.

 

Seigneur Jésus, 

puisque tu es né dans une famille humaine,

je te prie aujourd’hui pour ma famille,

pour mes parents et mes grands-parents,

pour mes sœurs et mes frères que j’ai maintenant

et pour celles et ceux qui sont à naître.

 

Seigneur Jésus, 

puisque tu es né dans un petit village Bethléem

et que tu as vécu dans une petite ville Nazareth

je te demande de veiller sur notre église;

je te demande de l’aimer et de la garder toujours

en ce jour de Noël et pour les années qui viennent.

 

Seigneur Jésus.

puisque tu étais toi-même un petit enfant

je te prie pour tous les enfants du monde,

et tout spécialement pour ceux qui vivent la guerre,

ou qui subissent les catastrophes climatiques; 

fais qu’ils connaissent la paix et la joie.

Anonyme

 

 

 

 

21 décembre-Avent 4

Pour les enfants

 

Pour tous les enfants de par le monde,

afin qu’ils trouvent l’amour

d’un père ou d’une mère pour les accueillir,

nous te prions.

 

Pour les enfants qui souffrent de la méchanceté humaine, 

qui sont blessés ou tués par la haine ou la négligence,

afin qu’ils trouvent la paix et la joie auprès de toi,

notre Père, nous te prions.

 

Pour les enfants qui naissent infirmes,

avec un corps difforme ou une intelligence diminuée, 

afin qu’ils trouvent la beauté du cœur auprès de toi,

notre Dieu, nous te prions.

 

Pour les enfants qui ne sont ni désirés, ni aimés,

afin qu’ils sachent que toi, notre Dieu, leur Père,

les aime comme personne ne peut les aimer sur la terre,

nous te prions.

 

Pour les enfants qui sont heureux,

afin qu’ils apprennent à te louer pour leur bonheur,

nous te prions.

 

Dieu, notre Père,

que ton amour veille sur tous les enfants du monde, 

qu’il les fasse grandir en grâce et en sagesse.

Et nous-mêmes, qui sommes tes enfants, 

garde-nous un esprit sans cesse renouvelé 

afin que nous vivions ton Royaume.

 

Lucien Deiss (religieux spiritain et compositeur français du 20e siècle)

Livre de prières, Société luthérien

Éditions Olivétan

 

 

 

 

14 décembre-Avent 3

Ouvre en moi

 

Seigneur,

Ouvre en moi

Un espace de lumière chassant mes ténèbres
Ouvre en moi

Un espace de courage chassant ma crainte
Ouvre en moi

Un espace d’espérance chassant mon désespoir
Ouvre en moi

Un espace de paix chassant mon trouble
Ouvre en moi

Un espace de joie chassant ma peine
Ouvre en moi

Un espace de force chassant ma faiblesse
Ouvre en moi

Un espace de pardon chassant mes péchés
Ouvre en moi

Un espace de tendresse chassant ma dureté
Ouvre en moi

Un espace d’amour chassant ma haine
Ouvre en moi

Un espace pour toi, Seigneur.

Howard Thurman (Philosophe, théologien et pasteur étatsunien)

Livre de prières, Société luthérien

Éditions Olivétan

 

 

 

 

 

7 décembre-Avent 2

Bénis sois-tu, Seigneur

 

Bénis sois-tu, Seigneur,

toi qui appelles des hommes et des femmes à se lever

pour faire respecter la dignité de tout être humain,

et pour défendre son intégrité d’esprit et de corps,

car ils le font souvent au péril de leur vie.

 

Bénis sois-tu, Seigneur,

tu nous permets de prendre part 

à ton œuvre de salut.

 

Soutiens celles et ceux

qui défendent les droits de la personne :

qu’ils soient habités par l’intelligence et la sagesse,

et vivifiés par le souffle de l’Esprit Saint.

Action des chrétiens et chrétiennes pour l’abolition de la torture

Pour la Journée internationale des droits de la personne (10 décembre)

 

 

 

 

 

30 novembre-Avent 1

Dieu très bon

 

Dieu très bon,

par ton immense miséricorde,

je te supplie de m’accorder

la grâce de t’aimer de tout mon cœur,

au-dessus de tous les humains, de toutes les choses.

 

Accorde-moi d’estimer toutes les manières de vivre,

de respecter tous les humains,

de ne juger et de ne mépriser personne.

 

Aide-moi à savoir me tenir à l’écoute,  

à ne plis chercher à plaire à qui que ce soit

en dehors de toi. Seigneur,

et à n’avoir peur de déplaire à personne,

sinon à toi.

 

Qu’en tout, je veuille seulement 

poursuivre ta gloire 

et ta volonté.

Jan van Ruysbroeck (théologien belge du 14e siècle)

Livre de prières, Société luthérien

Éditions Olivétan

 

 

 

 

23 novembre

Tu n’es pas un Dieu mort

 

Seigneur,

Tu n’es pas un Dieu mort,

Tu n’es pas un Dieu paralysé.

Tu es imprévisible. 

Tu es le vivifiant.

Tu es l’Esprit qui souffle où on ne l’attend plus.

Tu es flamme et souffle qui jamais ne s’arrêtent 

et c’est pourquoi brille toujours 

au cœur de ma difficulté de vivre, 

la petite lumière obstinée de l’Espérance.

ACAT (Nuit des veilleurs)

 

 

 

 

 

16 novembre

Dans le calme et la confiance

 

Il nous arrive d’être en proie à l’inquiétude

à cause d’un souci, d’une angoisse,

d’une peur qui s’infiltre en nous,

et qui nous ronge.

 

À cause de cette inquiétude,

nous ne trouvons plus le repos,

nous nous agitons,

nous devenons fébriles,

et nous nous fatiguons.

À cause de cette agitation,

nous avons de plus en plus de difficultés

à dénicher Dieu dans les creux de notre vie.

 

Nous sommes alors dans une spirale qui va :

de l’inquiétude à l’agitation,

de l’agitation à la fatigue,

et de la fatigue au découragement.

 

Et pourtant dans le livre d’Ésaïe, il est écrit :

Ainsi parle le Seigneur Dieu, le Saint d’Israël :

Votre salut est dans la conversion et le repos,

Votre force est dans le calme et la confiance. (Es 30,15)

Anonyme

 

 

 

9 novembre

La prière de l’espérance

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur,
tu auras les yeux levés.
Alors tu pourras tenir jusqu’au soleil de Dieu.

Si la colère t’a fait crier justice pour tous,
tu auras le cœur blessé.
Alors tu pourras lutter avec les opprimés.

Si la misère t’a fait chercher aux nuits de la faim,
tu auras le cœur ouvert.
Alors tu pourras donner le pain de pauvreté.

Si la souffrance t’a fait pleurer des larmes de sang,
tu auras les yeux lavés.
Alors tu pourras prier avec ton frère en croix.

Si l’abondance t’a fait mendier un peu d’amitié,
tu auras les mains tendues.
Alors tu pourras brûler l’argent de tes prisons.

Si la faiblesse t’a fait tomber au bord du chemin,
tu sauras ouvrir tes bras.
Alors tu pourras danser au rythme du pardon.

 

Si la tristesse t’a fait douter au soir d’abandon,

tu sauras porter ta croix.

Alors tu pourras mourir au pas de l’homme-Dieu.

 

Si l’espérance t’a fait marcher plus loin que ta peur,

tu auras les yeux levés.

Alors tu pourras tenir jusqu’au soleil de Dieu.

Adapté de la Communauté de Pomeyrol

 

 

 

 

 

2 novembre-Dimanche de la Réformation

Unité : « Dieu éternel et miséricordieux, Toi qui es un Dieu de paix, d’amour et d’unité, nous Te prions, Père, et nous Te supplions de rassembler par ton Esprit Saint tout ce qui s’est dispersé, de réunir et de reconstituer tout ce qui s’est divisé. Veuille aussi nous accorder de nous convertir à Ton unité, de rechercher Ton unique et éternelle Vérité, et de nous abstenir de toute dissension. Ainsi nous n’aurons plus qu’un seul cœur, une seule volonté, une seule science, un seul esprit, une seule raison, et tournés tout entiers vers Jésus-Christ notre Seigneur, nous pourrons, Père, Te louer d’une seule bouche et Te rendre grâces par notre Seigneur Jésus-Christ dans l’Esprit Saint. Amen ! » 

 

 

 

 

26 octobre

Martin Luther (1483-1546) 

 

« Mon Dieu, je suis sûr que Tu es vrai et que Tu ne mens jamais. Permets que je demeure ferme dans la foi et que je ne cède pas au doute. Non parce que ma prière est bonne, mais parce que Toi, Tu es la vérité. Mon Père, encourage et fortifie par Ta sainte Parole, l’homme faible que je suis. J’ai souvent de la peine à accepter Ta volonté pour moi. Donne-moi la force d’être obéissant pour ne pas succomber à la tristesse. Enseigne-moi, ô Père, à ne pas me confiner en moi-même, ou en mes belles entreprises, mais à tout attendre de Ton infatigable Bonté. Que la tristesse de vivre souvent en désaccord avec Ta volonté, ne me submerge pas, mais plutôt que Ta miséricorde s’étende à toute ma vie et la fertilise. Amen. » 

Martin Luther 

 

 

 

 

19 octobre

Pardon : « Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à Tes yeux. Fais que nous soyons ainsi portés à pardonner plutôt qu’à frapper, à prendre en pitié plutôt qu’en haine. Aide-nous à supporter en souriant le mal qu’on nous fait ; chasse de nous tout désir de revanche. Accorde-nous de ne pas rendre coup pour coup, mais de trouver notre joie dans Ta volonté qui nous envoie ces épreuves, en sorte que nous soyons portés à Te remercier et à Te louer. Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à tes yeux. Fais que nous soyons ainsi portés à pardonner plutôt qu’à frapper, à prendre en pitié plutôt qu’en haine.

Amen. » 

 

 

 

12 octobre-Action de grâces

 Reconnaissance : « Enseigne-nous, ô Père, à ne pas nous confier en nous-mêmes ou en nos belles entreprises, mais à tout attendre de Ton infatigable Bonté. Que la tristesse de vivre souvent en désaccord avec Ta volonté ne nous submerge pas, mais plutôt que Ta miséricorde s’étende à toute notre vie et la fertilise. Aide-nous, ô Dieu ! Comme il est triste que, tandis que brille la lumière de l’Évangile, bien des hommes continuent à se comporter avec légèreté. Apprends-leur que l’Évangile ne peut cohabiter avec la frivolité, mais que ceux qui s’ouvrent à la foi reçoivent le salut et mille bienfaits, et qu’il n’est plus grand bonheur qu’en vivant comme Christ Le veut. Amen. » 

 

 

 

5 octobre

Père céleste, sauve-nous de cette vie présente difficile;
Aide-nous à recevoir avec joie la vie à venir
et à nous éloigner de ce monde mauvais.
Donne-nous de ne pas redouter la venue de notre mort
mais de l’attendre avec sérénité.
Accorde-nous de dominer l’intérêt
que nous portons aux choses de ce monde
et la confiance que nous mettons en elle,
afin que ton règne puisse s’accomplir en nous.
Amen.

Martin Luther

 

 

 

28 septembre

Reste avec nous Seigneur

 

1-Reste avec nous, Seigneur, le jour décline,
La nuit s’approche et nous menace tous;
Nous implorons ta présence divine;
Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.

 

2-En toi, nos cœurs ont salué leur maître,
En toi, notre âme a trouvé son époux.
À ta lumière, elle se sent renaître;
Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.

3-Les vains bonheurs de ce monde infidèle
N’enfantent rien que regrets ou dégoûts
Nous avons soif d'une joie éternelle;
Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.

4-Sous ton regard, la joie est sainte et bonne,
Près de ton cœur, les pleurs mêmes sont doux;
Soit que ta main nous frappe ou nous couronne,
Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous. 

 

5-Et quant au bout de ce pèlerinage

Nous partirons pour le grand rendez-vous

Pour nous guider dans ce dernier passage, 

Reste avec nous, Seigneur, reste avec nous.

Chants évangéliques, no 269

Paroles de Jean-François Chaponière

 

 

 

 

 

21 septembre

Journée internationale de la Paix

Je crois en la promesse de Dieu 

Affirmation de la foi de Séoul 

 

Je crois en Dieu, qui est amour et qui a donné la terre à tous les êtres humains. 

Je crois en Jésus-Christ, qui est venu pour notre guérison, pour nous libérer de toutes les formes d’oppression.

Je crois en l’Esprit de Dieu, qui est à l’œuvre en tous ceux, toutes celles qui se tournent vers la vérité, et à travers eux. 

Je crois en la communauté de la foi appelée à être au service de tous. 

Je crois en la promesse de Dieu de détruire à la fin le pouvoir du péché en nous tous, et d’établir le royaume de la justice et de la paix pour tout le genre humain. 

Je ne crois pas au droit du plus fort, ni à la force des armes, ni au pouvoir de l’oppression. 

Je crois aux droits humains, à la solidarité de tous, au pouvoir de la non-violence. 

Je ne crois pas au racisme, ni au pouvoir que donnent la richesse et les privilèges, ni à un quelconque ordre établi qui asservit les êtres humains. 

Je crois que tous, hommes et femmes, sont pareillement humains, que l’ordre fondé sur la violence et l’injustice est un désordre. 

Je ne crois pas que la guerre et la faim soient inévitables et que la paix soit une utopie.

Je crois à la beauté de ce qui est simple, à l’amour aux mains ouvertes, à la paix sur terre. 

Je ne crois pas que la souffrance soit vaine, que la mort soit la fin, que Dieu ait voulu que le monde soit défiguré. 

Mais j’ose croire au pouvoir de Dieu qui transforme et transfigure, accomplissement de la promesse de nouveaux cieux et d’une terre nouvelle où la justice et la paix s’épanouiront. 

COE Publications

Genève 

 

 

 

 

 

 

14 septembre

Si l’espérance t’a fait marcher

 

1-Si l’espérance t’a fait marcher
Plus loin que ta peur,
Tu auras les yeux levés.
Alors, tu pourras tenir
Jusqu’au soleil de Dieu.

 

2-Si la colère t’a fait crier
Justice pour tous,
Tu auras le cœur blessé.
Alors tu pourras lutter
Avec les opprimés.

 

3-Si la misère t’a fait chercher
Aux nuits de la faim,
Tu auras le cœur ouvert.
Alors tu pourras donner
Le pain de pauvreté.

 

4-Si la souffrance t’a fait pleurer
Des larmes de sang,
Tu auras les yeux lavés.
Alors tu pourras prier
Avec ton frère en croix.

 

5-Si l’abondance t’a fait mendier
Un peu d’amitié,
Tu auras les mains tendues.
Alors tu pourras brûler
L’argent de tes prisons.

 

6--Si la faiblesse t’a fait tomber
Au bord du chemin,
Tu sauras ouvrir tes bras.
Alors tu pourras danser
Au rythme du pardon.

 

7-Si la tristesse t’a fait douter
Au soir d’abandon,
Tu sauras porter ta croix.
Alors tu pourras mourir
Au pas de l’Homme-Dieu.

 

8-Si l’espérance t’a fait marcher
Plus loin que ta peur,
Tu auras les yeux levés.
Alors tu pourras tenir
Jusqu’au soleil de Dieu.

Paroles : Michel Scouarnec
Musique : Jo Akepsimas

 

 

 

 

 

7 septembre

Prière de la rentrée

 

Merci, Seigneur,
Pour les semaines d’été,
Pour les découvertes et les rencontres,
Pour la beauté contemplée,
Pour le silence et l’amitié,
Pour l’amour renouvelé et le repos !
Merci pour ce trésor :
Je le garde dans mon corps et dans mon cœur.

 

Maintenant,
c’est la rentrée dans le temps ordinaire.

 

Mais je ne retournerai pas
À mes pratiques du passé,
Je ne rentrerai pas dans mes habitudes.
Je vais entrer en lutte,
Je vais entrer en amour,
je vais entrer en douceur,
Je vais entrer en miséricorde et en sourire,
Je vais entrer en clarté,
Je vais entrer en courage,
Je vais entrer en Évangile encore une fois !

 

C’est ma rentrée :
Viens avec moi, Seigneur !

 Charles Singer

 

 

 

 

 

31 août

Pour un repas de fête

Seigneur, sur la table il y a abondance de mets

et un très agréable fumet vient aiguiser nos papilles.

Pour toute cette nourriture, pour la joie de partager avec parents ami-es,

nous voulons te dire merci !

Seigneur, sachant que trop d’enfants et d’adultes 

n’ont pas un centième de ce que nous allons manger,

nous t’en prions, ranime en nous le don d’entraide à l’échelle mondiale.

Seigneur, nous te disons merci pour tous tes dons.

Madeleine Descroix

Église unie Saint-Jean

 

 

 

 

 

24 août

Donne-moi quelqu’un

 

Seigneur,

Quand j’aurai faim,

donne-moi quelqu’un à nourrir.

 

Quand j’aurai soif,

donne-moi quelqu’un à désaltérer,

et quand j’aurai froid,

quelqu’un à vêtir.

 

Quand je serai dans la tristesse,

donne-moi quelqu’un à relever.

 

Quand mon fardeau me pèsera,

charge-moi de celui des autres.

 

Quand j’aurai besoin de tendresse,

Qu’on fasse appel à la mienne.

 

Que ta volonté soit ma nourriture,

ta grâce ma force

et ton amour mon repos.

 

Que toute ma vie soit une offrande

perpétuellement tendue vers toi.

Que ton Royaume soit mon espérance.

Commumauté de Pomeyrol,

Livre de prières, Société luthérienne des missions,

Ed Olivétan

 

 

 

 

 

17 août

Pour Jésus le Christ 

 

Pour Jésus le Christ 

partageant sa condition de Fils

à tous les habitants de la terre

 

Pour Jésus le Christ 

offrant à brais étendus et à corps blessé 

le pain de la tendresse de Dieu

 

Merci notre Dieu !

 

Pour Jésus le Christ 

portant la croix avec ses frères et sœurs en humanité

 

Pour Jésus le Christ 

veillant avec amour jusqu’au bout de toutes les nuits, 

se déchirant pour traverser la mort 

et sauver ses sœurs et ses frères 

de tous les pouvoirs mauvais

 

Pour Jésus le Christ 

accomplissant le Passage dans la Vie :

 

Merci notre Dieu !

 

Aujourd’hui nous te le demandons avec joie : 

que s’enracine en nous la vérité de sa Parole 

et que son Esprit s’empare de nos jours 

afin que nous devenions pour tous et toutes 

les veilleurs de ton amour !

Amen.

D’après Charles Singer

 

 

 

 

10 août

Ô Dieu éternel

 

Ô Dieu éternel,

Nous sommes reconnaissants ce matin pour toutes les personnes rencontrées durant notre vie qui nous ont aidés, mis au défi et qui ont contribué à aborder la vie d’une manière différente. Bénis-les tous et toutes, Seigneur, et ouvre nos yeux afin que nous puissions voir le monde comme tu le vois. 

Dans nos prières, nous ne voulons pas oublier tous ceux et celles qui font face à de nombreuses difficultés et qui sont tentés d’abandonner complètement. Redonne-nous l’énergie dont nous avons besoin, Seigneur, et rappelle-nous que de nouveaux départs sont toujours offerts à ceux et celles qui veulent recommencer. 

Nous voulons finalement prier ce matin pour tous ceux et celles qui sont inquiets de la situation de notre monde. Nous voyons les images des conflits armés à la télévision et nous nous demandons si la paix est possible, si quelque chose peut être fait pour arrêter ces effusions de sang. Transforme le cœur de tous les êtres humains, Seigneur, et inspire nos dirigeants pour qu’ils travaillent activement à l’établissement d’une paix qui inclue le bien-être et la sécurité de tous et toutes.

Église Unie du Canada

 

 

 

 

 

3 août

Toi qui transfigures

 

À travers le désarroi de la solitude, de l’abandon, de la souffrance,

Fais-nous entendre la voix de ta présence, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers nos doutes, nos questionnements sur ton agir dans le monde,

Fais-nous voir les gestes de ta présence, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers les cris, les appels au secours, les désespoirs des personnes torturées,

Fais-leur sentir ta présence solidaire, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers la haine, la violence, la déshumanisation des tortionnaires,

Fais-leur découvrir ta présence salvatrice, toi qui transfigures, Seigneur !

Bulletin de l’ACAT

 

 

 

 

 

27 juillet

Que ton règne vienne, Seigneur

 

Sur ta création tout entière,

sur le monde plus juste 

que nous cherchons à construire, 

viens établir ton règne, Seigneur.

Que ton règne vienne, Seigneur.

 

En nos rêves de grandeur et de domination, 

dans nos cœurs assoiffés de pouvoir 

toujours tentés d’écraser les autres, 

viens établir ton règne.

Que ton règne vienne, Seigneur.

 

Devant les peuples qui se déchirent, 

les frères qui s’entretuent, 

fais jaillir l’image de ton Fils crucifié, 

pour que s’établisse ton règne, Seigneur.

Que ton règne vienne, Seigneur.

 

Pour ton peuple rassemblé, 

pour chacun des tes enfants 

en attente de ton retour, 

que ton règne vienne, Seigneur.

Que ton règne vienne, Seigneur.

Lise Lachance,

Prions en Église

 

 

 

 

20 juillet

Dieu de la vie

 

Créateur et protecteur de la terre

Éveille-nous au chant de ta création

Suscite en nous la vie nouvelle que tu nous as donnés dans le Christ ressuscité.

Répands ta grâce sur nous comme la pluie sur la nature bourgeonnante.

Fais-nous tressaillir à la vue de tes merveilles.

Nous venons à toi dans ces moments de prière et t’apportant nos doutes, nos peurs, nos sentiments d’inaptitude et d’incapacité.

 

Tu nous attires à toi.

Tu entends nos prières.

 

Tu nous montres tes mains.

Tes mains meurtries : comme les mains des hommes et des femmes et des enfants qui peinent en effectuant des travaux rudes dans les champs, les usines et les ateliers, souffrant de l’oppression et de système politique injuste.

Christ ressuscité, utilise nos mains pour rétablir la justice et redonner l’espoir.

 

Tu nous montres tes pieds.

Tes pieds : nus et sales comme les pieds des enfants seuls, orphelins ou abandonnés.

Christ ressuscité, utilise nos pieds pour nous conduire sur tes chemins, pour marcher avec nos frères et nos sœurs.

Pour nous tenir à leurs côtés et nous approcher de toi.

 

Ton côté : blessé et transpercé comme les sévices que nous affligeons à la terre, engendrés par la pollution, violée par les abus et la négligence humaine.

Utilise nos corps et nos esprits pour guérir la terre, pour l’honorer et en prendre soin, pour discerner dans sa beauté la promesse de renouveau de chaque printemps, pour goûter dans sa bonté, la joie abondante, pour sentir dans la chaleur bienfaisante du soleil, ton amour réconfortant.

 

Dans la prière, nous nous souvenons de ta présence dans les nombreuses parties du monde où tu marches sur des pieds endoloris et où tu touches des mains meurtries.

Dans les pays déchirés par la guerre.

Dans les hôpitaux et avec les mourants.

Dans les familles aux prises avec les séparations et les divorces.

Dans les recoins de nos peurs et de nos égoïsmes.

Dieu de paix, notre prière commence et finit avec toi.

 

Sers-toi de nos mains, de nos pieds, du fond de notre cœur, nous te prions.

Pasteure Wendy MacLean, 

Église Unie du Canada, Kingston, Ont. 

(Traduction de Paul Druelle)

 

 

 

 

 

13 juillet

Loué sois-tu

 

Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures, toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté. 

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs sans causer de dommages à personne. 

Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux. 

Guéris nos vies, pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs, pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction. 

Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres. 

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie. 

Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

Pape François, tiré de l’encyclique

Loué sois-tu sur la sauvegarde de la maison commune

 

 

 

 

 

6 juillet

Cantique du soleil

 

Très haut, très bon et très puissant Seigneur,  

à toi louange, gloire, honneur, et toute bénédiction;
à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,
et nul homme n’est digne de te nommer.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil,
par qui tu nous donnes le jour, la lumière;
il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, le Très Haut, il nous offre le symbole.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées, claires, précieuses et belles.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages, pour l’azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour notre sœur Eau,
qui est très utile et très humble, précieuse et chaste.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Feu,
par qui tu éclaires la nuit :
il est beau et joyeux, indomptable et fort.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits, avec les fleurs diaprées et les herbes.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux qui pardonnent par amour pour toi;
qui supportent épreuves et maladies : heureux s’ils conservent la paix,
car par toi, le Très Haut, ils seront couronnés.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle
à qui nul homme vivant ne peut échapper.

 

Malheur à ceux qui meurent en péché mortel;
heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 

Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité.

François d’Assise

 

 

 

 

 

 

29 juin

Nous sommes un avec Toi

Dieu, nous sommes un avec Toi.
Tu nous as faits un avec Toi.
Tu nous as enseigné que,
si nous sommes accueillants
les uns avec les autres, tu demeures en nous.
Aide-nous à garder cette ouverture 
et à nous battre pour elle de toutes nos forces,
En nous acceptant les uns les autres
complètement, totalement, le cœur grand ouvert,
c’est toi que nous acceptons, 
c’est toi que nous aimons de tout notre être.
Car notre être est au cœur de ton être
et notre esprit s’enracine dans ton esprit.
Emplis-nous d’amour et fais que l’amour 
nous lie les uns les autres
tandis que nous parcourons nos chemins divers.

Thomas Merton

 

 

 

 

 

22 juin

Qui es-tu ?

 

Qui es-tu, toi qui vois se lever le soleil sur l’Orient

toi qui reçois sa chaleur à midi.

toi qui l’accompagnes jusqu’en terre d’Occident

et contemples son scintillement dans la nuit ?

 

Je suis ta sœur, ton frère d’Asie, d’Océanie,

d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.

Je suis ta famille humaine.

 

Qui es-tu, toi qui brûles l’encens dans les temples,

toi qui lis la Torah dans les synagogues,

toi qui loues le Nom de Dieu dans le mosquées,

et toi qui t’approches de la table du Christ dans les églises.

 

Je suis ta sœur, ton frère lointain, mais pourtant si proche.

Je suis comme toi, un chercheur de Dieu,

une mendiante d’Amour infini.

 

Qui es-tu, toi qui sais le chemin de ton cœur,

toi qui accueilles petits et grands comme des dons de Dieu,

toi qui inventes pour eux des mots et des gestes de tendresse,

et toi qui libères en ce monde la justice et la paix de Dieu ?

 

Je suis ta sœur, ton frère, un être humain.

Je suis comme toi, le lieu sacré où coule la Vie,

l’espace sacré où se féconde l’Amour.

 

Qui es-tu, toi qui fais couler l’eau vive sur les terres arides,

toi qui sèmes le riz, le blé, le mil et le sorgho

dans les sillons exsangues de la faim,

et toi qui te laisses blesser par tout ce qui défigure cette humanité ?

 

Je suis ta sœur, ton frère, fragile être humain.

Je suis comme toi, suffoquant sous le poids des souffrances et du mal.

Je suis comme toi, en habits de service,

pour annoncer et préparer le Règne de Dieu.

Huguette Le Blanc (Revue Univers)

 

 

 

 

15 juin

Hymne au Christ

 

Tu me rends ma beauté première,
Ami des hommes et de femmes, Sauveur béni, loué, exalté !
Refuge solide, abri sûr,
bonté qui exclus toute méchanceté,
Toi qui pardonnes le péché et qui guéris toute blessure,
Toi qui peux réaliser l’impossible et qui atteins l’inaccessible,

Ô Route de vie,
Toi qui es le premier guide dans la voie de l’Amour,
Toi qui me conduis avec douceur dans ma marche vers la Lumière,
Toi qui me donnes confiance et ne m'abandonnes pas dans mes chutes,

Clarté sans ombre,
Toi qui m’enveloppes et me couvres dans ma misère,
Toi qui m’illumines des rayons de ta grandeur infinie,
Toi qui me m’irradies de la gloire dans ta Lumière,
Toi qui me renouvelles et me rends ma beauté première,
donne-nous d’avoir part à ta Joie infinie,
recréés dans une pureté nouvelle
pour reproduire ton Image inaltérable.

Grégoire de Narek (951?-1003)

 

 

 

 

 

8 juin

Donne-nous d’accueillir

 

Donne-nous d’accueillir ceux et celles que nous rencontrerons 

pour leur donner un peu d’ombre

quand le soleil brûle trop,

pour leur ouvrir notre porte

quand la pluie et l’orage le surprennent,

pour partager notre pain et notre amitié

quand ils se trouvent seuls et désemparés.

Seigneur, notre Dieu, 

veille sur nous

quand nous reprendrons le chemin du retour :

que nous ayons la joie de nous retrouver

pour vivre ensemble une nouvelle année,

nouvelle étape sur la route du salut.

Anonyme, Revue l’Oratoire, juillet-août 2002

 

 

 

 

1 er juin 

Pentecôte

 

Viens, Esprit Saint!

Viens donner la douceur et nous pourrons tendre la main au lieu de juger et de condamner!

Viens, Esprit de Dieu,
viens nous donner la joie et nous pourrons distribuer la fête à ceux qui ont perdu l'espoir !

Viens, Esprit Saint ! 
Viens nous donner la confiance et nous pourrons tenir puisque Dieu est notre fidèle ami !

Viens, Esprit de Dieu, 
viens nous donner la paix et nous pourrons construire des ponts entre tous les hommes. 

Viens, Esprit Saint ! 
Viens nous donner le courage et nous pourrons réaliser les actes à la manière du Christ !

Viens, Esprit de Dieu,
viens, nous donner l'attention et nous pourrons vivre au soleil de la Parole de Jésus !

Viens, Esprit Saint ! 
Viens sur notre terre, viens souffler dans la vie des vivants la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ !

Viens, Esprit de Dieu,
viens sur notre terre,
viens faire danser dans le cœur des vivants le feu de l'Amour de Dieu !

Charles SINGER

 

 

 

 

25 mai

Moment si doux

 

Moment si doux de la prière,
Où Dieu, m’élevant jusqu’à lui,
Se révèle à moi comme un Père,
Comme un Sauveur, comme un appui.


Oh ! oui, je t’aime, heure bénie,
Je te désire avec ardeur,
Car déjà souvent dans la vie,
Tu m’as sauvé du tentateur.


Doux moment de paix, heure sainte
Où, sur les ailes de la foi,
Mon cœur s’élève sans contrainte,
Je ne saurais vivre sans toi.


Sois donc toujours toute ma joie,
Tout mon refuge et mon secours,
Et que jamais Dieu ne me voie 
Passer sans toi l’un de mes jours!

Mme Mégroz (Chants évangéliques, no 329)

 

 

 

 

18 mai 

Amour et confiance

 

Que mon âme soit comblée de paix.

Que mon corps soit vivifié de joie.

Que mon cœur s’ouvre à la bonté 

et que la lumière éclaire mes pensées.

Que l’entraide, la bonne volonté, l’amour

 remplacent la haine et la violence, 

sur la terre tout entière, 

pour que chaque jour qui m’est donné

me remplisse d’espoir et de gratitude.

Et qu’à la tombée de la nuit, 

je m’endorme dans la confiance et dans la sérénité.

Réjane Briand, Un grand vent du large, ed. Novalis

 

 

 

 

11 mai

Nous croyons en Dieu !

 

Nous croyons en Dieu !

Malgré son silence et son secret, nous croyons qu’Il est vivant;

malgré le mal et la souffrance,

nous croyons qu’Il a fait le monde pour le bonheur de la vie;

malgré les limites de notre raison et les révoltes de notre cœur,

nous croyons en Dieu.

 

Nous croyons en Jésus-Christ !

Malgré les siècles qui nous séparent de lui, nous croyons en sa Parole;

malgré nos incompréhensions et nos refus, nous croyons en sa résurrection;

malgré sa faiblesse et sa pauvreté, nous croyons en son règne.

 

Nous croyons en l’Esprit saint !

Malgré les apparences, nous croyons qu’il conduit l’Église.

Malgré la mort, nous croyons à la vie éternelle;

malgré l’ignorance et l’incrédulité,

nous croyons que le Royaume de Dieu est pour toutes les femmes et pour tous les hommes.

Amen

Église luthérienne

 

 

 

 

4 mai

Avant un repas

 

Père,

Montre-moi qui tu es.

Que le monde soit harmonieux.

Accorde-moi trois bons repas.

Garde-nous dans ton pardon et fais que nous pardonnions aux autres.

Préserve-nous de nous-mêmes et du Mal.

Eugene Peterson

 

 

 

 

 

27 avril 

Dieu de compassion

 

Ô Créateur plein de compassion

puissions-nous t’honorer et te prier;

puissions-nous œuvrer avec toi pour établir

ton nouvel ordre de justice, de paix et d’amour.

Donne-nous ce qui nous est nécessaire pour grandir, 

et aide-nous, en pardonnant aux autres,

à accepter la grâce d’être pardonnés.

Fortifie-nous dans les moments d’épreuves, 

afin que nous puissions résister à tout mal, 

car la tendresse, la force et l’amour 

sont en toi, maintenant et pour toujours.

Amen.

Bill Wallace

 

 

 

 

 

20 avril 

Notre Père

 

Ô, Toi qui donnes vie, Père-Mère du Cosmos,

Dirige ta lumière à l’intérieur de nous, et rends-la utile

Pour que ton nom y vive pleinement,

Créé en nous maintenant ton règne d’unité,

Ton seul désir alors agit avec les nôtres, dans toute lumière et toutes formes.

 

Accorde-nous ce dont nous avons besoin chaque jour en pain et en conscience.

 

Efface les traces que nos échecs ont créées en notre cœur

De même que nous nettoyons notre cœur du poison de la rancune.

Ne laisse pas la surface des choses nous maintenir dans l’illusion,

Mais libère-nous de ce qui nous entrave.

 

De toi naissent toute volonté et le pouvoir d’accomplir,

Et le chant qui donne de la beauté à toute chose

Et qui à chaque instant renaît.

En toute vérité, ces paroles sont puissantes,

Qu’elles soient la terre où mes actions s’enracinent pour grandir ».

Traduction du Notre Père araméen 

proposée par Neil Douglas-Klotz 

 

 

 

 

13 avril - Pâques

Hymne à la Passion

 

Voyant son propre Agneau

traîné vers le supplice

Marie l’Agnelle

se démenant,

le suivait

avec d’autres femmes

et gémissait :

-Où vas-tu, mon enfant ?

Pour qui cette course rapide ?

Y aurait-il par hasard 

de nouvelles noces à Cana ?

Te hâtes-tu 

pour y changer l’eau en vin ?

Dois-je t’accompagner, mon enfant, 

ou faut-il que je reste ?

Parle-moi, Verbe, 

ne passe pas silencieux devant moi, 

toi qui m’as conservé pure.

Toi, mon Fils et mon Dieu !

 

-Si tu veux me suivre, 

ne pleure pas comme une mère infortunée !

Ne t’étonne pas non plus 

de voir les éléments 

frémir.

La Création toute entière 

va se révolter.

Le globe céleste, aveuglé, 

attend mon ordre 

pour rouvrir les yeux.

 

Le temple

déchirant son voile,

crie contre ces audacieux,

la terre et la mer

vont fuir en hâte.

Les montagnes seront ébranlées; 

les sépulcres vont tressaillir.

À ce spectacle

si tu es frappée de stupeur, comme une femme,

clame vers moi : « Pitié, 

mon Fils et mon Dieu ! »

Romanos le Mérode (490-560)

 

 

 

 

6 avril

Dimanche des Rameaux

 

 Dieu ma joie !

 

Dieu qui es ma joie !
tu es le souffle de ma vie,
tu es la source de mon chant,
tu es le feu qui m'a saisie.

 

Dieu qui es ma joie !
tu as fait de ma pauvreté
ta demeure de silence,

où tout être peut adorer
le secret de ta présence.

 

Dieu qui es ma joie !
toi seul es saint,
ton amour est puissance,
et dans tes mains
le monde prend naissance.

 

Dieu qui es ma joie !
tu disperses les vaniteux
comme la paille dans le vent,
mais tu chéris le malheureux
comme un enfant.

 

Dieu qui es ma joie !
tu renverses tous les rois,
tu dépouilles les nantis,
mais tu combles les petits
dont le cœur a faim de Toi.

 

Dieu qui es ma joie !
tu es fidèle à tes promesses
depuis hier jusqu'à demain,
car ta tendresse n'a pas de fin.

 

Église réformée de France

auteur original : Alain Lerbret 

 

 

 

 

 

30 mars

Je joue le sage et le fou

 

Je joue le sage et le fou

 

Devant l’humanité

Souvent je joue le sage.

Devant l’humanité

Souvent je joue le sage.

Mais au fond à même l’expérience

Approfondissante de l’Être

Je découvre la Sainte Ignorance.

 

Le sens des mots je le saisis par l’esprit

Qui perçoit leur contenance et

Leur consonance…

Qu’à peine je perçois cette réalité

De la terre.

Le sens des images je le perçois par

La force de leur révélation.

De leur résonance psychique, physique

Et spirituelle encore c’est bien

Personnel…

Le sens de la vie lui ?

Le sens de la vie, Lui ?

 

Je découvre la Sainte Ignorance

De questionner sans cesse pourquoi,

Et le comment et de comprendre

Qu’avant de comprendre je suis,

Je suis compris.

 

Je suis compris dans l’ensemble

Comme une partie jouant de tout.

Sainte composition

Sainte union,

Union dans la différence

Et la ressemblance.

Bang !

Voilà le rythme !

Le mouvement de l’être !

D’aimer !

De comprendre !

De chercher à s’entendre 

Et de savoir.

Oui de savoir.

Le savoir…

Le connaître

Co-naissance ?

Savoir après tout qu’on ne sait

Pas grand-chose du Tout !

Je joue le sage et le fou !

Pascal Parthenais

Peintre

 

 

 

 

 

23 mars

Ce que le vent dit au rocher 

 

Ce que le vent dit au rocher 

ce que la mer dit aux falaises.

Dis-leur 

qu’une immense bonté 

nous fait respirer plus à l’aise.

Dis-leur que Dieu n’est pas ce qu’on en croit 

ni ce qu’on en dit… bien souvent.

Il est comme un pain de froment.

Il est un vin qu’ensemble on boit.

Il est un festin partagé 

chacun donne et chacun reçoit 

et de ce fait tout est changé.

Dis-leur que là où je suis

sa voix seule peut m’enseigner mon nom 

et sa parole seule nous révéler son nom.

Mais dis-leur aussi 

qu’il n’est pas seulement ce que tu peux en dire

Dis-leur que tout bien réfléchi 

tu ne sais jusqu’à aujourd’hui

vraiment pas encore tout de lui.

Jeune du Centre hospitalier de Borromée, à Montréal; tiré de « Risquer Dieu »

 

 

 

 

 

16 mars

Je ferme les yeux et je vois…

 

Je ferme les yeux et je vois…

 

Je vois un jardin, un immense jardin,

un jardin magnifique tout vert, tout fleuri 

un jardin qui n’appartient à personne

qui sera pour qui aura le cœur pur,

qui n’a pas de fin, 

qui s’étend dans toutes les directions jusqu’à l’horizon...

Au loin je vois les formes des montagnes 

les hautes montagnes sont pour les bouquetins,

et les rochers sont les refuges des damans

de l’onagre qui gambade librement

et plus loin le bison paisse tranquille

et le brave cheval a la crinière au vent;

les hautes montagnes d’où coulent des torrents d’eau claire et cristalline 

les eaux pures jaillissent dans les ravins 

et qui se déversent en torrents impétueux,

elles plongent dans les gorges

elles sautent par-dessus les collines

elles serpentent entre les buttes 

elles abreuvent toutes les bêtes des champs 

les ânes sauvages étanchent leur soif

les eaux descendent en cascade et ne remontent pas sans avoir saturé la terre

sans l’avoir fait enfanter et bourgeonner

sans avoir arroser les frais herbages où il fait si bon se reposer

des champs de blé qui ondulent sous la brise

les moissons sont prêtes, les récoltes abondantes; 

sous les pluies printanières 

le désert est changé en verdure et la steppe en source d’eau fraîche

en un lieu de délices, 

d’abondance, de biodiversité 

des champs ensemencés, 

des vignes qui portent des fruits ;

sur le passage de l’eau pure la fertilité ruisselle,

les pacages du désert ruissellent,

les collines prennent une ceinture de joie, 

le prés se parent de troupeaux, 

les plaines se drapent de blé

et de myriades de fleurs 

de toutes les couleurs, 

des marguerites, des lis des champs,

tissées avec soin par des mains magiques

l’herbe des champs si bien habillée; 

des arbres poussent et étendent leurs frondaison, 

des arbres de toutes les tailles de toutes les dimensions

des acacias, des aloès, des sycomores,

et le figuier qui expose ses figues

et l’olivier, le dattier, l’abricotier.

tous ces bons arbres donnent de bons fruits

telles des offrandes à apporter cérémonieusement;

et au milieu d’eux un autre arbre, plus beau et plus grand que les autres

comme un grand chêne, comme un hêtre, comme un saule, 

placé près d’un courant d’eau

il a un feuillage qui ne se flétrit point

il porte de fruits en toute saison 

chacune de ses branches en est couverte

qu’elles ploient vers le sol chargées

des fruits si beaux, mûrs et juteux, 

tellement beaux qu’on n’oserait en cueillir et en manger;

et les oiseaux du ciel chantent dans leurs feuillages

et les oiseaux du ciel virevoltent

et ils y font leurs nids 

le petit moineau y trouve une maison

et l’hirondelle un endroit sûr pour y mettre sa couvée,

dans les magnifiques cèdres

c’est là que les oiseaux font leurs nids

c’est là qui naissent les oisillons 

et la cigogne s’installent dans les cyprès;

les petits du corbeau réclament leur pitance

l’autruche fait la belle

l’épervier et l’aigle déploient leurs ailes et prennent leur envol,

reptiles et fourmis pullulent, sauterelles et lézards grouillent partout

selon le commandement d’être féconds, de peupler la terre;

voici la mer remplie de créatures, 

pleine des poissons

voici la mer, grande et vaste,

dans laquelle s’ébattent tant et tant d’espèces,

des animaux innombrables, des tout petits et des si grands

poissons de toutes sortes et faune aquatique.

 

Joie dans le ciel, joie sur la terre,

tout crie et chante

bruissent la mer et ses richesses

que toute la campagne éclate en chants de fête

les arbres des forêts, qu’ils crient aussi leur joie

les arbres, qu’ils dansent et qu’ils frappent des mains

oui, que tous les arbres des forêts crient leur joie

que les fleuves aussi battent des mains

qu’avec eux les montagnes sautent de joie… 

Que c’est beau ! 

Que c’est beau ! 

Que c’est beau !

 

J’ouvre les yeux et je vois…

David Fines

 

 

 

 

9 mars

Prière pour la Journée internationale des femmes

 

Prions pour toutes les femmes qui ont été victimes d’abus de toutes sortes 

et offensées dans leur dignité humaine; 

prions pour celles trop souvent humiliées et marginalisées, 

et reconnaissons notre culpabilité face à elles.

 

Seigneur, notre Père, 

toi qui écoutes toujours le cri des pauvres, 

tu as créé l’être humain, homme et femme,

 à ton image et à ta ressemblance 

et tu as voulu la diversité des peuples dans l’unité de la famille humaine.

 

Mais parfois l’égalité de tes enfants n’a pas été reconnue; 

parfois les Églises chrétiennes se sont rendues coupables de marginalisation

 et d’exclusion à l’égard des femmes (et encore aujourd’hui), 

ne te reconnaissant pas 

dans celles qui ont faim et qui ont soif, 

dans celles qui sont persécutées, 

dans celles frappées par l’esclavage.

 

Pardonne-nous et accorde-nous la grâce de guérir les blessures encore présentes 

de sorte que tous et toutes, 

nous nous sentions tes enfants 

et que les femmes, enfin affranchies, 

retrouvent leur place dans la société. 

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Missionnaires de la Consolata

 

 

 

 

2 mars (Début du Carême)

Nous voulons t’en parler

 

Seigneur, notre Dieu, notre Père,

Nous voulons t’en parler à toi qui est venu pour alléger et fortifier nos vies.

 

Il y a dans nos vies des éléments douloureux qui arrivent,
sans que nous les ayons ni voulus, ni cherchés.

Ils nous emportent sans crier gare, nous y perdons pied
et voici que nous nous asphyxions dans le regret,
dans le trouble, l’inquiétude et le noir.

 

Tu ne nous demandes pas de taire nos révoltes, 
et tu ne nous conduis pas au-delà de nos forces,
tu acceptes nos questions,
et ton silence nous interpelle.

 

Aussi nous te le demandons :
viens alléger et fortifier nos vies
et la vie du monde entier.

Viens alléger la conscience qui s’agite en sa nuit,
le souvenir qui remonte,
viens nous alléger de nos soucis.

Aide-nous à alléger les autres par la bienveillance d’un sourire, 
d’un geste, d'une parole.

Prends notre main quand nos pieds ne nous portent plus,
tiens-nous debout, flageolants et pourtant vaillants.

 

Il y a des évènements douloureux qui arrivent
pour lesquels il ne faut ni conversion, ni pardon.

Mais tout simplement la légèreté et la force d'un doigt qui fait revivre,
ton doigt lié à notre doigt.

Amen.

Pasteur André Dumas

Tant de choses qui ne sont pas des fautes 

Éditée dans un livre intitulé "100 prières possibles" 

 

 

 

 

 

24 février

Toi la Vie

 

Toi la Vie, notre vie et le secret du monde,

Seigneur, nous t’adorons.

Toi l’Amitié, qui partages notre vie, 

l’accuses et la défends, 

la rends toujours possible, 

Seigneur, nous t’adorons.

 

Tu ouvres notre avenir,

tu nous donnes le présent,

tu viens à notre rencontre.

Tu nous interpelles et nous écoutes, 

nous respectes et nous modifies,

Seigneur, nous t’adorons.

Nous respirons, le monde existe, 

tu nous acceptes comme nous sommes, 

tu nous saisis en cet instant 

dans notre liberté, dans notre angoisse 

et dans le monde où tout peut arriver.

Nous marchons avec toi, paisibles, avec toi,

Seigneur, nous t’adorons dans la communauté.

Église Nationale Protestante de Genève

 

 

 

 

17 février

Aimez vos ennemis…

 

Jésus nous a dit : Aimez vos ennemis afin d’être les vrais fils de votre Père.

Père, nous t’en prions : garde-nous, nous t’en prions, en parfaite paix, aide-nous à marcher ensemble, à prier ensemble, à chanter ensemble et à vivre ensemble jusqu'au jour où tous les enfants de Dieu, Noirs, Blancs, Rouges et Jaunes, se réjouiront en une seule humanité commune dans le Royaume de notre Seigneur et notre Dieu.

Martin Luther King

 

 

 

 

10 février

Seigneur, entends notre cri

 

Le monde n’en peut plus de son cortège de souffrances.

Seigneur, n’entends-tu pas le cri de nos frères et de nos sœurs ?

Cri de toutes les victimes de la guerre.

Cri des enfants assassinés;

Cri des victimes de la vengeance et de la répression en Israël et en Palestine;

Cri des affamés et des exilés du Soudan;

Cri du peuple syrien, écrasé et mutilé dans une guerre qui n’en finit pas…

Cri des détenus déshumanisés, maltraités, torturés 

dans les cachots de trop nombreux pays;

Cri des condamnés à mort, en Chine, aux États-Unis, en Arabie, 

et qui attendent leur exécution…

Cri des bourreaux face à leur conscience.

Seigneur, n’entends-tu pas le cri de nos frères et de nos sœurs ?

Un cri a brisé le silence, un cri a ouvert une brèche.

Non, le monde n’est pas condamné à mourir.

La souffrance et la violence ne sont pas une fatalité.

Dans cette nuit, l’humanité se cherche et s’interroge :

Comment faire face à la violence ?

À nos propres violences ?

À nos lâchetés ?

Seigneur, entends notre cri.

Judith Boucher, cnd; ACAT

 

 

 

 

3 février

Prière dans l’attente de résultats d’examens médicaux

 

Seigneur, je te le dis : j’ai peur ! J’ai eu à faire des examens et les résultats m’inquiètent. Mon mal est là. Il me préoccupe beaucoup. Je veux, aujourd’hui, te le confier avec tout ce que je porte. Viens à mon aide !

Toi qui es soutien et réconfort, accompagne-moi. Que les résultats de mes examens soient pour le mieux. Et si c’est nécessaire, que les soins que je recevrai me permettent de bien lutter contre le mal. Oui, Seigneur, l’attente est difficile. Ne m’abandonne pas. Je crois en toi ! Donne-moi de la sérénité et de la paix. Amen

Des mots pour prier

Comité diocésain des malades

Diocèse de Chicoutimi, 2007

 

 

 

 

27 janvier

De quoi demain sera fait ?

 

Dis-moi, Seigneur,
de quoi sera fait demain,
mon demain à moi,
celui de ceux que j’aime ?...
Tous ces demains semés d'espérances
qui attendent de germer, 
les vois-tu, Seigneur ?

 

Les vois-tu ces espérances enfouies
au plus profond de nos jardins secrets,
là où personne n’entre
sinon toi et toi seul ?
Dis, les feras-tu éclore un jour
nos espérances en graines,
nos rêves, nos projets ?...

 

De quoi sera fait demain ?
Après tout, qu’importe,
puisque ta présence, Seigneur, 
m’accompagnera au cœur de mes déserts,
comme au plus fort de mes joies.
Ta présence qui m’invite déjà
à vivre aujourd'hui
comme pour mieux réaliser demain.

Non, ne me dis pas Seigneur
de quoi demain sera fait.
Dis-moi seulement que Tu es là.

Robert RiberÉvangile et Liberté, no 151

 

 

 

20 janvier

Interrogation

 

Jusqu’à ce jour,

je n’ai parlé qu’à moi-même,

qu’à des hommes et des femmes.

À travers moi, à travers eux et elles,

au-delà de moi, au-delà des autres,

je pressens de l’inconnu.

Dois-aller plus avant ?

Viendra-t-il à moi ?

Y aura-t-il une réponse à ma question ?

 

Certaines personnes t’appellent Vérité,

d’autres Beauté, d’autres le Sens.

D’autres disent Délivrance,

d’autres encore Paix et Joie,

d’autres Amour.

De quel nom dois-te nommer ?

Livre de prières, Société luthérienne des missions; éd Olivetan

 

 

 

 

13 janvier

Famille, foyer de vie et d’amour

         

Seigneur, nous te remercions, car tu as voulu que ton Fils bien-aimé soit aussi un enfant d’une famille humaine.

C’est dans les gestes et les paroles de ses parents, au cœur de leurs préoccupations, qu’il a compris tout ce qui fait la vie d’une famille.

 

Regarde nos familles avec bienveillance.

Que chacune devienne ce lieu privilégié où parents et enfants se sentent reconnus par ce qu’ils sont, portés par l’amour reçu et l’amour donné.

 

Protège le lien qui unit les parents entre eux et avec leurs enfants.

Que leurs attentions réciproques les amènent à donne le meilleur d’eux-mêmes.

Que leur compréhension favorise la liberté et l’initiative nécessaires à l’épanouissement personnel.

 

Fais des familles de nos églises des communautés de vie et de joie rayonnantes.

Que chacune d’elles se sentent solidaire de ce monde qui l’entoure, en gardant le cœur ouvert et les mains tendues pour partager.

 

À la tendresse de ton cœur de Père, nous confions les familles éprouvées.

Qu’elles sachent que ton amour et notre amitié les accompagnent dans la recherche de leur bonheur possible.

Amen

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

6 janvier

En ce premier mois de l’année

 

En ce premier mois de l’année

Que le Seigneur entende

les attentes et les espoirs

de chacune de nos communautés chrétiennes

du consistoire, de la région et de tous ses membres;

Que le Seigneur fructifie les efforts

pour l’unité des chrétiens;

Qu’il nous fasse tous acteurs de paix,

de justice et de réconciliation

là où nous vivons;

Que le respect de sa création

soit un souci de tous les décideurs industriels

et politiques du monde;

Que nous sachions tous et toutes, sans exception,

nous étonner et nous émerveiller

de tout ce que l’Esprit fait germer de neuf

dans notre consistoire mais aussi

plus largement dans notre monde.

Amen

Marc Schaefer, 

pasteur de l’Église protestante unie de France

inspiré par une prière père Daniel Nourissat

prêtre à Casablanca au Maroc

 

 

 

30 décembre

Prendre du temps

 

Nous consommons nos années comme un soupir… Elles passent vite et nous nous envolons… (Psaume 90,9-10)

 

Je suis sorti, Seigneur,
dehors les hommes couraient, les vélos couraient,
la rue courait, la ville courait, tout le monde courait.
Ils couraient pour ne pas perdre de temps,
pour rattraper le temps, pour gagner du temps.

 

Au revoir, Monsieur, excusez-moi, je n’ai pas le temps.
Je repasserai, je ne puis attendre, je n’ai pas le temps.
Je termine cette lettre car je n’ai pas le temps.
J’aurais aimé vous aider, je n’ai pas le temps.
Je ne puis accepter faute de temps.
Je ne puis réfléchir, lire, je suis débordé,
Je n’ai pas le temps.
J’aimerais prier mais je n’ai pas le temps…

 

Ainsi, les hommes courent tous après le temps, Seigneur.
Ils passent sur la terre en courant,
pressés, bousculés, surchargés, affolés, débordés,
et ils n’y arrivent jamais…
Tu es hors du temps, tu souris, Seigneur,
de nous voir nous battre avec lui,
et tu sais ce que tu fais,
tu ne te trompes pas lorsque tu distribues
le temps des hommes.

 

Tu donnes à chacun le temps de faire
ce que tu veux qu’il fasse…
Seigneur j’ai le temps à moi,
tout le temps que tu me donnes,
les années de ma vie, les journées de mes années,
les heures de mes journées, elles sont toutes à moi.

 

À moi de les remplir tranquillement, calmement,
mais de les remplir tout entières jusqu’au bord,
pour te les offrir,
et que de leur eau fade, tu fasses un vin généreux,
comme jadis à Cana, tu fis pour les noces humaines.

 

Je ne te demande pas ce soir, Seigneur,
le temps de faire ceci, et puis encore cela,
je te demande la grâce de faire consciencieusement,
dans le temps que tu me donnes,
ce que tu veux que je fasse.

Michel Quoist « Course »

 

 

 

23 décembre

Noël

 

Ce n’est plus le soleil que sera pour toi la lumière du jour, c’est le Seigneur qui sera la lumière de toujours.

Ésaïe 60,9

 

Voici que se lève sur la paille du monde

Une lumière première et dernière

Comme une coulée d’étoiles

Un voile de douceur dans la nuit des cœurs

 

Pour annoncer un commencement, il fallait bien un enfant !

Un visage de tout-petit qui porte l’inouï :

Dieu s’entre-dit dans notre histoire

 

Dieu est à nos côtés pèlerin d’humanité

Les gens qui goûtent cette présence sont en chemin vers leur naissance

 

Ils abritent en eux une racine de lumière incomparable et inaltérable

Extrait de Prière personnelle de Francine Carrillo, pasteure dans l’Église protestante unie de France

 

 

 

16 décembre

Avent 3

 

Ô Dieu, 

tourne nos regards 

vers les êtres sans paroles

vers les innocents sans voix !

 

Inscris au profond de nous 

le respect pour tous les êtres humains 

et garde vivant en nous 

le sentiment de leur dignité !

 

Au cœur des peuples déchirés, 

fais grandir la lueur d’un horizon nouveau !

 

Aux gens de la nuit, 

offre une fenêtre sur le jour, 

comme une trouée d’amour !

Mets dans nos cœurs et nos bouches

 la parole qui relève et sauve, 

les mots risqués

qui ouvrent à un commencement nouveau 

et signent le temps de Noël !

Traces

 

 

 

 

9 décembre

Avent 2

 

Seigneur, 
en regardant notre monde et le quotidien de notre vie, 

que de raisons de pleurer, que d’injustices, 

que de haines, de souffrances et de peurs ! 

Le malheur semble habiter l’humanité, 

le désespoir envahit nos pensées.

 

Et pourtant, 

au cœur de tout ce qui déstabilise nos vies,

tu viens nous rejoindre. 

Là où il n’y a que faiblesse et pauvreté, 

tu viens déposer la force de ta présence. 

Là où il y a méfiance et fermeture, 

tu viens ouvrir l’espace de ton règne,

construire des ponts par-dessus le murs de nos impasses.

 

Loué sois-tu 

d’être le Seigneur de la vie du monde.

 

Loué sois-tu d’être cet ami de l’humanité

qui veut renverser, transformer, 

renouveler l’existence pour qu’au creux du malheur 

puisse poindre l’espérance de ce qui rend heureux.

 

Loué sois- tu !

Bernard Sturny

Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd. Olivetan, p. 410

 

 

 

 

 

2 décembre 

Avent 1

 

Seigneur,

Il y a des moments où la mauvaise humeur est en moi :

donne-moi la joie de réapprendre à sourire.

 

Il y a des moments où je garde tout pour moi :

fais venir le jour de réapprendre à partager et à aimer. 

 

Il y a des moments où le mensonge niche à ma porte :

accorde la force de de réapprendre à être vrai.

 

Que ce temps de l’Avent soir pour moi,

pour l’Église et l’humanité tout entière,

le temps de l’apprentissage des vraies valeurs,

le temps d’un vrai changement.

 

Comme la lente montée d’un jour nouveau,

tu viens nous renouveler entièrement

à l’image et à la ressemblance de Jésus, notre Seigneur.

 

Jean Tartier, pasteur luthérien

Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd. Olivetan, p. 417

 

 

 

 

 

 

25 novembre

Fête du Christ-Roi (Dernier dimanche de l’année chrétienne)

 

Je crois en Jésus de Nazareth, 

le nourrisson né dans un étable,

d’un couple d’étrangers poussé sur les routes de l’exil

pour obéir aux ordres d’un empereur.

 

Je crois en Jésus de Nazareth, 

l’homme fatigué qui s’est assis au bord d’un puits, 

et qui a osé parler à une femme étrangère.

Il lui a permis de découvrir qui elle était, 

elle qu’on appelait la femme aux six maris.

 

Je crois en Jésus de Nazareth,

le Juif qui croyait que son message était réservé aux enfants d’Israël.

Mais qui a élargi son regard lorsqu’une femme cananéenne 

a manifesté une confiance telle qu’elle a réussi à briser ses préjugés.

 

Je crois en Jésus de Nazareth,

le prisonnier victime d’un procès inique, 

abandonné, humilié, flagellé, crucifié,

suivi par quelques femmes jusqu’à la croix,

mais qui trouve encore la force de pardonner à ses bourreaux.

 

Je crois en Jésus de Nazareth, 

qui n’est pas au tombeau lorsque les femmes veulent l’embaumer,

mais qui partage la route des pèlerins découragés,

et qui se révèle dans le pain rompu et partagé.

 

Je crois en Jésus de Nazareth.

Je crois qu’il est le Christ de Dieu.

Je crois que, par son Esprit, il est avec nous tous les jours.

Source inconnue

 

 

 

 

18 novembre

Prière pour un enfant malade

 

Seigneur Jésus, regarde notre enfant qui est malade. Il a beaucoup de mal; vois comme il souffre. 

Tu le sais, nous avons tellement d’inquiétude à son sujet. Il devra avoir plusieurs soins, nous le savons bien, mais nous ne voulons pas qu’il souffre davantage. 

Nous voulons te prier aujourd’hui pour lui, mais aussi pour nous. 

Donne, Seigneur, à ses médecins et au personnel soignent, la science et le doigté nécessaire pour lui redonner santé, agilité, joie et vie, tout le meilleur possible ! 

Donne-lui, dans tout son être, la confiance en toi et en toutes les personnes qui s’occupent de lui. Donne-nous aussi, à nous ses proches, la force de l’aimer inconditionnellement et de toujours te reconnaître en lui, Donne-nous encore, la patience dont nous avons besoin, et l’espérance d’une qualité de vie meilleur pour notre enfant que nous aimons tant.

Adapté de Des mots pour prierComité diocésain des malades, Diocèse de Chicoutimi (2007)

 

 

 

 

 

11 novembre

Jour du Souvenir

 

Seigneur, nous te rendons grâce pour le temps de paix, certes fragile, que vivent entre eux la plupart des peuples. 

Et nous te prions pour tous les peuples qui, en plusieurs régions troublées, connaissent la guerre et les conflits, souvent dans l’indifférence du monde. 

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Seigneur, nous nous souvenons des soldats de tous les pays. Nous te présentons ces hommes et ces femmes qui, se mettant au service de la paix, risquent aujourd’hui leur vie pour leurs concitoyens. 

Et nous te prions pour ceux et celles qui ont été blessés ou tués dans des attentats ou sur des théâtres d’opérations extérieures. 

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Seigneur, nous te présentons les victimes civiles des guerres et des conflits armés, celles des attentats terroristes.

Et nous te prions pour les personnes les plus vulnérables, les plus innocentes, les enfants, les femmes, les jeunes gens et les jeunes filles, broyées sans merci par les violences et la barbarie, et qui n’aspiraient qu’à vivre en paix, qu’à embellir le monde.

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Seigneur nous te rendons grâce pour toutes les personnes qui, au nom de leur foi se soucient de la dignité de la personne humaine. Elles sont partout des artisans de paix : dans leur famille, leur travail, leur communauté, au sein d’associations ou de leurs églises. 

Et nous te prions pour celles et ceux qui sont victimes d’injustice, de mépris, de misère, de violence. Nous te prions tout particulièrement pour les réfugiés, les exilés, les membres des minorités persécutées. 

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Seigneur nous te rendons grâce pour les gens qui acceptent des responsabilités politiques, économiques, sociales et syndicales. 

Et nous te prions pour qu’ils aient toujours le souci du bien commun en vue de construire une société fondée sur la vérité, la justice, la charité. 

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Seigneur nous te rendons grâce pour les communautés chrétiennes qui se réunissent à travers le monde. Elles sont humblement à l‘écoute de ta Parole et partagent avec espérance ton Esprit. 

Et nous te prions pour qu’elles accueillent ta paix et qu’elles en soient les témoins fidèles dans tous les pays où elles vivent. 

Dieu de miséricorde apprends-nous les chemins de la fraternité et de la paix. 

 

Aux appels de ton peuple en prière, réponds, Seigneur, en ta bonté : donne à chacune, à chacun, la claire vision de ce que nous avons à faire et la force de l’accomplir. 

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Adapté d’une prière du Diocèse catholique d’Alsace

 

 

 

 

 

4 novembre

Ma dernière prière 

 

Seigneur, 

voici la dernière prière que j’aimerais t’adresser, avant de quitter cette terre, alors que tu m’appelleras chez toi.

Je veux te la redire chaque jour, afin qu’aux dernières heures de ma vie, elle soit présente à mon esprit, pour t’exprimer les sentiments de mon cœur.

Je reconnais ton grand amour pour moi. Malgré mes fautes et mes erreurs, crois-moi, je t’ai aimé, j’ai cru en toi, j’ai espéré en toi.

Père, Fils et Esprit, Trinité Sainte, je t’adore et j’unis mes louanges aux louanges des anges dans le ciel.

Père très bon, ton Fils Jésus nous a fait connaître ta grande miséricorde. Accorde-moi le pardon de toutes les fautes de ma vie. Oublie les péchés que j’ai pu commettre contre toi et contre mon prochain. Tiens compte du pardon que je donne volontiers à ceux qui ont pu t’offenser.

Je te remercie pour tous les bienfaits dont tu m’as comblé-e. Merci aussi pour les épreuves. Je les ai trouvées dures parfois. Je les comprends mieux maintenant.

Seigneur Jésus, tu as promis de conduire à ton Père tous ceux qu’il t’a confiés. Tu es mon Salut. En toi je mets toute ma confiance.

Esprit Saint, tu es lumière et force sur mon chemin, conduis-moi jusqu’à la mystérieuse rencontre au seuil de l’éternité.

Seigneur, c’est ton enfant qui arrive chez toi. Entre tes mains de Père, je remets mon esprit.

Amen

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, 

Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

 

28 octobre : Dimanche de la Réformation

Un appel à prier

« Puisque tu accueilles les prières, tous les humains viennent à toi. » (Psaume 65,3)

 

Pour prier et remercier, il faut venir à Dieu. Mais où le trouver ? Pendant longtemps, c’était à Jérusalem, mais maintenant, c’est en Jésus-Christ puisque c’est en lui que Dieu a choisi de se faire connaître à tous les hommes de tous les lieux. Voilà le bienfait pour lequel nous devons louer Dieu. Ce psaume veut nous permettre de mieux connaître Dieu et de mieux savoir en particulier de quelle manière il nous entend et nous répond.

Qui est responsable quand nous ne recevons pas de Dieu ce que nous désirons ? Certainement pas Lui, mais il se peut que nous l’ayons prié avec mollesse ou paresse. L’auteur du psaume ne nous trompe pas quand il dit que Dieu écoute avec plaisir les prières de tous les hommes sur la terre. Chacun peut venir à lui. Chacun, c’est toi et c’est moi; car Dieu n’est pas seulement mon Dieu et le Dieu des Juifs et des prêtres, mais mon Dieu et le Dieu de tous ceux qui sont faits de chair et de sang. J’ai été baptisé en son nom et je crois en lui; alors je sais qu’il est décidé à écouter ma prière avec joie.

Martin Luther

 

 

 

 

21 octobre

Prières de Martin Luther

 

Ô bon Père céleste, permets que nous soyons toujours obéissants. Apprends-nous à nous attacher à la vraie vie et à rechercher surtout l’héritage éternel. Fais que ce que nous possédons ici-bas ne nous détourne jamais du Royaume où tu nous convies. 

Amen.

 

Enseigne-nous, ô Père, à ne pas nous confier en nous-mêmes ou en nos belles entreprises, mais à tout attendre de ton infatigable bonté.
Que la tristesse de vivre souvent en désaccord avec ta volonté ne nous submerge pas, mais plutôt que ta miséricorde s’étende à toute notre vie et la fertilise. 

Amen.

 

 

 

14 octobre

Prière de Martin Luther

 

Aide-nous, ô Dieu.
Comme il est triste que, tandis que brille la lumière de l’Évangile, bien des hommes continuent à se comporter avec légèreté.
Apprends-leur que l’Évangile ne peut cohabiter avec la frivolité, mais que ceux qui s’ouvrent à la foi reçoivent le salut et mille bienfaits, et qu’il n’est plus grand bonheur qu’en vivant comme Christ le veut. 

Amen.

 

 

 

7 octobre

Prière de Martin Luther

 

Je ne veux, Seigneur, ni argent ni or.
Donne-moi une foi ferme et inébranlable.
Je ne cherche, Seigneur, ni plaisirs ni joies de ce monde.
Console-moi et affermis-moi par ta sainte Parole.
Je ne te demande pas honneurs et considérations d’ici-bas :
ils ne peuvent en rien me rapprocher de toi.
Donne-moi ton Saint-Esprit.
Qu’il éclaire mon cœur et me fortifie.
Qu’il me console dans mon angoisse et ma misère.
Garde-moi jusqu’à la mort dans la vraie foi, 
dans la ferme confiance en ta grâce.
Amen.

 

 

 

30 septembre

Prière d’une personne malade

 

Seigneur, je vis difficilement la maladie et j’ai parfois l’impression d’être seul-e dans cette situation. Malgré ma solitude, on m’a dit que je ne suis pas une personne seule, que d’autres m’entourent et me soutiennent. Souvent, je ne sais plus… 

Aujourd’hui, Seigneur, je me tourne vers toi dans la prière. Sois avec moi. Aide-moi à comprendre que les gens qui me donnent des soins, qui me rendent visite, qui restent avec moi, qui se dévouent pour moi, c’est par eux, Seigneur, que tu me donnes de l’attention et du soutien, et que tu peux combler ma solitude. Tu n’es pas avec moi pour faire mes caprices, je le sais bien, mais pour me réconforter, pour m’aider à remonter la côte, à lutter contre la maladie, pour m’encourager dans les moments les plus difficiles. En toi Seigneur, je peux trouver soutien et réconfort. 

Aide-moi encore à avoir un bon moral et donne -moi le courage d’avancer avec toi, et avec tous ceux et celles qui m’entourent, tout au long de ces jours que je vis maintenant. 

Amen.

Des mots pour prier, Comité diocésain des malades, Diocèse de Chicoutimi, 2007

 

 

 

 

23 septembre 

Journée de la Paix (21 septembre)

 

Nous te louons, Saint-Esprit, 

notre défenseur et consolateur.

 Aide-nous à proclamer la vie 

dans le domaine de la mort : 

soutiens-nous lorsque nous affrontons 

les puissances de la destruction;

contrains-nous à forger des charrues avec les épées, 

des serpes avec des lances, 

afin que les loups et les brebis 

puissent vivre ensemble dans la paix, 

et que la vie soit célébrée, 

et la création restaurée comme le domaine du vivant.

Saint-Esprit, nous te louons, 

car tu nous aides à proclamer la vie 

dans le domaine de la mort.

Conseil œcuménique des Églises, Livre de prière, Société luthérienne des mission, 2008

 

 

 

 

 

16 septembre

Au fil des jours

 

Seigneur, tu as promis à qui te cherchent que le reste viendrait par surcroît.

Ce reste ne serait-il pas ces petits bonheurs, ces simples joies qui se succèdent au fil des jours ?

 

Leur présence est discrète, comme celle des violettes. Elle ne s’impose pas à ceux qui passent sans regarder.

Mais, si je cherche, si j’ouvre les yeux, ceux du cœur comme ceux du corps, combien de fois l’émerveillement mettra sur mes lèvres un désir de prier !

 

Seigneur, que de beautés dans ta création : les paysages, les fleurs, les fruits, le chant des oiseaux, les couchers de soleil, les changements de saisons !

 

Que de bontés dans les gestes qui naissent de l’amour fraternel : un sourire de sympathie, un mot du cœur, un service gracieusement rendu et reçu, la chaleur d’une présence, un partage d’amitié.

 

Sans doute, ce n’est pas encore le grand bonheur; tu m’as promis davantage, Seigneur, et j’ai besoin de plus.

Mais je sais que ces sourires de la vie, tu les as distribués sur mon chemin, comme les fleurs qui portent l’espoir de jolies moissons.

 

Aide-moi, Seigneur, à habiter mes silences de pensées à saveur agréable, à refaire continuellement mon regard, pour que je sache découvrir les signes de ta présence dans le tissu bien simple de mon quotidien.

 

Apprends-moi à reconnaître les délicates attentions de ton cœur de Père et à ne jamais cesser de m’en étonner.

 

Ainsi, dans la vie, aux couleurs de tous les jours, petits bonheurs et simples joies soutiendront mon espérance et mon cheminement vers ma demeure d’éternité. Amen.

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

 

 

9 septembre

Accueillir

 

Celui ou celle qu’on ne dérange jamais

Qui reçoit avec bonté, qui écoute avec sympathie, qui donne avec amour,

Celui ou celle qu’on est toujours certain de pouvoir rencontrer quand on a besoin de parler à quelqu’un…

 

Aide-moi, Seigneur, à être cette présence rassurante, à offrir cette amitié reposante, à rayonner cette paix joyeuse, à être recueilli-e en toi, pour toi.

 

Et pour cela, Seigneur, que ta pensée ne me quitte pas, que ta vérité habite en moi, que ta loi, soit mes délices.

 

Et qu’ainsi, seigneur, dans la simplicité de mon cœur, dans le quotidien de ma vie, je puisse aider les autres à te savoir plus proche, à reconnaître ton amour dans un geste d’accueil qu’en ton nom j’accomplis. Amen.

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

 

2 septembre

Nous aimons notre Église avec ses limites et ses richesses, (…). 

C’est pourquoi nous la respectons, tout en rêvant qu’elle soit toujours belle. 

 

Une Église où il fait bon vivre, 

où l’on peut respirer, dire ce que l’on pense. 

Une Église de liberté. 

 

Une Église qui écoute avant de parler, 

qui accueille au lieu de juger, 

qui pardonne sans vouloir condamner, 

qui annonce plutôt que de dénoncer. 

Une Église de Miséricorde. 

 

Une Église où le plus simple des membres comprendra ce que l’autre dira, 

où le plus savant des chefs saura qu’il ne sait pas, 

où tout le peuple manifestera. 

Une Église de sagesse. 

 

Une Église où l’Esprit-Saint pourra s’inviter 

parce que tout n’aura pas été prévu,

réglé et décidé à l’avance. 

Une Église ouverte. 

 

Une Église où l’audace de faire du neuf 

sera plus forte que l’habitude de faire comme avant. 

 

Une Église où chacun, chacune pourra prier dans sa langue, 

s’exprimer dans sa culture, 

et exister avec son histoire.

 

Une Église dont le peuple dira non pas 

« Voyez comme ils sont organisés », 

mais « voyez comme ils s’aiment ». 

(…)

Mgr Guy Deroubaix (1927-1996)

 

 

 

26 août

La vraie prière

 

Quand ma prière devint de plus en plus fervente 

et de plus en plus intense, 

je trouvai de moins en moins à dire.

Finalement, je me tus totalement.

Et enfin, contraste plus flagrant encore, 

je me mis à écouter.

D’abord je pensais que prier, c’était parler.

J’appris que la prière, ce n’est pas seulement se taire,

 mais écouter.

Bref, prier ce n’est pas parler, c’est faire silence, 

se taire et attendre, 

jusqu’à ce que le priant entende Dieu.

Soren Kierkegaard

 

 

 

 

19 août

 

Seigneur, apprends-moi qu’être prêt à pardonner est l’une des plus grandes marques de force

 et que le désir de vengeance est l’une des manifestations de la faiblesse.

Seigneur, si j’Ai blessé mon prochain, donne-moi la force de m’excuser; 

si les gens m’ont fait du tort, donne-moi le courage du pardon.

Prière musulmane

 

 

 

12 août

 

Ce calumet a été donné à mon peuple par le Créateur en vue de la paix et de l’amitié.

Je vous l’offre à vous, mes frères et mes sœurs du monde.

Ô grand Esprit, par ce calumet, symbole de la paix, du Conseil et de la fraternité, 

nous te demandons d’être avec nous : aide-nous à être justes; 

conduis-nous de telle sorte que nous puissions aider tous ceux qui sont dans le besoin; apprends-nous à vivre comme des frères et des sœurs et à nous aimer les uns les autres.

Prière amérindienne

 

 

 

5 août

 

Dieu tout-puissant, Seigneur, qui, de là-haut, voit tout, 

aujourd’hui nous t’appelons pour une grande cause : 

nous sommes sans cesse entourés de guerre, nous avons besoin de paix !

Accorde la paix aux individus, aux foyers, aux familles, étends la paix aux quatre coins du monde.

Prière africaine

 

 

 

 

29 juillet

 

Notre Dieu qui es au cieux, Seigneur de la paix, 

donne-nous la force d’agir et de vivre selon ta justice

et accorde la paix à notre terre.

Apprends-nous qu’aimer Dieu, cela se reconnaît à l’amour des humains 

et qu’il faut aimer son ennemi tellement qu’il soit obligé de nous aimer.

Prière juive

 

 

 

 

22 juillet

 

Jamais la haine ne fait cesser la haine. C’est la bienveillance qui réconcilie.

Rejetant toute arme, toute défense, ne tuant pas, ne faisant pas tuer…

Oppose la douceur à la colère, la bonté à la méchanceté, la générosité à l’avarice et la vérité au mensonge.

Prière bouddhiste

 

 

 

15 juillet

 

Que Dieu nous protège et nous nourrisse. Puissions-nous travailler ensemble avec énergie.

Que nos études portent du fruit. Puissions-nous nous aimer les uns et les autres et vivre en paix.

La paix, la paix, la paix pour tous.

 

Soyez unis; parlez dans l’harmonie; que nos esprits comprennent de la même façon.

Que nos sentiments à l’égard des autres être soient semblables.

Que nos cœurs soient unis. Que communes soient nos intentions. Parfaite notre unité pour la paix.

La paix, la paix, la paix pour tous.

 

Ô Dieu, conduis-nous de l’irréel au réel.

Ô Dieu, conduis-nous des ténèbres à la lumière.

Ô Dieu, conduis-nous de la mort à l’immortalité.

Que la paix soit dans les cieux; la paix au ciel et sur la terre, la paix pour tous les êtres !

Prière hindouiste

 

 

 

 

8 juillet

Si…

 

Si mes lèvres pouvaient chanter 

autant de chansons qu’il y a de vagues dans la mer; 

si ma langue pouvait chanter 

autant de cantiques qu’il y a d’ondes dans l’océan;

si ma bouche

remplissait le firmament de louanges;

si mon visage brillait comme soleil et lune ensemble;

si mes mains volaient dans le ciel comme des aigles majestueux

et mes pieds couraient à travers les montagnes légers comme le cerf,

tout cela ce serait pas suffisant

pour te rendre hommage, Ô Seigneur, mon Dieu.

Prière talmudique

 

 

 

1er juillet

La halte

 

Merci pour le temps de la halte

qui désencombre nos journées

de l’inutile, du superflu.

Qui nous fait chercher l’essentiel sans artifice, ni faux semblant.

Qui nous vide de nos sécurités toutes faites

pour laisser place à la nouveauté.

Merci pour le temps de la prière 

qui fait taire toute agitation.

Stoppe la course folle 

où nous sommes embarqués 

qui nous retrouve en vérité.

Denis Haller

 

 

 

24 juin

Loué sois-tu

 

Très Haut, tout puissant et bon Seigneur 

à toi louange, gloire, honneur,
et toute bénédiction;
à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,
et nul n’est digne de te nommer.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
et surtout messire frère soleil,
par qui tu nous donnes le jour, la lumière;

lui, le jour dont tu nous éclaires,

beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, ô Très Haut, portant l’image.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées,
claires, précieuses et belles.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère vent,
pour l’air et le nuage et le ciel clair et tous les temps
par qui tu tiens en vie toutes les créatures.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour notre sœur eau,
qui est très utile et très humble,
précieuse et chaste.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère feu,
par qui tu éclaires la nuit :
il est beau et joyeux,
indomptable et fort.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi;
qui supportent épreuves et maladies :
heureux s’ils conservent la paix,
car par toi, le Très Haut, ils seront couronnés.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour notre sœur la mort corporelle
à qui nul vivant ne peut échapper.
Malheur à ceux qui meurent dans l’état de péché mortel ;
heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 

Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité.

François d’Assise

 

 

 

17 juin

Fêtes des pères

Quand on n’a que ses mains 

 

Quand on n’a que ses mains à tendre ou à donner

Quand on n’a que ses yeux pour rire ou pleurer

Quand on n’a que sa voix pour crier et chanter

Quand on n’a que sa vie et qu’on veut la donner

Béni sois-tu pour l’amour

Béni sois-tu pour la vie

 

Quand on n’a que sa peine à dire ou à cacher

Quand on n’a que ses joies à taire ou à partager

Quand on n’a que ses rêves à faire voyager

Quand on n’a que sa vie et qu’on veut la donner

Béni sois-tu pour l’amour

Béni sois-tu pour la vie

 

Quand le pain et le vin ont goût de vérité

Quand il y a sur la route ces pas qu’on reconnaît

Quand on regarde ensemble vers le même sommet

Quand on n’a que sa vie et qu’on veut la donner

Béni sois-tu pour l’amour

Béni sois-tu pour la vie

 

Quand il y a sa présence pour vivre et espérer

Quand les chemins du risque s’appellent vérité

Quand les quatre horizons conduisent vers la paix

Quand on n’a que sa vie et qu’on veut la donner

Béni sois-tu pour l’amour

Béni sois-tu pour la vie

(Feuilles de la Maladière, Évangile et Liberté, janvier 2000)

 

 

 

10 juin

Cherchez-vous le bonheur ?

 

Bonheur à vous qui savez rire de leur propre personne : vous n’avez pas fini de s’amuser.

Bonheur à vous qui savez distinguer une montagne d’une taupinière : il vous sera épargné bien des tracas.

Bonheur à vous qui êtes capables de se reposer et de dormir sans chercher d’excuses : vous deviendrez sages.

Bonheur à vous qui savez vous taire et écouter : vous apprendrez des choses nouvelles.

Bonheur à vous qui possédez assez d’intelligence pour ne pas vous prendre au sérieux : leur entourage vous appréciera.

Le bonheur est en vous, si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses : vous irez loin dans la vie.

Le bonheur est en vous, si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace : votre route sera ensoleillée.

Le bonheur est en vous, si vous êtes capables de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui, même si les apparences sont contraires : vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.

Bonheur à vous qui pensez avant d’agir et qui riez avant de penser : vous éviterez bien des bêtises.

Bonheur à vous qui savez vous taire et sourire quand même, lorsqu’on vous coupe la parole, lorsqu’on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds : l’Évangile commence à pénétrer dans votre cœur.

Bonheur à vous qui savez reconnaître le Seigneur en toutes les personnes que vous rencontrez : vous avez trouvé la vraie lumière, vous avez trouvé la vraie sagesse.

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

3 juin

En avant !

 

En avant ! 

pour un monde nouveau.

En avant ! 

pour une société plus humaine.

En avant ! 

pour un univers à visage humain.

En avant ! 

au-delà des pleurs et de grincements de dents 

pour vivre compréhensions et amour.

En avant ! 

au-delà des blessures et des brisures passées 

pour construire des maisons de tendresses et de compassion.

En avant ! 

au-delà de nos limites, guidés par nos enfants 

pour bâtir les sentiers de la confiance et de la fraternité de demain.

En avant ! 

au-delà des partis pris, des images toutes faites ou brisées 

pour une rencontre nouvelle et toujours renouvelée.

En avant !

Simon Sire, Église réformée de France, Carcassonne

 

 

 

 

27 mai

Pentecôte

Esprit Saint, toi qui as pour mission d’orienter et de guider nos existences, accorde-nous le souffle et le feu d’une Pentecôte pour notre temps.

Daigne inspirer nos humbles efforts pour l’avancement, en nous et autour de nous, du Royaume de Dieu inauguré par Jésus Christ.

Forts de ton appui, solidaires les uns des autres, puissions-nous utiliser nos talents et nos ressources au service d’un renouveau spirituel ajusté aux réalités d’aujourd’hui.

Aide-nous à trouver des orientations qui répondent aux aspirations les plus légitimes d’une humanité en quête d’unité et de paix dans la Vérité et l’Amour.

Amen

 

Irénée Beaubien, jésuite, précurseur du dialogue œcuménique au Québec; prière rédigée et proclamée par Irénée Beaubien, sur la Grande Place de l’Exposition universelle 2000 à Hanovre, en Allemagne, le jour de la Pentecôte, journée officiellement consacrée au Pavillon œcuménique

 

 

 

20 mai

Tu es merveilleux Seigneur

 

Seigneur, voilà déjà bien des années

que tu m’as fait de don précieux

de la vie.

 

Comme tu le sais, 

j’ai connu des joies et de succès,

j’ai rencontré des épreuves et des deuils.

 

Quand je regarde ce que j’ai vécu, quand je pense à ce que tu as été pour moi, je voudrais des mots tout neufs pour te dire ma reconnaissance.

 

Maintenant que j’ai le loisir de regarder davantage ta création, fais-moi goûter la douceur du soleil, la beauté d’une fleur et toutes tes merveilles, ces œuvres qui proclament ta gloire.

 

Seigneur, garde la joie dans mon cœur. Quels que soient mes soucis et mes misères, accorde-moi de ne jamais me replier sur moi-même, mais de penser plutôt à ceux et celles qui m’entourent et qui ont tant besoin, comme moi, d’une présence paternelle.

 

Si j’ai moins de force, donne-moi plus d’âme, plus de lumière, de compréhension et de bienveillance.

 

Lorsque je m’approcherai de l’éternité, garde ma main dans la tienne, daigne accueillir, comme une prière, ma maladie et mes souffrances.

 

Que ma mort, humble et confiante, soit ici-bas ma dernière bonne action, mon dernier « oui » à ta sainte volonté. Et j’entrerai chez toi pour la fête éternelle de ton amour. Crois-moi, Seigneur, tu es merveilleux. 

Amen.

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

13 mai

Fête des mères

À toutes les tisserands et tisserandes du monde

 

Dieu est assise et pleure,
la merveilleuse tapisserie de la création 
qu’elle avait tissée avec tant de joie
est mutilée, déchirée en lambeaux, réduite en chiffons;
sa beauté saccagée par la violence.

 

Dieu est assise en pleurant;
mais voyez, elle rassemble les morceaux
pour tisser à nouveau.
Elle rassemble les lambeaux de nos tristesses,
les peines, les larmes, les frustrations,
causées par la cruauté, l’écrasement,
l’ignorance, le viol, les tueries.

Elle rassemble les chiffons du dur travail, 
des essais de plaidoyers,
des initiatives pour la paix,
des protestations contre l’injustice,
toutes ces choses qui semblent petites et faibles, 
les mots et les actions offertes en sacrifice 
dans l’espérance, la foi, l'amour.

 

Et voyez !

Elle retisse tout cela

avec les fils d’or de l'allégresse

en une nouvelle tapisserie,

une création encore plus riche, encore plus belle

que ne l’était l’ancienne !

Dieu est assise, tissant

patiemment, avec persistance

et un sourire qui rayonne comme un arc-en-ciel 

sur son visage baigné de larmes.

 

Et elle nous invite

non seulement à continuer à lui offrir

les lambeaux et les chiffons de notre souffrance

et de notre travail,

mais bien plus que cela :

à prendre place à ses côtés, 

devant le métier de l'allégresse 

et à tisser avec elle 

la Tapisserie de la création nouvelle.

 

M. Riensiru

Oser le dire

 

 

 

5 mai

Vieillir en beauté

 

Dieu de tendresse et d’amour,

donne-nous la grâce 

d’une vieillesse indulgente et compréhensive, 

d’une vieillesse qui sourit à la vie, 

d’une vieillesse qui fait encore des projets, 

d’une vieillesse qui sait encourager et féliciter,

d’une vieillesse amie de la jeunesse,

d’une vieillesse qui se confond avec la sagesse.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

donne-nous la grâce 

du bonheur d’aimer et d’êtres aimés,

de ta bienveillante présence dans notre vie quotidienne,

de l’abandon serein dans la maladie,

de la mort acceptée et offerte généreusement.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

préserve-nous

de la solitude et de l’isolement,

des regrets inutiles et affligeants,

des souvenirs attristants,

des rengaines déprimantes,

de l’oubli des nôtres et de ceux et celles qui nous aimons,

de la peur angoissante de la mort et du jugement.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

accepte notre offrande

de notre vie, de nos amours, de nos joies et nos épreuves,

et des clartés de la foi, illumine nous jours;

de joie et d’espérance, réconforte-nous,

et de la paix de la charité, comble-nous.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

accueille-nous, quand nous arriverons chez toi,

prépare-nous une place auprès de toi dans ton paradis;

nous allons vers toi avec le peu que nous sommes et le peu que nous avons;

les mains ouvertes nous attendons tout de ton amour.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

donne-nous la confiance et l’espérance :

tu le sais, nous t’avons prié en t’appelant « Père »;

nous sommes toujours tes enfants, 

c’est notre joie de la reconnaître.

Comme à l’ami que nous voulons retenir lors d’une visite,

laisse-nous te redire : Reste avec nous, oui, reste avec nous jusqu’à la mystérieuse rencontre au seuil de l’éternité.

 

Dieu de tendresse et d’amour,

pour avoir écouté notre prière, 

nous te disons : Merci.

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

29 avril

23-29 : Semaine nationale des bénévoles

 

Seigneur Jésus, tu es venu en ce monde,
non pas parce que tu le devais nécessairement,
mais dans une totale liberté,
parce que tu nous aimais
et ne pouvais faire autrement
que de venir nous servir.
Nous te remercions
pour un amour aussi gratuit.
Merci aussi de répandre en nos cœurs,
par ta Parole et ta Présence,
les mêmes sentiments de disponibilité !
Tu as répandu en nous ton Esprit,
nous inspirant ainsi le goût irrésistible
de te ressembler et de t’imiter.
Confirme en nous cet Esprit de service
et donne-nous la force de ne pas abandonner,
même aux heures d’obscurité.
Car nous savons
qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir,
comme tu l’as dit toi-même.
Conserve en nous cet élan joyeux
qui nous pousse à faire le bien gratuitement
et à nous donner nous-mêmes entièrement.
C’est comme un avant-goût du ciel,
où nous ne ferons rien d’autre
que de donner et d’aimer,
parce que nous verrons ce Dieu
qui nous aime de tous temps gratuitement,
sans aucun mérite de notre part.

Auteur anonyme

Communauté pastorale Pléneuf - Matignon - Erquy (France)

 

 

22 avril 

Jour de la terre/Lundi de Pâques

 

Toi qui as tout créé et qui continues à créer, merci pour cette Terre si belle, unique dans l’univers, pour cette Nature si magnifique et si florissante, pour ce jardin si extraordinaire, et en même temps si fragile, que tu nous as donné pour que nous en soyons les gardiens, dans la fidélité et la reconnaissance, et pour que nous le léguions aussi beau que tu nous l’as donné, à nos enfants et aux enfants de nos enfants.

 

Toi qui as tout créé et qui continues à créer, merci pour la beauté de chaque jour, pour le soleil et la neige, pour la pluie et le vent, pour la majesté de l’arc-en-ciel et la marche toujours nouvelle des nuages, pour tous ces éléments naturels qui rendent le monde si beau.

 

Toi qui as tout créé, merci pour les eaux immenses des océans, source de toute vie, pour toutes les créatures qui peuplent les mers, toutes celles qui volent dans les airs et toutes celles qui grouillent sur la terre; merci pour le foisonnement extraordinaire de la vie, pour la richesse infinie de la biodiversité. 

 

Toi qui as tout créé, merci pour la beauté du monde, pour l’immensité de l’univers et la grandeur du ciel étoilé, merci pour l’éclat de galaxies; merci pour la vie toujours nouvelle, toujours changeante qui s’y renouvelle et qui s’y épanouit en des myriades de formes.

 

Toi qui as tout créé, merci pour de nous pardonner nos fautes, nos manquements, nos hésitations qui deviennent des refus d’avancer, la procrastination dont nous faisons preuve si souvent, nos craintes, nos peurs, nos reculs. Fais-nous respecter toutes nos co-créatures avec lesquelles nous partageons une unique Terre. Fais de nous des instruments de guérison et de réconciliation. Fais-nous pratiquer l’austérité joyeuse, la simplicité volontaire. Fais de nous des adeptes du principe de précaution en toutes nos actions.

 

Toi qui as tout créé qu’à toi soit notre louange et notre reconnaissance. Et plus que tout, toi si beau et si bon, délivre-nous de nos morts et de nos tombeaux dans lesquels nous nous enfermons en roulant la pierre derrière nous; délivre-nous des puissances du Dieu argent, délivre-nous de nos idoles : l’idole de la surconsommation, l’idole des dépenses inconsidérées, l’idole de l’accumulation des richesses, l’idole de l’exploitation pécheresse des ressources naturelles, l’idole morbide du gaspillage, idole malsaine des déchets que l’on jette inconsidérément, l’idole qui crée à volonté les injustices et les iniquités, l’idole qui fait de plus en plus de victimes sans jamais les compter.

 

David Fines

 

 

 

15 avril

Semaine sainte : Pourquoi cette retenue ?

 

Seigneur, me voici en proie aux doutes devant toi.

Hier, encore j’y ai cru de toutes mes forces,

mon cœur a bondi d’allégresse

quand tu es entré en ville,

accompagné d’une foule en liesse, 

assis un ânon le petit d’une ânesse,

comme le prophète nous l’avait prédit.

Toi le fils de Dieu, le fils de l’homme, 

tu allais révéler ton Royaume;

tu allais chasser l’oppresseur romain,

délivrer, sauver et rassembler notre peuple.

 

Aujourd’hui, tu attends !

Pourquoi ce revirement ?

Pourquoi cette retenue ?

Écoutes-tu, guettes-tu la volonté du Père ?

 

Seigneur, emporté par mes émotions et mes attentes,

je ne saurais écouter, avec patience et persévérance,

la voix du Père qui seul connaît l’heure. 

Apprends-moi à résister comme toi à la gloire de ce monde.

Apprends-moi la docilité et la confiance.

 

(Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd. Olivetan, p.438)Sœur Lina

 

 

 

8 avril

La charité du sourire

 

Il est un bon moyen de se créer une âme amicale : le sourire.

Savoir sourire : quelle force !

Force d’apaisement, de douceur, de rayonnement...

 

Tu veux faire à un ami une remarque que tu juges nécessaire, lui donner un conseil que tu crois utile.

Mais souris, ta remarque et ton conseil seront mieux acceptés, parce qu’ils n’auront pas blessé.

 

Il est des moments où, devant certaines détresses, les mots ne viennent pas, les paroles consolatrices ne veulent pas sortir, souris alors, avec tout ton cœur.

 

Quand la croix te fait mal, fais quand même la charité du sourire. Il devient plus précieux.

 

Souris à ce pauvre à qui tu viens de donner quelques sous, à cette dame à qui tu viens de céder ta place, à ce monsieur qui s’excuse de t’avoir écrasé le pied.

 

Il est difficile parfois de trouver le mot juste, l’attitude vraie, le geste approprié. Mais sourire ! C’est si facile, ça fait tellement de bien.

 

Le sourire est un reflet de joie.

Il en est aussi la source.

Soyons des porteurs de sourires et nous serons des semeurs de joie.

 

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

1er avril 2019

Semeur de sourire

 

Seigneur, 

fais de moi un semeur de sourires.

Qu’ils soient rieurs et jamais ironiques, 

radieux et jamais dédaigneux,

accueillants et jamais fermés.

 

Donne à mon sourire 

le miracle d’apporter 

un peu de force aux êtres affaiblis,

un peu de confiance aux désespérés,

un peu de bonheur aux isolés.

 

Enrichis-moi de la joie 

de faire naître des sourires.

Seigneur, je te prie, 

habite mon visage et mon cœur.

 

(Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd. Olivetan, p.18)

 

 

 

25 mars 2019

Prière de la personne qui souffre d’une grande douleur

 

        Seigneur, écoute-moi ! J’ai tellement besoin que l’on m’écoute !

        Je veux te dire aujourd’hui que j’ai du mal à supporter ma douleur, que je la ressens jusqu’au plus profond de mon être. Pourquoi est-ce si difficile d’être malade ?

        Je te dis encore qu’il m’arrive de trouver le temps long. J’ai l’impression aussi, certains jours que la visite se fait rare et que même si j’ai de bons soins, j’en ai plein de dos d’être à la charge de tout le monde. À certains moments, oui, je me décourage et je n’en peux plus. Voilà, il ne faut bien le dire à quelqu’un ! Et c’est à toi maintenant que j’essaie de le dire. J’ose croire que toi, tu peux me comprendre, toi qui, en Jésus de Nazareth, as été proche de tant de gens dont la vie était si difficile. Tiens ma main, que je sente ta main dans la mienne. Raffermis-moi. Donne-moi ton soutien et ta paix. Sois près de moi et aide-moi à être près de toi, aujourd’hui et chaque jour.

Amen.

 

Adapté de Des mots pour prier, Comité diocésain des malades, Diocèse de Chicoutimi, 2007

 

 

 

18 mars 2109

Seigneur, je veux faire silence pour Te prier

 

Voilà, c’est décidé, je veux faire du silence pour prier. Mais le silence, ce n’est pas facile à faire. Pour y arriver, je peux regarder attentivement une seule chose, je peux aussi fermer les yeux. Si un bruit se fait entendre, je ne bouge pas, je ne tourne pas la tête. Ainsi, je deviens responsable de mon silence. Le silence est fragile, mais c’est décidé, je veux faire durer mon silence, pour moi et pour les autres. Un beau silence en présence de Dieu, c’est déjà une Prière. J’accepte de ne rien sentir, Seigneur, de ne rien voir, de ne rien entendre, vide de toute idée, de toute image. Dans la nuit, me voici simplement pour Te rencontrer sans obstacle dans le silence de la foi, devant Toi, Seigneur. Ainsi soit-il.

 

Père Michel Quoist (1921-1997)

 

 

 

11 mars 2019

Voici ma vie Seigneur !

 

Voici ma vie Seigneur !

 

Seigneur, 

au soir de ma vie, 

quand je pense à tout ce que j’ai reçu de toi, 

de mon cœur monte une prière 

qui veut te dire ma reconnaissance.

 

Oui, merci, 

pour tes bontés sans nombre, 

pour ton indulgence sans limite, 

pour ton amour sans pareil.

 

Je te rends grâce 

de m’avoir donné, 

dans l’épreuve et la souffrance, 

ta force et ton appui.

 

Ta rassurante présence 

dans le quotidien de ma vie, 

m’a permis d’espérer 

et de ne jamais t’oublier.

 

La vie, 

elle est le plus grand de tous les biens.

Je reconnais volontiers que c’est de toi qu’elle vient.

Je la tiens au creux de ma main, 

alors que doucement elle s’en va vers sa fin.

 

Comme une coupe, 

je lève mes mains vers toi, pour te l’offrir, 

ma vie, 

celle que tu m’as donnée, 

avec ce qu’elle a eu de bon et de moins bon, 

 

avec ses élans de générosité, 

ses moments de faiblesse, 

ses déceptions aussi.

 

Je te remercie surtout 

de la paix et e l’amitié, 

qu’avec moi, tu veux bien partager. 

 

Merci aussi 

de la joyeuse espérance de te voir un jour, 

alors que ton amour et le mien 

ne feront qu’un 

dans cette nouvelle vie qui n’aura pas de fin.

 

Seigneur, 

c’est avec joie 

que j’accueille chaque nouveau jour 

que tu me donnes encore.

 

Je te remercie d’avance 

pour tout ce que ta tendresse me réserve de bonheur 

et j’accepte volontiers l’inévitable souffrance.

 

Et quand arrivera mon dernier jour,

 tu me diras alors : « Viens, je t’attends ». 

Et moi, dans une pleine confiance, 

je dirais adieu aux êtres que j’aime, 

puis, chez toi, 

je m’en irai, pour la grande fête de l’éternité. 

Amen

 

Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

4 mars 2019 – Début du Carême

Envoie…

 

Seigneur Jésus-Christ,

envoie ton Esprit sur le monde:

qu’il souffle en tempête sur notre Terre,

qu’il chasse la haine 

incrustée au cœur des peuples comme un ver,

qu’il détruise les indifférences mortelles,

qu’il enseigne la vanité de la puissance dominatrice,

qu’il donne à tout homme le désir

et le courage d’une fraternité véritable,

qu’il relève les bras fatigués

de tant d’efforts sans résultat,

qu’il ranime l’espérance en un avenir meilleur.

 

Seigneur Jésus-Christ, envoie ton Esprit sur l’Église.

Donne-lui ton Esprit pour que cessent de l’habiter

les silences honteux, les bavardages inutiles,

les certitudes sectaires, les actions démagogiques,

pour qu’elle se mette avec une vigueur renouvelée

au service des hommes.

Donne-lui la passion de la vérité, la soif de l’amour,

le goût de la bonté. Rends-la audacieuse

dans l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Jean-Yves Quellec (présentée par l’ACAT)

 

 

 

25 février 2019

Seigneur, ton ami est malade (Jean 11,3)

 

Seigneur Jésus,

par la maladie et l’infirmité,

tu as voulu m’appeler à partager ta croix.

 

Je te donne 

les souffrances et les peines

de ma vie de malade.

 

Daigne les accueillir dans ton amour, 

daigne les recevoir dans ta tendresse.

 

Fais que la joie ne m’abandonne jamais

et que l’assurance de ta présence demeure toujours mon réconfort.

 

Et quand la souffrance sera plus vive, 

la croix plus pesante,

les crises plus douloureuses,

aide-moi, Seigneur Jésus,

à te dire un « oui » plein de foi, d’espérance et d’amour.

Amen

 

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

 

18 février

Anniversaire

 

Merci Seigneur

Merci pour tous les cadeaux offerts 

Merci pour tout ce que j’ai vu, entendu, reçu

Merci pour les habits qui me protègent

Merci pour la nuit paisible 

Merci pour les étoiles qui illuminent l’obscurité

Merci pour les fleurs qui enchantent la nature

Merci pour le silence

Merci pour le temps donné

Merci pour la vie

Merci pour la grâce

Merci pour mon travail, mes efforts

Merci pour la nourriture qui me soutient

Merci pour l’eau qui me désaltère

Merci pour les bonjours qu’on m’a souhaités

Merci pour les poignées de main que j’ai données

Merci pour les sourires qu’on m’a offerts

Merci pour le toit qui m’abrite

Merci pour la lumière qui m’éclaire

 

Merci d’être là, Seigneur

 

Livre de prière, Société luthérienne des missions,  Ed Olivetan, 2008, p.431

 

 

 

11 février 2019

Prière

 

Seigneur, nous avons besoin de toi,

Mais toi aussi, tu as besoin de nous;

Apprends-nous donc à répondre

À chacun des rendez-vous que tu nous donnes.

Chaque jour, tu nous invites à te retrouver 

Dans la méditation de ta Parole,

Dans la prière, dans le silence,

Et dans nos rencontres.

Aide-nous à te reconnaitre

En ceux qui ne nous ressemblent pas.

Et puis, chaque semaine, au culte,

Rends-nous sensibles à ta présence.

Réunis en ton nom, nous savons que, fidèle à ta promesse,

Tu es là au milieu de nous.

Amen

 

Florence Van Der Heijde

 

 

 

4 février 2019

Vers Emmaüs

 

Nous marchons sur la route de la mort

Sans un instant soupçonner

Que chemine à côté de nous

La Vie qui s’est levée

                D’entre les morts

 

Nous marchons vers la désolation

Sans un instant soupçonner

Que juste à côté de nous la vie

Bascule une fois pour toutes

                Dans l’infini

 

Voici le soir. L’auberge est ouverte

 

Et la table est mise...

 

François Cheng

 

 

 

28 janvier 2019

Le Notre Père de la personne malade

 

Notre Père et Mère

c’est toi qui m’as donné la vie, 

celle de mon corps qui m’a fait habitant de la terre 

et celle de l’âme qui m’a fait citoyen du ciel.

 

Qui es aux cieux 

c’est là ta demeure,

la maison qui est la mienne, 

le rendez-vous où Jésus m’a préparé une place.

 

Que ton nom soit sanctifié 

dans la joie et la tristesse, 

dans la richesse et la pauvreté, 

dans la santé et la maladie 

qui nous rapproche de toi et te rapproche de nous.

 

Que ton règne vienne 

ton règne de vérité, de justice, d’amour, 

par l’observance de tes commandements.

 

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel 

tes voies sont souvent impénétrables 

et réclament notre foi 

dans la conformité de notre volonté à la tienne.

 

Donne-nous notre pain de ce jour 

le pain qui nourrit le corps, 

ainsi que la Parole qui nourrit l’esprit, 

et la communion de tous les saints 

qui nourrit l’âme pour une vie éternelle. 

 

Pardonne-nous nos torts comme nous pardonnons à ceux et celle qui nous ont fait du tort, il est si facile dans la maladie de perdre patience et de s’offenser pour des riens.

 

Ne nous laisse pas tomber dans la tentation surtout celle du découragement, celle du manque de foi, du manque d’espérance/désespoir.

 

Et délivre-nous du mal Du germe de mort qu’est le péché pour entrer dans la vie éternelle avec le Christ ressuscité.

 

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire c’est cette conviction profonde qui nous supporter les épreuves, qui remplis nous cœurs de joie pure et belle.

 

Pour les siècles des siècles là où tu nous attends le cœur et les bras ouverts.

 

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

21 janvier 2019 

Semaine de prière pour l’unité chrétienne

 

Dans la paix nous te prions, ô Dieu : prends pitié de nous; nous avons confiance en toi. Ne te mets pas en colère contre nous, car tu es notre Dieu et nous sommes ton peuple. Nous sommes tous et toutes l’œuvre de tes mains et nous invoquons ton nom.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Dieu, nous t’en prions, fais-nous connaître nos fautes alors que nous présentons devant toi.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Dieu, tu es éternel et véridique. Nous autres, les Églises chrétiennes, nous employons les des paroles semblables pour confesser notre foi, mais nous devons reconnaître que nous avons échoué à manifester l’unité dans notre foi.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Dieu, tu es bonté et tu es patience. Tu nous appelles à vivre dans ton amour. Nous reconnaissons que, par égoïsme, nous n’avons pas inclus dans notre amour les victimes et les personnes démunies, celles qui sont malheureuses et abandonnées. Nous avons donc contribué à leurs souffrances.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Dieu créateur, tu as établi sur le monde entier le signe de ton alliance avec l’humanité. Nous reconnaissons que nous nous soucions d’abord de nous-mêmes et de notre propre communauté de manière égoïste, sans penser que tous les enfants sont tes enfants.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Source de la vie et de toute bonté, nous reconnaissons que nous n’avons pas respecté les autres, que nous avons limité leur droit de vivre en plénitude.

 

Seigneur, prends pitié.

 

Nous avons péché devant toi, en pensées, en paroles, en actions et en omissions, volontairement ou involontairement.

 

(Silence)

Nous t’en prions, ô Dieu.

Seigneur, prends pitié.

Adapté de la Journée mondiale de prière (2002), célébration composée par les femmes de Roumanie

 

 

 

14 janvier 2019

Je t’offre ma journée de malade

 

Seigneur,

une nouvelle journée commence :

elle me trouve encore malade

entre ces quatre murs.

 

Quand tout allait bien, 

je ne savais pas toujours 

apprécier la joie de me lever d’un bond.

 

Je ne savais pas 

quel bonheur il y avait de t’offrir, 

à genoux,

 mon corps qui s’éveillait 

à une autre journée de travail.

 

Seigneur,

 il a fallu cette maladie 

pour me faire comprendre 

que la santé est un don 

de ton cœur de Père et de Mère, 

et que je t’ai pas assez dit merci.

 

Dès à présent, 

en présence de Jésus, 

qui a partagé nos peines,

 je t’offre mes souffrances. 

Daigne les accepter 

de même que mes prières 

pour ces autres personnes qui souffrent…

 

Je te remercie 

pour toutes les attentions 

dont je vais faire l’objet aujourd’hui. 

Préserve-moi de toute ingratitude, 

de toute révolte intérieure.

 

Donne-moi 

à chaque instant de cette journée, 

la force d’accepter, 

en souriant, 

l’épreuve de la souffrance.

 

Pour que je sois facile à soigner, 

apprends-moi 

la patience, la délicatesse, la générosité.

 

En ce temps où la maladie 

vient envahir mon corps,

garde-moi dans ton amour immuable

et dans ta fidélité qui ne cesse jamais. Amen.

 

Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur,  Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe

 

 

7 janvier 2019, premier lundi de l’année

Choix

 

Seigneur et Père, 

au début de cette année, 

et tout au long de cette année, 

par ton Esprit, enracine-moi dans ta Parole

que tu me dis en ton Fils,

enracine en moi cette Parole

qui est « Oui », qui est amour. 

 

Et ainsi donne-moi 

le courage de la liberté,

le courage des choix,

le courage de me tenir droit,

le courage d’être moi,

comme tu veux que je le sois,

avec ton fils Jésus Christ.

 

Alain Arnoux, Livre de prières, Société luthérienne des missions,  ed. Olivetan, 2008

 

 

 

31 décembre 2018

Je regarde en arrière

 

Je regarde en arrière 

vers les années passées.

 

Je n’ai pu planifier ma vie, 

car j’étais incapable de la prévoir. 

Mais je devine la main 

qui me conduit.

 

Je m’émerveille du plan 

selon lequel tu as conduit ma vie, 

les courbes et les lignes droites 

de mon destin.

 

Tu m’as guidé 

et je discerne, après coup, 

que ce fut ta main.

 

Mes vœux furent nombreux à ne pas être exaucés

et à présent je vois… cela était bon.

 

Je regarde en arrière 

et je te rends grâce. 

 

 

(Jörg Zink, Livre des Prières de la Société luthérienne, éd. Olivetan)

 

 

 

24 décembre 2018

Noël

 

Ce n’est plus le soleil que sera pour toi la lumière du jour, c’est le Seigneur qui sera la lumière de toujours. (Ésaïe 60,9)

 

Voici que se lève sur la paille du monde

Une lumière première et dernière

Comme une coulée d’étoiles

Un voile de douceur dans la nuit des cœurs

 

Pour annoncer un commencement, il fallait bien un enfant !

Un visage de tout-petit qui porte l’inouï :

Dieu s’entre-dit dans notre histoire

 

Dieu est à nos côtés pèlerin d’humanité

Les gens qui goûtent cette présence sont en chemin vers leur naissance

 

Ils abritent en eux une racine de lumière incomparable et inaltérable

(Extrait de Prière personnelle de Francine Carrillo, pasteure dans l’Église protestante unie de France)

 

 

 

17 décembre 2018

Avent 3

Faire silence

 

Seigneur, je veux faire silence.

J’espère en toi, 

je veux faire silence 

afin de comprendre 

ce qui se passe dans ce monde 

qui est le tien.

 

Je veux faire silence, 

être proche de toi 

et de l’ensemble de tes créatures.

Je veux faire silence, 

discerner ta voix 

parmi toutes les autres.

 

Je veux faire silence… 

m’émerveiller… 

tu as une parole pour moi !

 

Seigneur, je ne suis pas digne 

que tu entres chez moi, 

mais dis seulement une parole 

et je serai guéri.

 

(Jörk Zink, théologie et poète allemand, Livre des Prières de la Société luthérienne, éd. Olivetan)

 

 

 

10 décembre 2018 

Avent 2 - Journée internationale des droits de la personne

Tu n’es pas un Dieu mort

 

Seigneur,

Tu n’es pas un Dieu mort.

Tu n’es pas un Dieu paralysé.

Tu es l’imprévisible.

Tu es le Vivifiant.

Tu es l’Esprit qui souffle 

où on ne l’attend plus.

Tu es flamme et souffle 

qui jamais ne s’arrêtent
et c’est pourquoi brille toujours, 

au cœur de ma difficulté de vivre,
la petite lumière obstinée 

de l’espérance.

 

(Pasteur Michel Bouttier de l’ACAT, Livre des Prières de la Société luthérienne, éd. Olivetan)

 

 

 

3 décembre 2018

Avent 1 

 

Ah ! Qu’elle est belle, toute belle !

 c’est vrai, tu le sais trop bien, nombre de fois elle est laide et reste cachée

mais quand elle est belle, elle est si belle !

Elle est joie et plaisirs,

elle est soleil et pluies du matin

elle est arc-en-ciel

elle est lac et rivière sur un frêle canot

elle est chants d’oiseaux, musique du monde

elle est langues, paysages, Nations

elle est Parole, elle est Silence

elle est âme, elle est corps

elle est regard et sourire

et soupirs et baisers

elle est femme, elle est fille

elle est homme et garçon

elle est fête, elle est passion

espérance et pardon

elle est grâce

elle est rêves et gestes de la main

elle est l’Autre rencontré, perdu et retrouvé

elle se donne généreuse

et quand l’ombre nue vient et la couvre

la menace

alors elle se met à trembler, à vaciller

comme la faible flamme qui résiste encore

elle est si si fragile

elle est si si précieuse

la vie

David Fines

 

 

 

 

26 novembre 2018

Prière de midi


Un appel qui ne faiblit pas
Dieu de bonté,
toi qui sèmes une terre nouvelle,
par ta grâce, nos yeux aperçoivent de nouveaux horizons
où les opprimés connaissent la libération,
les affligés, la joie
et le monde divisé, l’unité.

En ce milieu du jour,
que l’utopie de ton royaume reste allumée dans mon cœur
comme un appel qui ne faiblit pas,
jusqu’à ce qu’il trouve son sens ultime.

Que mes pas soient d'espérance,
que mes bras œuvrent pour la paix,
et que mes lèvres proclament avec amour
une litanie passionnée pour la vie.

(Luciano José de lima, dans Livre des Prières de la Société luthérienne, éd. Olivetan)

 

 

 

19 novembre 2018

Une humble prière

 

Seigneur, 

pour ta gloire

et pour que mes frères et sœurs

soient plus heureux,

je te fais cette prière.

 

Seigneur, 

accorde-moi un esprit souple 

afin que j’accepte de paraître faible

plutôt que de peiner ou de briser.

 

Accorde-moi un esprit droit 

afin que je n’interprète jamais en mal

la peine que l’on me fait.

 

Accorde-moi un esprit simple, 

afin que je ne sois pas

un poids pour ceux qui m’entourent.

 

Accorde-moi un cœur ardent, 

afin que je reste ouvert

à ceux qui pourraient me haïr.

 

Accorde-moi un cœur humble, 

afin que je ne me raidisse pas

devant les critiques,

les procédés déloyaux,

les jugements durs ou hâtifs.

 

Accorde-moi un cœur large, 

afin que je supporte 

les étroitesses d’esprit et les égoïsmes révoltants.

 

Accorde-moi une volonté ferme, 

afin que je persévère

malgré la fatigue et malgré l’ingratitude.

 

Accorde-moi une volonté patiente, 

afin que mes frères soient heureux,

malgré leurs défauts, malgré leurs faiblesses.

 

Accorde-moi une volonté rayonnante, 

afin qu’autour de moi

personne ne se décourage, personne ne désespère.

 

Accorde-moi de ne pas juger sans preuve

Et de juger avec miséricorde.

 

Accorde-moi de ne jamais croire au mal

Que l’on me dit des autres et surtout,

De ne jamais le répéter.

 

Accorde-moi surtout de savoir écouter, 

de savoir deviner,

de savoir pardonner.

 

Et ainsi, Seigneur, mes sœurs et mes frères seront plus heureux.

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

 

12 novembre 2018

Après la nuit, paraît le jour

 

Seigneur Jésus, notre Sauveur.

toi qui t’es donné pour nous,

intercède encore pour nous.

 

Fais qu’au milieu des bombes, 

nous croyions encore en la paix,

Fais qu’exposés à la haine 

nous croyions encore à l’amour.

 

Croire en toi, c’est aussi savoir 

qu’après l’hiver viendra l’été, 

qu’après la nuit paraît le jour, 

qu’à la maladie succède la guérison.

 

Transforme, par la puissance de ton Esprit, 

nos dissensions en unité, 

nos cris de guerre en cris d’amour,

 nos poings levés en mains tendues.

(Anne Vinh, Un livre de prières, Société luthérienne des missions, éd. Olivetan)

 

 

 

5 novembre 2018

Ni argent ni or

 

Je ne veux, Seigneur, ni argent ni or.
Donne-moi une foi ferme et inébranlable.
Je ne cherche, Seigneur, ni plaisirs ni joies de ce monde.
Console-moi et affermis-moi par ta sainte Parole.
Je ne te demande pas honneurs et considération d’ici-bas :
ils ne peuvent en rien me rapprocher de toi.
Donne-moi ton Saint-Esprit.
Qu’il éclaire mon cœur et me fortifie.
Qu’il me console dans mon angoisse et ma misère.
Garde-moi jusqu’à la mort dans la vraie foi, 
dans la ferme confiance en ta grâce.
Amen.

(Martin Luther)

 

 

 

 

29 octobre 2018

Louange : Paume 46

 

C’est une solide forteresse que notre Dieu
Un bon rempart et une bonne arme.
Il nous délivre de toute détresse qui maintenant nous assaille.
(…)

Par nos propres forces rien n’est possible,

Notre perte est imminente.

L’homme véritable lutte pour nous,

Celui que Dieu a lui-même choisi.

« Qui est-ce ? » demandes-tu.

Son nom est Jésus-Christ, le Seigneur Sabaoth,

Il n’y a pas d’autre Dieu que lui.

Il doit rester maître du terrain.

 

Quand bien même l’univers serait empli de démons

Prêts à nous dévorer,

Nous n’éprouvons guère de crainte,

Car nous réussirons à vaincre.

Si féroce qu’il paraisse,

Le prince de ce monde ne peut rien nous faire,

L’arrêt est rendu contre lui.

Un simple mot suffit à l’abattre.

Ils doivent laisser telle quelle la Parole,

Qu’ils le veuillent ou non.

Il se tient en lice vraiment à nos côtés

Avec son Esprit et ses dons.

Qu’ils nous prennent vie, biens, honneur, enfants et femmes,

Laisse tout cela s’en aller,

Ils n’en tireront aucun profit.

Le Royaume nous restera.

(Adaptation de Martin Luther)

 

 

 

22 octobre 2018

Prière de l’unité

 

« Dieu éternel et miséricordieux, Toi qui es un Dieu de paix, d’amour et d’unité, nous Te prions, Père, et nous Te supplions de rassembler par ton Esprit Saint tout ce qui s’est dispersé, de réunir et de reconstituer tout ce qui s’est divisé. Veuille aussi nous accorder de nous convertir à Ton unité, de rechercher Ton unique et éternelle Vérité, et de nous abstenir de toute dissension. Ainsi nous n’aurons plus qu’un seul cœur, une seule volonté, une seule science, un seul esprit, une seule raison, et tournés tout entiers vers Jésus-Christ notre Seigneur, nous pourrons, Père, Te louer d’une seule bouche et Te rendre grâces par notre Seigneur Jésus-Christ dans l’Esprit Saint. Amen ! » 

 

(Martin Luther)

 

 

15 octobre 2018

Soif

 

Seigneur, je viens boire aux sources du silence pour accueillir ta présence.

Vois ma soif de tendresse, de justice et de paix. 

          Toi qui es en moi comme un ruisseau qui murmure, une fontaine où il fait bon se désaltérer, abreuve-moi de ton eau, l’eau vive, inépuisable, de ton amour. 

           Coule en ma vie pour me régénérer, me renouveler. Alors pourra sourdre en moi le désir de rafraîchir ceux qui se penchent sur les citernes lézardées de l’égoïsme et de la violence. 

           Et je pourrai offrir à mes prochains l’eau dont ils ont besoin pour étancher, malgré les peurs, malgré les pleurs, leur soif de vivre. Au nom de Jésus, la source d’eau vive qui jamais ne tarit.

(Édith Wild, Un livre de prières, Société luthérienne des missions, éd. Olivetan)

 

 

8 octobre 2018 : Action de grâce

Je te rends grâce

 

Seigneur, je te rends grâce

pour ta délicatesse,

pour ton amour sans tapage : 

tu es toujours présent 

sans être pesant.

 

Je te rends grâce

pour tous les bienfaits

que tu dispenses

dans ta tendresse discrète.

 

Je te rends grâce

pour les choses simples de la vie :

la rosée du matin 

et la paix du soir,

la lumière et le silence,

l'eau et le pain pour la route,

le sourire et la main tendue. 

 

Je te rends grâce,

à toi qui as tout offert gratuitement

à toi qui t’es donné, livré sans condition.

 

Seigneur, je te rends grâce

pour le souffle qui m’anime ;

il me serait difficile de vivre sans respirer !

Qu’ainsi, ta grâce soit ma respiration quotidienne 

et mon élan vers toi et vers les autres.

 

(Claude Caux-Berthoud, Un livre de prières, Société luthérienne des missions, éd. Olivetan)

 

 

1er octobre 2018

Jésus je voudrais te chanter

 

Jésus, je voudrais te chanter sur ma route;
Jésus, je voudrais t’annoncer à mes voisins partout,
Car toi seul es la vie et la paix et l’amour;
Jésus, je voudrais te chanter sur ma route.

 

Jésus, je voudrais te louer sur ma route;
Jésus, je voudrais que ma voix soit l’écho de ta joie,
Et que chante la terre et que chante le ciel;

Jésus, je voudrais te louer sur ma route.

 

Jésus, je voudrais te servir sur ma route;
Jésus, je voudrais m’attacher avec toi sur la croix
Car tu livres pour moi et ton corps et ton sang;
Jésus, je voudrais te servir sur ma route.

 

Jésus, je voudrais tout au long de ma route
Entendre tes pas résonner dans la nuit près de moi,
Jusqu’à l'aube du jour où ton peuple sauvé,
Jésus, chantera ton retour sur la route.

(Les petites sœurs de Jésus)

 

 

24 septembre 2018

Confession des péchés

 

Je confesse devant Dieu, moi pauvre pécheur,

que j’ai gravement offensé tous les jours et de différentes manières ce Dieu très saint;

non seulement par des  péchés  manifestes en paroles et en actes,

mais encore par des pensées mauvaises et les désirs  coupables de mon cœur,
par incrédulité, impatience, égoïsme, orgueil, convoitise, avarice, jalousie, haine,

et par beaucoup d’autres fautes secrètes dont je m’avoue coupable

et que Dieu connaît mieux que moi-même.

 

Je regrette tous ces péchés, je m’en repens, j’ai un profond regret de les avoir commis,

je demande de tout mon cœur grâce et pardon à mon Dieu,

au nom de son fils bien aimé, Jésus-Christ.

 

Je veux y renoncer, et je prie le Seigneur de m’en donner la force par son Saint-Esprit.

 

Amen.

 

(Martin Luther) 

 

 

17 septembre 2018

Faites de l’espoir un code de conduite 

 

Je suis venu à vous aujourd'hui sur deux pieds assurés, 

afin que nous puissions construire une vie nouvelle, 

afin que nous puissions établir la paix pour nous tous sur cette terre, la terre de Dieu 

- nous tous, musulmans, chrétiens et juifs, de la même façon -

et afin que nous puissions adorer Dieu,

un dieu dont les enseignements et les commandements sont l’amour, 

la rectitude, la pureté et la paix. 

 

Présentons au monde entier

l’image de l’homme nouveau de cette région 

de façon que nous puissions offrir un exemple pour l’homme contemporain, 

un homme de paix. 

 

Soyez des héros pour vos fils. 

Dites-leur que nous sommes prêts à un nouveau départ, 

au début d’une vie nouvelle d’amour, de justice, de liberté et de paix.

Vous mères qui pleurez,

 vous, femmes qui avez perdu votre mari, 

vous, qui avez perdu un frère ou un père,

remplissez vos cœurs des espérances de la paix, 

faites que l’espoir devienne une réalité qui vive et s’épanouisse; 

faites de l’espoir un code de conduite, 

car la volonté des peuples est issue de la volonté de Dieu. 

 

 

(Anouar el-Sadate tiré de Mots de pardon, paroles de réconciliation, Bayard, 2005)

 

 

 

 

10 septembre 2018

Reconnaissance

 

Seigneur,

mon cœur déborde de reconnaissance

pour tes dons

et tes bénédictions de toutes sortes.

La reconnaissance du cœur et des lèvres

serait insuffisante

si je ne mettais pas ma vie à ton service

pour te rendre témoignage par mes actions.

 

À toi la gratitude et la louange,

car tu as sorti de son néant

un être sans valeur tel que moi,

pour en faire ton élu,

et tu m’as rendu heureux dans ton amour

et dans le sentiment de ta présence.

 

Je ne te connais pas parfaitement;

je ne connais même pas mes propres besoins;

mais toi, ô Père,

tu connais parfaitement tes créatures et leurs besoins.

 

(Sadhou Sundar Singh, Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd Olivetan)

 

 

 

3 septembre 2018

Pour les écoliers

 

Seigneur, qui es la source de toute sagesse et de toute science,

puisqu’il te plaît de me donner pendant ma jeunesse

l’instruction qui me sera utile pour vivre saintement et honnêtement,

veuille en même temps éclairer mon intelligence

pour que je comprenne l’enseignement qui me sera donné.

 

Et puisque tu promets d’éclairer par ta sagesse

et par ta connaissance les petits et les humbles au cœur droit, 

tandis que rejettes les orgueilleux

pour qu’ils se perdent dans la vanité de leurs raisonnements,

je te demande, ô mon Dieu,

de créer en moi cette véritable humilité qui me rendra docile

et obéissant à toi tout d’abord,

mais aussi à ceux que tu as établis pour m’instruire.

 

Veuille en même temps disposer mon cœur,

afin qu’ayant renoncé à tous ses mauvais désirs,

il te recherche ardemment, et que mon seul but, ô Dieu, 

soit de me préparer dès maintenant à te servir dans la vocation

où il te plaira te m’appeler.

 

(Jean Calvin, Un livre de prières, Société luthérienne des missions, Éd Olivetan)

 

 

27 août 2018

Au-dessus de mes forces

 

Pendant les séances de torture surtout,

il m’était très difficile,

quand je récitais la prière du Notre Père,

de dire la demande :
« Pardonne-nous nos offenses

comme nous pardonnons

à ceux qui nous ont offensés. »

 

Parfois, je sautais la phrase.

Face à la violence physique que je subissais,

j’étais incapable de prononcer de telles paroles.

C’était au-dessus de mes forces.

 

Au bout du sixième jour,

les militaires argentins m’ont menacé du plus grave pour un pianiste :

me couper les mains.

« Nous allons détruite en toi, m’ont-ils dit,

Toute capacité de jouer et de sourire,

Et tu ne seras plus l’homme que tu es.

Tu es pire que les guérilleros

parce que, avec ton piano, ton charisme et ton sourire,

tu mets la racaille de la société dans ta poche.

Et ça, nous n’allons jamais te le pardonner.

Tu leur fais croire qu’ils peuvent comprendre Beethoven,

alors que Beethoven, c’est pour nous.

Tu es un traître

parce que tu as été formé pour être l’un des nôtres.

Tu vas le payer très cher. »

 

Je leur ai répondu qu’ils avaient tort,

qu’ils se trompaient sur mon compte,

mais que, de toute façon,

si je restais en vie, je leur pardonnerais.

 

 

 (Miguel Angel Estrella; tiré de Mots de pardon, paroles de réconciliation, Bayard, 2005)