Pour un repas de fête

18 juin 2018

 

Seigneur, sur la table il y a abondance de mets

et un très agréable fumet vient aiguiser nos papilles.

 

Pour toute cette nourriture, pour la joie de partager avec parents et amis,

nous voulons te dire merci, merci !

 

Seigneur, conscients que trop d’enfants et d’adultes

n’ont pas un centième de ce que nous allons manger,

nous t’en prions, ranime et nous le don d’entraide à l’échelle mondiale.

 

Seigneur, nous te disons merci pour tes dons.

(Madeleine Descroix, église unie Saint-Jean)

 

 

Nous avons besoin de toi

11 juin 2018

 

Seigneur, 

Nous avons besoin de toi,

Mais toi aussi, tu as besoin de nous;

Apprends-nous donc à répondre

À chacun des rendez-vous que tu nous donnes.

Chaque jour, tu nous invites à te retrouver dans la méditation de ta Parole,

Dans la prière, dans le silence,

Et dans nos rencontres.

Aide-nous à re reconnaître

En ceux et celles qui ne nous ressemblent pas.

Et puis chaque semaine, au culte,

Rends-nous sensibles à ta présence.

Réunis en ton nom, nous savons que fidèle à ta promesse

Tu es là au milieu de nous.
Amen

(Florence Van Der Heijde)

 

 

M’aimes-tu ?

4 juin 2018

 

Toi le Ressuscité
comme un pauvre 
qui ne veut pas s’imposer,
Tu accompagnes chacun
sans forcer l’entrée de notre cœur.
Tu es là, tu offres ta confiance,
Tu ne délaisses personne, 
même quand les profondeurs
crient de solitude.
Pour t’accueillir
nous avons besoin de guérison.
Pour te reconnaître, il importe
que nous prenions le risque de refaire 
à tout moment le choix de Te suivre.

Sans ce choix,
à chaque fois radical, nous nous traînons.

Te choisir, c’est t’entendre nous dire :
« Toi, m’aimes-tu plus que tout autre ? »

 

(Frère Roger, de Taizé, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

Confiance !

28 mai 2018

 

Seigneur, je te confie ma vie :

je te confie

mon passé à ton pardon,

mon présent à ta bonté,

mon avenir à ta providence.

 

Seigneur, 

« J’ai du prix à tes yeux »,

c’est toi qui me le dis.

En toi ma confiance,

en toi mon bonheur.

 

Seigneur,

je te remercie

pour ce que tu es pour moi.

Pour ce que je suis pour toi.

 

Seigneur,

je crois, j’aime et j’espère.

Tu es mon Dieu,

tu es Père et Mère.

 

J’attends tout de toi.

Dans ton amour.

garde-moi. 

Amen

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

 

Prière

21 mai 2018

 

À travers le désarroi de la solitude, de l’abandon, de la souffrance

Fais-nous entendre la voix de ta présence, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers nos doutes, nos questionnements sur ton agir dans le monde,

Fais-nous vois les gestes de ta présence, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers les cris, les appels au secours, les désespoirs des personnes torturées,

Fais-leur voir ta présence solitaire, toi qui transfigures, Seigneur !

 

À travers la haine, la violence, la déshumanisation des tortionnaires, 

Fais-leur découvrir ta présence salvatrice, toi qui transfigures, Seigneur !

 

(Le Bulletin de l’ACAT, août 2015)

 

 

 

 

Prière des clefs

14 mai 2018

 

Nous vivons, Seigneur,

dans un monde fermé à double tour,

verrouillé par des milliers, des millions de clefs.

Chaque personne à les siennes : 

celles de la maison et celles de la voiture,

celles de son bureau et celle de son coffre.

 

Et comme si ce n’était rien que tout cet attirail, 

nous cherchons sans cesse une autre clef :

clef de la réussite ou clef du bonheur,

clef du pouvoir ou clef des songes…

 

Toi, Seigneur, qui as ouvert les yeux des aveugles 

et les oreilles des personnes sourdes,

donne-nous aujourd’hui la seule clef qui nous manque : 

celle qui ne verrouille pas, mais libère;

celle qui ne renferme pas nos trésors périssables,

mais livre passage à nos mains fragiles

pour ouvrir à tous et toutes

les portes de ton Royaume.

 

(François Séjourné, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

 

Seigneur, je t’aime !

7 mai 2018

 

Il m’arrive souvent, Seigneur, de penser que ma vie est trop occupée pour te prier. Mes journées sont tellement remplies !

Pourtant, Seigneur, tu ne m’obliges certes par à m’occuper ainsi. Est-ce possible que le temps me manque pour penser à toi ?

Tu es toujours à mes côtés. Seigneur, n’es-tu pas mon soutien, ma force et mon courage?

Je veux m’habituer à te parler comme à un ami, à te confier mes joies et mes peines.

Voilà pourquoi, du fond de mon cœur, je veux te dire : Seigneur je t’aime.

Quand la fatigue vient, aide-moi à te dire quand même : Seigneur je t’aime.

Quand j’éprouverai de la difficulté à pardonner, je n’aurai qu’à penser à te répéter : Seigneur je t’aime.

Quand il fera sombre en moi, quand je ne saurai trop où tu es, alors je t’appellerai et te disant : Seigneur je t’aime.

Mon devoir citoyen sera plus doux et mon travail deviendra une prière qui te dira : Seigneur je t’aime.

Quelle épreuve pourra m’ébranler, quelle souffrance pourra me troubler, si je puis toujours te redire : Seigneur je t’aime.

Pour les joies que tu me donnes, pour les grâces dont tu me combles, mon merci, le voici : Seigneur je t’aime.

Et simplement, pour te plaire, sans autre raison que cela, accepte que souvent je te dise : Seigneur je t’aime.

Et quand au soir de ma vie, tu m’inviteras chez toi, je voudrais bien, avant de partir, te dire une dernière fois ici-bas : Seigneur je t’aime.

Et quand tu m’accueilleras pour me juger, sois indulgent car, te le sais, je t’ai dit tant de fois : Seigneur je t’aime.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

Je suis dans ta main

29 avril 2018

 

Toi qui es au-dessus de nous,

Toi qui es l’un de nous,

Toi qui es…

Aussi en nous,

Fais que tout le monde te voie… aussi en moi,

Que je te prépare le chemin

Qu’alors je te remercie de tout ce qui m’arrive.

Qu’alors je n’oublie pas la misère des autres.

Garde-moi dans ton amour

Comme tu veux que tous les autres demeurent dans le mien.

Que tout ce qui fait partie de mon être soit à ta gloire

Et que je ne désespère jamais.

Car je suis dans ta main,

Et en toi sont toute force et toute bonté.

Donne-moi un cœur pur… afin que je te voie,

Un esprit humble… afin que je t’entende,

L’esprit de l’amour… afin que je te serve,

L’esprit de la foi… afin que je demeure en toi.

 

(Dag Hammarskjöld, ancien Secrétaire général de l’O.N.U.)

 

 

« De tout mon cœur je te rends grâce » (Ps 131,1)-3

22 avril 2018

 

Seigneur Jésus, je te confie mon bonheur.

Tu le sais, il est si fragile le bonheur.

Tu en es le maître, je l’attends de toi.

 

Je te confie, ma famille, mes proches, 

qui sont aussi à toi.

Protège-les de tout danger.

Garde-les dans ton amour, comme dans ma prière.

 

Je te confie celles et ceux que j’aimais 

et que tu es venu chercher.

Qu’elles et ils demeurent auprès de toi pour cette communion sans fin 

à ta vie, à ton bonheur.

 

Je te confie les gens qui sont blessés, 

ceux qui souffrent dans leur corps, 

ceux qui souffrent dans leur âme.

 

Je pourrais t’en nommer 

en sachant que leurs noms sont inscrits dans ton cœur.

 

Je te confie celles et ceux qui ont décidé de t’abandonner, 

qui ont perdu le goût de partager avec les autres ta Parole et ton Pain.

 

Que leur ferveur première leur conserve 

le souvenir de ton doux visage.

 

Continue de les inviter, 

ne cesse pas te les attendre à tes rendez-vous d’amour.

 

Je te confie mon cœur.

Qu’il puisse, comme le tien, ne servir qu’à l’amour.

 

Derrière les visages souriants ou en pleurs des autres, 

fais-moi découvrir l’ombre de ton visage.

 

Ouvre ma porte, ouvre mes mains, ouvre mon cœur,

Seigneur Jésus.

 

Je te reconnais comme mon maître et mon guide, 

ma lumière et mon soutien.

 

C’est toi qui me conduis sur les chemins de la vie.

Je veux me laisser faire, accueillir ton amour, 

adorer tes silences, accepter les délais, respecter tes plans.

 

Ami fidèle, confident sincère, 

je te sais toujours disponible, toujours attentif à mes moindre soucis.

 

Au-delà de mes mots, 

accepte aussi ce que je ne puis t’exprimer.

 

Entre amis, tu sais, on peut se comprendre sans parole.

 

Au revoir, Seigneur Jésus !

À bientôt, pour la prochaine rencontre.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

« De tout mon cœur je te rends grâce » (Ps 131,1)-2

15 avril 2018

 

Maintenant, Seigneur, je veux te dire « Merci ».

Merci de venir chez moi.

Pourrais-attendre plus de ton amour ?

 

Merci pour la vie reçue, pour les humbles joies,

pour les peines apaisées, pour le courage accordé, pour l’amitié partagée.

 

Merci pour la fraîcheur de ta présence,

de la générosité de te dons, de la fidélité de ton amour.

 

Merci pour mes responsabilités.

Elles donnent un sens à ma vie.

 

Merci, Seigneur, pour mon pain de ce jour, 

pour son abondance, pour les forces qu’il me donne.

Aide-moi à ne jamais oublier les pauvres à ma porte 

et pour ceux et celles, en trop grand nombre, qui souffrent de la faim.

 

Merci pour la croix que je porte, 

celle que tu as promise à tous ceux et celles qui te suivent.

 

Quand je pense à la tienne, j’accepte plus généreusement la mienne.

En s’unissant l’une à l’autre, elle se confondent et se perdent dans le même amour.

 

Merci aussi pour tout ce que tu es pour moi 

et pour tout ce que je voudrais être pour toi.

 

Tu te fais si proche que j’ose t’appeler mon ami, 

avec tout ce que ce mot contient d’amitié et de tendresse.

 

Merci enfin, au nom de tous ceux et celles 

qui ne pensent pas à te remercier.

 

Ma prière est qu’un jour leur fasse découvrir, à eux et elles aussi, 

ce que tu es dans leur vie.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

 

 

« De tout mon cœur je te rends grâce » (Ps 131,1)-1

8 avril 2018

 

Seigneurs Jésus,

en ce moment où je t’accueilles dans la foi,

mes mots hésitent et s’arrêtent au seuil de ce profond mystère de ton amour.

 

Tu daignes venir jusqu’à moi,

tu frappes à la porte de mon cœur, attendant la réponse que je vais te donner.

 

Ma réponse, elle est d’abord dans mon silence;

mon silence que veux te dire la joie toujours nouvelle 

de m’ouvrir simplement à ta divine présence.

 

Puisque tu es chez moi, Seigneur, 

Permets que je te parle comme on te parlait sur les routes de ton pays.

 

« Si tu le veux, tu peux me guérir. »

 

Combien de fois as-tu entendu cette parole de confiance ?

En ce moment, elle est la mienne.

 

Tu connais mes pensées les plus secrètes.

Tu sais quelle est ta place dans mon cœur.

 

Mais, hélas ! comme je me sens encore faible !

 

Mes péchés, ils sont là devant moi,

ils sont là pour me dire que j’ai besoin de toi,

que j’ai besoin de ton pardon.

 

Oui, Seigneur,

« Dis seulement une parole, et je serai guéri-e. »

 

Prononce sur moi cette parole de pardon,

celle qui te fait oublier mon péché,

celle qui me rappelle ta miséricorde infinie.

 

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

« De tout mon cœur je te rends grâce » (Ps 131,1)-1

8 avril 2018

 

Seigneurs Jésus,

en ce moment où je t’accueilles dans la foi,

mes mots hésitent et s’arrêtent au seuil de ce profond mystère de ton amour.

 

Tu daignes venir jusqu’à moi,

tu frappes à la porte de mon cœur, attendant la réponse que je vais te donner.

 

Ma réponse, elle est d’abord dans mon silence;

mon silence que veux te dire la joie toujours nouvelle 

de m’ouvrir simplement à ta divine présence.

 

Puisque tu es chez moi, Seigneur, 

Permets que je te parle comme on te parlait sur les routes de ton pays.

 

« Si tu le veux, tu peux me guérir. »

 

Combien de fois as-tu entendu cette parole de confiance ?

En ce moment, elle est la mienne.

 

Tu connais mes pensées les plus secrètes.

Tu sais quelle est ta place dans mon cœur.

 

Mais, hélas ! comme je me sens encore faible !

 

Mes péchés, ils sont là devant moi,

ils sont là pour me dire que j’ai besoin de toi,

que j’ai besoin de ton pardon.

 

Oui, Seigneur,

« Dis seulement une parole, et je serai guéri-e. »

 

Prononce sur moi cette parole de pardon,

celle qui te fait oublier mon péché,

celle qui me rappelle ta miséricorde infinie.

 

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

L’impossible devient possible

1er avril 2018

Dimanche de Pâques

 

Pâques, jour de joie, jour d’allégresse.

C’est la fête, la fête de la vie !

Jésus Christ est vivant !

Tout exulte et chante.

Dans la nuit, les femmes inquiètes vont à la tombe,

- « Qui nous ôtera la pierre ? »

Merveille, elle est roulée !

Seigneur, tu es toujours au-delà de nos attentes et de nos peurs,

tu roules la pierre de nos tombeaux et la vie jaillit.

Victoire sur la mort, l’angoisse et le doute.

 

L’impossible est devenu possible !

- « Femme, pourquoi pleures-tu ? »

Cette voix…

Cette façon toute particulière de prononcer ton nom, Marie !

- « Rabouni… »

Tu le reconnais.

Le maître est là, présent, vivant pour toujours.

 

Seigneur, quand tu nous appelles par notre nom, 

les pleurs se changent en joie,

le désespoir en espérance.

Que de nuits, d’impossibles dans nos vies 

sont transformés en un instant.

Ta présence illumine et transfigure notre quotidien.

Avec toi, Seigneur, se lève l’aube d’un jour nouveau.

Donne-nous de te suivre dans la confiance et l’amour.

 

(Sœur Lina, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

Dimanche des Rameaux

25 mars 2018

 

La voici donc la semaine sainte,

une semaine pas comme les autres.

Celle où toi Jésus, 

courageusement, 

tu montes vers Jérusalem, 

vers ton ultime destinée.

Tu remets tout chose entre les mains de Dieu, ton Père, 

et tu avances sans regarder en arrière.

Seigneur en cette semaine, fais-moi la grâce 

de rester tout près de toi.

Que sur le chemin que tu traces devant moi, 

j’avance sans hésiter 

avec un cœur sans partage, 

le regard tourné vers toi.

Dans les étapes difficiles, apprends-moi à te dire :

« Père, je ne te comprends pas 

mais je te fais confiance ! »

 

(Sœur Lina, de la Communauté des Diaconesses (protestantes) de Strasbourg, dans Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

 

Viens, Seigneur Jésus

18 mars 2018

 

Seigneur Jésus, 

tu viens dans ce pain et ce vin,

je le crois fermement; 

je le crois parce que tu l’as dit.

 

J’espère de ta grande bonté

les biens que tu donnes

à ceux et celles qui t’accueillent dans la confiance.

Viens remplir mon cœur 

de cette ferme espérance

qui me garde dans la joie.

 

C’est toi qui me rends juste et digne,

juste pour m’approcher de toi et digne de te recevoir.

Souviens-toi de ta miséricorde 

et vois mon grand désir de t’aimer.

 

Voici mon corps, 

fortifie-le dans ta bonté.

Voici mon cœur, 

purifie-le dans ton pardon.

Voici mon âme, 

possède-la sans retour.

 

Viens, Seigneur Jésus,

viens m’accompagner de ta présence aimante.

Amen.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

Pour les femmes exploitées sexuellement

12 mars 2018

 

Seigneur, nous avons peu de mots pour exprimer ce que nos esprits ont peine à comprendre

et nos cœurs à ressentir en apprenant que dans notre monde, actuellement,

des femmes et des enfants sont trompés et transportés dans des lieux inconnus

en vue d’être exploités et abusés sexuellement à cause de l’avidité des hommes.

 

Nos cœurs sont lourds de tristesse

et nos esprits se désolent de constater que leur dignité et leur droits sont transgressés

par des menaces, des trahisons et par la force.

Nous crions contre cette pratique dégradante qu’est le trafic d’êtres humains

et prions pour que cela cesse.

 

Seigneur, donne courage à ceux et celles qui sont fragiles et dont l’âme est écrasée.

Que tes promesses se réalisent afin que le cœur de nos sœurs soit rempli

d’amour, de bonté et de tendresse.

Renvoie ceux qui les exploitent les mains vides.

Et donne-nous le courage et la sagesse de nous tenir auprès d’elles en solidarité

afin qu’ensemble nous puissions progresser vers une plus grande liberté,

ce don précieux que tu fais à tous les êtres humains.

 

(Adapté de Trafficking Relfection Booklet, School Sisters of Notre Dame, dans Oser le Dire)

 

 

 

« Reste avec nous, Seigneur, la nuit approche. »

5 mars 2018

 

Merci, Seigneur, de ce jour qui finit,

merci de cette nuit qui vient;

qu’elle m’apporte repos et force pour faire mieux demain.

 

Dans ce jour qui finit,

tout n’a pas été beau, ni bien, ni parfait.

 

Pardonne, oublie, Seigneur,

et remplis-moi de ta présence pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui.

 

Dans ce jour qui finit,

des hommes et des femmes ont souffert,

et des enfants aussi.

Fais que quelque chose vienne apaiser leur peine,

fais que quelqu’un soulage leur chagrin.

 

Guéris les malades, si c’est pour leur bien;

donne du pain à celles et ceux qui ont faim;

et demain, il y aura moins de souffrance qu’aujourd’hui.

 

Dans ce jour qui finit,

je n’ai pas été ce que j’aurais dû être.

 

Fais-moi meilleur, meilleure, mon Dieu,

moins dur, moins dure envers les autres,

plus doux, plus douce,

plus patient, plus patiente.

 

Rends-moi plus fort, plus forte aussi,

que j’exige plus de moi-même,

que je sois plus actif, plus active dans mes travaux,

plus charitable, plus aimable,

plus accueillant, plus accueillante,

plus souriant, plus souriante.

 

Avec ce jour qui finit,

je pense aussi à la fin de ma vie,

à ce dernier repos qui n’aura de lendemain qu’en toi.

 

Seigneur, je te confie dès aujourd’hui,

mes peines et mes joies,

et je te prie de bien vouloir,

au soir de ma vie,

m’accueillir dans ton paradis.

Amen

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 


À toutes les tisserandes du monde

26 février 2018

 

Dieu est assise et pleure.
La merveilleuse tapisserie de la création
qu’elle avait tissée avec tant de joie
est mutilée, déchirée en lambeaux, réduite en chiffons,
sa beauté saccagée par la violence.

 

Dieu est assise et pleure.
Mais voyez,

elle rassemble les morceaux
pour tisser à nouveau.
Elle rassemble les lambeaux de nos tristesses,
les peines, les larmes, les frustrations
causées par la cruauté, l’écrasement,
l’ignorance, le viol, les tueries.
Elle rassemble les chiffons du dur travail.
des essais de plaidoyers.
des initiatives pour la paix,
des protestations contre l’injustice,
Toutes ces choses qui semblent petites et faibles,
les mots et les actions offertes en sacrifice,
dans l’espérance, la foi, l’amour.

Et voyez !
Elle retisse tout cela
avec les fils d’or de l’allégresse
en une nouvelle tapisserie,
Une création encore plus riche, encore plus belle,
que ne l’était l’ancienne !

 

Dieu est assise et tisse,
patiemment, avec persistance,
et un sourire, comme un arc-en-ciel
rayonne sur son visage baigné de larmes.
Et elle nous invite
non seulement à continuer à lui offrir
les lambeaux et les chiffons de notre souffrance
et de notre travail,
Mais bien plus que cela :
à prendre place à ses côtés,
devant le métier de l’allégresse
et à tisser avec elle
la Tapisserie de la création nouvelle. 

 

(M. Riensiru, COE, tiré de Oser le dire, prières de vie et d’engagement, collectif)

 

 

19 février 2018

Prière du matin

 

Je me lève ce matin, Seigneur, pour mettre ma journée sous ton regard. Je veux te parler avant de m’adresse aux gens qui m’entourent, et je veux entendre ta voix avant d’entendre les bruits de la vie qui bourdonnent déjà en moi.

 

Fais que je puise dans ce court entretien, la foi, le courage et la joie de vivre cette journée pleinement, comme si elle devait résumer ma vie entière à ton service.

Amen

 

Prière du soir

 

Le soir tombe et je viens trouver le repos auprès de toi Seigneur. Devant me yeux fatigués, je vois défiler les moments de joie et d’inquiétudes de cette journée qui s’achève.

 

Efface en mon cœur les souvenirs amers.

Éloigne de moi les désirs de vengeance.

Détruis le ressentiment qui subsiste en mon âme.

Répands sur moi les flots de ta tendresse et imprègne-moi de ta présence pour qu’au matin je ne vois dans celles et ceux que tu mettras sur ma route que le soleil de ton amour.

Amen

 

(Prières pour la vie, COPERMIF)

 

 

Prière du soir : la nuit du veilleur

12 février 2018

 

À la fin du jour,

au moment de mon coucher, 

Seigneur, je te confie ma maison.

 

Tous les miens, grands et petits,

tous ceux qui veillent dans la nuit,

donne aux uns le repos,

aux autres la sérénité.

 

Viens, Seigneur, réconforter, 

la personne malade, celle découragée,

viens, Seigneur, fortifier

celle que la travail a épuisé.

 

Dans le secret de la nuit,

tu visites et guéris,

tu renouvelles et tu relèves.

 

Merci pour ta garde : 

dans mon sommeil, tu veilles

et me prépares un nouveau jour.

 

 

(Adapté de Sœur Danielle, de la Communauté des Diaconesses (protestantes) de Strasbourg Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

 

Prière du soir : Au soir du jour

5 février 2018

 

Qu’il fait bon de t’apporter, au soir de la journée, 

lassitude et soucis, erreurs et manquements !

Le travail est fini, l’étape est terminée :

s’asseoir auprès de toi, Seigneur, quel doux moment !

 

Qu’il fait bon de parler de tous ceux que l’on aime

et qu’il faut laisser seuls dans le combat du jour !

Intercéder pour eux, c’est la douceur suprême;

prier, c’est le plus fort des liens de l’amour.

 

Qu’il fait bon d’exposer en toute confiance

mes projets, mes désirs et mon rêve impuissant,

d’attendre dans la paix, fruit de l’obéissance, 

que tu daignes répondre en les accomplissant.

 

Et puis, si ta réponse est d’un ordre contraire,

s’il faut abandonner les plans chers à mon cœur,

oh ! qu’il fait bon alors d’adorer et se taire,

et croire à ta sagesse, à ton amour, Seigneur !

 

Heureux celui qui vient, au soir de la journée,

déposer son fardeau dans ton jardin secret !

Car là, dans la prière, une force est donnée.

Qu’il est doux, ô mon Dieu, de te sentir si près !

 

 

(Denise Dupraz, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

Semaine de prière pour l’unité chrétienne

29 janvier 2018

 

Chaque fois que germe l'unité

Avec toi, nous prions, Seigneur,
pour que tous nous soyons unis,
comme tu l’es avec ton Père.

Avec toi, nous prions, Seigneur, pour ton Église,
pour que le désir d’unité jaillisse avec force,
pour que l’unité ne soit pas écartée comme inaccessible
ou voulue seulement en esprit,
sans être mise en pratique.

 

Nous partageons ta joie, Seigneur,
toutes les fois que l’unité germe dans ton peuple,
toutes les fois que s’estompent
les différences confessionnelles,
que s’approfondit l’échange mutuel,
et que le respect mutuel nous unifie.

Nous partageons ta joie, Seigneur,
lorsque ton peuple vit dans l'unité,
accepte de partager sa maison, sa paroisse,
son expérience de prière, de fraternité,
de témoignage ou de service,
et réalise ainsi une unité organique.

Avec toi, nous prions, Seigneur,
pour que ta prière soit pleinement
et définitivement exaucée,
lorsque nous, ton peuple,
ne serons qu'un avec toi et ton Père.

 

Révérend John Young

 

Prière du soir

22 janvier 2018

 

Seigneur, maître du temps et des destinée humaines, permets qu’entre tes mains, je remette, ce soir, cette journée qui se termine.

 

Cette journée, tu me l’as donnée, dès le matin, pleine d’inconnu et de mystère, comme un livre dont on ignore le contenu. Je l’ai reçue avec joie, comme l’enfant accepte, d’un père, d’une mère qui l’aime, une faveur ardemment convoitée.

 

 

Pour que tu l’inscrives au livre de la vie, je te la rends, ce soir, avec tout ce que j’y ai mis de moi-même, avec tout ce qu’elle m’a pris de ma vie, avec tout ce que j’y ai laissé de mon cœur.

 

Merci, Seigneur, pour la vie que tu m’as conservée, pour le bien que tu m’as permis de faire, pour les douceurs que tu as mises sur mon chemin. Merci pour les joies d’aujourd’hui, pour celles du passé, et pour celles du futur.

 

Bénis, Seigneur, le repos que je vais prendre; fais qu’il me donne plus de courage pour te servir. Sois indulgent pour mes faiblesses et mes fautes, pour mes manquements et mes négligences.

 

Daigne me pardonner. Ne détourne pas de moi ton regard de Père et Mère qui m’aime. Tu es le témoin sûr de toutes mes activités, grandes et petites, visibles ou cachées.

 

Bénis ton enfant qui te prie, et qui avec abandon et confiance te remet tout ce qu’il tient de ta bonté.

 

Entre tes mains, Seigneur, je remets cette journée qui se termine.

Amen

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

Toi qui as tout créé…

15 janvier 2018

 

 

Toi qui as tout créé et qui continues à créer, que notre seule résolution pour cette année qui débute, soit de nous mettre à te service.

 

Et comment nous mettre autrement à ton service qu’en œuvrant à la sauvegarde et à la restauration de la Création, ta création mise à mal par des attaques incessantes : les protocoles ne sont pas respectés, les accords bafoués, la pollution se poursuit de plus belle, la dégradation de l’environnement est de pire en pire, les milieux naturels sont détruits par les promoteurs et les bulldozers ?

 

Le réchauffement climatique s’emballe; causé par les gaz à effet de serre qui résultent de notre utilisation suicidaire des combustibles fossiles, il fait augmenter la température du globe, ce qui fait que les mers se réchauffent et ce qui fait qu’ouragans, cyclones et typhons augmentent en intensité et en dévastation; et ce qui fait que les glaces des pôles fondent, ce qui fait que le niveau des océans augmente, ce qui fait que de plus en plus de terres disparaissent, ce qui fait qu’est apparu ce drame nouveau des victimes écologiques. Les premiers réfugiés climatiques ont été 8 000 habitants, pêcheurs et agriculteurs, de la petite île de Lohoraha dans le Golfe de Bengale, lentement submergée par la montée des eaux; ils sont aujourd’hui 10 millions. Combien seront-ils à la fin de l’année ? 

 

Et tout ça à cause de notre mode de vie qui est irresponsable, indigne de disciples de Jésus. Chaque jour de l’année qui débute en sera un de pillage inacceptable des ressources de la planète. Pour que tous les habitants de cette Terre vivent comme les gens de l’Amérique du Nord, il faudrait cinq terres; c’est insoutenable.

 

Quels chemins allons-nous parcourir en cette nouvelle année ? Quelle voie allons-nous prendre ?

 

Que nous notre première résolution soit de réduire : réduire l’achat de biens consommation, réduire notre consommation d’énergie, d’eau, de nourriture, de viande. 

 

Silence

 

Que notre deuxième résolution soit celle d’œuvrer à la justice écologique sous ses trois volets : ce que nous devons aux pays que nous avons pillés effrontément dans les deux ou trois derniers siècles, ce que nous devons aux peuples dont nous saccageons l’environnement pour nous accaparer les ressources, ce que nous devons déjà aux générations futures. 

 

La protection de l’environnement est un devoir auquel sont appelées toutes les Églises chrétiennes. Si elles ne montrent pas de leadership, qui donc le fera ?

 

Que nous sachions nous impliquer collectivement dans de multiples gestes de préservation de la planète; que nous sachions nous associer ou même devenir membres de groupes écologistes déjà établis. 

 

(David Fines; L’environnement au cœur de nos liturgies) 

 

 

8 janvier 2018

 

« Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous vous reconnaîtrons pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres et pour les autres créatures, quelles qu’elles soient. »

Jean 13,34-36

 

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur cesse de se troubler et de craindre. »

Jean 14,27

 

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. »

Jean 15,16

 

 

« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite. »

 Jean 15,11

 

 

 

Vitrail

(1er janvier 2018)

 

 

Seigneur, 

 

tu m’offres cette nouvelle année

comme un vitrail à rassembler

avec les 365 morceaux de toutes les couleurs

qui représentent ma vie.

 

J’y mettrais le rouge de mon amour et de mon enthousiasme, 

le mauve de mes peines et de mes deuils,

le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves,

le bleu ou le gris de mes engagements ou de mes luttes,

le jaune et l’or de mes moissons…

 

Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires

Et le noir où tu me sembles absent.

 

Je cimenterai le tout par la prière de ma foi

Et par ma confiance sereine en toi.

 

Seigneur, je te demande simplement d’illuminer 

de l’intérieur ce vitrail de ma vie, 

par la lumière de ta présence

et par le feu de ton esprit de vie.

 

Ainsi, par transparence, 

ceux et celles que rencontrerai cette année,

y découvriront peut-être,

le visage de ton Fils bien-aimé

Jésus Christ, notre Seigneur.

 

(G. Lecleir, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)  

 

 

 

 

Devenir corps

(25 décembre 2017)

 

Toi l’enfant de Bethléem,

au milieu de nos étonnements

tu prends corps…

 

Corps de promesse, 

corps de tendresse,

corps où chante la présence de l’Autre !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

au milieu de nos déchirements, 

tu es corps…

 

Corps de solitude, 

corps de fragilité,

corps où se dit notre humanité !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

au milieu de nos rencontres, 

tu deviens corps…

 

Corps de liberté, 

corps de pardon,

corps où s’annoncent nos retrouvailles !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

qui fais fleurir la terre, 

apprends-nous comment on devient corps !

 

(Francine Corillo, Un livre de prières, Société luthérienne des missions

 

 

 

 

 

Cherche l’étoile

(18 décembre 2017)

 

Cherche l’étoile, en tous, en toi, en moi, en nous, 

cherche l’étoile au sein de la nuit,

au sein des tes craintes les plus secrètes,

de tes rêves les plus fous, 

cherche l’étoile car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, enfouie dans l’obscurité,

cachée comme puits au désert,

comme port en tempête,

comme souffrance en mémoire,

comme appel en silence,

cherche l’étoile, car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, dans les replis profonds

des yeux des enfants livrés à la guerre,

sans matin ni midis, seule la nuit pour vit :

cherche l’étoile dans les yeux

des femmes des chemins creux,

plantés de solitude et glanant le respect;

cherche l’étoile, car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, semée dans les lieux obscurcis,

découvre la clarté qui y est semée

et fais-la chanter,

car là tout au fond, en nous, en toi en moi,

le Christ y est couché.

Cherche l’étoile car Il y est caché.

 

(Pierre Goldberger, Nos voix unies, no 169)

 

 

Prière du soir

22 janvier 2018

 

Seigneur, maître du temps et des destinée humaines, permets qu’entre tes mains, je remette, ce soir, cette journée qui se termine.

 

Cette journée, tu me l’as donnée, dès le matin, pleine d’inconnu et de mystère, comme un livre dont on ignore le contenu. Je l’ai reçue avec joie, comme l’enfant accepte, d’un père, d’une mère qui l’aime, une faveur ardemment convoitée.

 

 

Pour que tu l’inscrives au livre de la vie, je te la rends, ce soir, avec tout ce que j’y ai mis de moi-même, avec tout ce qu’elle m’a pris de ma vie, avec tout ce que j’y ai laissé de mon cœur.

 

Merci, Seigneur, pour la vie que tu m’as conservée, pour le bien que tu m’as permis de faire, pour les douceurs que tu as mises sur mon chemin. Merci pour les joies d’aujourd’hui, pour celles du passé, et pour celles du futur.

 

Bénis, Seigneur, le repos que je vais prendre; fais qu’il me donne plus de courage pour te servir. Sois indulgent pour mes faiblesses et mes fautes, pour mes manquements et mes négligences.

 

Daigne me pardonner. Ne détourne pas de moi ton regard de Père et Mère qui m’aime. Tu es le témoin sûr de toutes mes activités, grandes et petites, visibles ou cachées.

 

Bénis ton enfant qui te prie, et qui avec abandon et confiance te remet tout ce qu’il tient de ta bonté.

 

Entre tes mains, Seigneur, je remets cette journée qui se termine.

Amen

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 

 

Toi qui as tout créé…

15 janvier 2018

 

 

Toi qui as tout créé et qui continues à créer, que notre seule résolution pour cette année qui débute, soit de nous mettre à te service.

 

Et comment nous mettre autrement à ton service qu’en œuvrant à la sauvegarde et à la restauration de la Création, ta création mise à mal par des attaques incessantes : les protocoles ne sont pas respectés, les accords bafoués, la pollution se poursuit de plus belle, la dégradation de l’environnement est de pire en pire, les milieux naturels sont détruits par les promoteurs et les bulldozers ?

 

Le réchauffement climatique s’emballe; causé par les gaz à effet de serre qui résultent de notre utilisation suicidaire des combustibles fossiles, il fait augmenter la température du globe, ce qui fait que les mers se réchauffent et ce qui fait qu’ouragans, cyclones et typhons augmentent en intensité et en dévastation; et ce qui fait que les glaces des pôles fondent, ce qui fait que le niveau des océans augmente, ce qui fait que de plus en plus de terres disparaissent, ce qui fait qu’est apparu ce drame nouveau des victimes écologiques. Les premiers réfugiés climatiques ont été 8 000 habitants, pêcheurs et agriculteurs, de la petite île de Lohoraha dans le Golfe de Bengale, lentement submergée par la montée des eaux; ils sont aujourd’hui 10 millions. Combien seront-ils à la fin de l’année ? 

 

Et tout ça à cause de notre mode de vie qui est irresponsable, indigne de disciples de Jésus. Chaque jour de l’année qui débute en sera un de pillage inacceptable des ressources de la planète. Pour que tous les habitants de cette Terre vivent comme les gens de l’Amérique du Nord, il faudrait cinq terres; c’est insoutenable.

 

Quels chemins allons-nous parcourir en cette nouvelle année ? Quelle voie allons-nous prendre ?

 

Que nous notre première résolution soit de réduire : réduire l’achat de biens consommation, réduire notre consommation d’énergie, d’eau, de nourriture, de viande. 

 

Silence

 

Que notre deuxième résolution soit celle d’œuvrer à la justice écologique sous ses trois volets : ce que nous devons aux pays que nous avons pillés effrontément dans les deux ou trois derniers siècles, ce que nous devons aux peuples dont nous saccageons l’environnement pour nous accaparer les ressources, ce que nous devons déjà aux générations futures. 

 

La protection de l’environnement est un devoir auquel sont appelées toutes les Églises chrétiennes. Si elles ne montrent pas de leadership, qui donc le fera ?

 

Que nous sachions nous impliquer collectivement dans de multiples gestes de préservation de la planète; que nous sachions nous associer ou même devenir membres de groupes écologistes déjà établis. 

 

(David Fines; L’environnement au cœur de nos liturgies) 

 

 

8 janvier 2018

 

« Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous vous reconnaîtrons pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres et pour les autres créatures, quelles qu’elles soient. »

Jean 13,34-36

 

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur cesse de se troubler et de craindre. »

Jean 14,27

 

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. »

Jean 15,16

 

 

« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite. »

 Jean 15,11

 

 

 

Vitrail

(1er janvier 2018)

 

 

Seigneur, 

 

tu m’offres cette nouvelle année

comme un vitrail à rassembler

avec les 365 morceaux de toutes les couleurs

qui représentent ma vie.

 

J’y mettrais le rouge de mon amour et de mon enthousiasme, 

le mauve de mes peines et de mes deuils,

le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves,

le bleu ou le gris de mes engagements ou de mes luttes,

le jaune et l’or de mes moissons…

 

Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires

Et le noir où tu me sembles absent.

 

Je cimenterai le tout par la prière de ma foi

Et par ma confiance sereine en toi.

 

Seigneur, je te demande simplement d’illuminer 

de l’intérieur ce vitrail de ma vie, 

par la lumière de ta présence

et par le feu de ton esprit de vie.

 

Ainsi, par transparence, 

ceux et celles que rencontrerai cette année,

y découvriront peut-être,

le visage de ton Fils bien-aimé

Jésus Christ, notre Seigneur.

 

(G. Lecleir, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)  

 

 

 

 

Devenir corps

(25 décembre 2017)

 

Toi l’enfant de Bethléem,

au milieu de nos étonnements

tu prends corps…

 

Corps de promesse, 

corps de tendresse,

corps où chante la présence de l’Autre !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

au milieu de nos déchirements, 

tu es corps…

 

Corps de solitude, 

corps de fragilité,

corps où se dit notre humanité !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

au milieu de nos rencontres, 

tu deviens corps…

 

Corps de liberté, 

corps de pardon,

corps où s’annoncent nos retrouvailles !

 

Toi, l’enfant de Bethléem, 

qui fais fleurir la terre, 

apprends-nous comment on devient corps !

 

(Francine Corillo, Un livre de prières, Société luthérienne des missions

 

 

 

 

 

Cherche l’étoile

(18 décembre 2017)

 

Cherche l’étoile, en tous, en toi, en moi, en nous, 

cherche l’étoile au sein de la nuit,

au sein des tes craintes les plus secrètes,

de tes rêves les plus fous, 

cherche l’étoile car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, enfouie dans l’obscurité,

cachée comme puits au désert,

comme port en tempête,

comme souffrance en mémoire,

comme appel en silence,

cherche l’étoile, car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, dans les replis profonds

des yeux des enfants livrés à la guerre,

sans matin ni midis, seule la nuit pour vit :

cherche l’étoile dans les yeux

des femmes des chemins creux,

plantés de solitude et glanant le respect;

cherche l’étoile, car elle y est cachée.

 

Cherche l’étoile, semée dans les lieux obscurcis,

découvre la clarté qui y est semée

et fais-la chanter,

car là tout au fond, en nous, en toi en moi,

le Christ y est couché.

Cherche l’étoile car Il y est caché.

 

(Pierre Goldberger, Nos voix unies, no 169)

 

 

 

Bientôt Noël

(11 décembre 2017)

 

Ô mon Dieu, nous sommes en train de prépare Noël : 

nous ouvrons une à une les fenêtres du calendrier d’Avent,

nous pensons aux cadeaux que nous voudrions acheter,

nous préparons nos chants et notre scène 

pour la fête de Noël à l’église.

 

Toi aussi, tu as préparé le premier Noël : 

tu as envoyé les prophètes pour prévenir ton peuple

de l’arrivée de Jésus pour qu’il soit prêt à l’accueillir;

tu as donné un enfant, Jean, à Zacharie et à Élisabeth;

tu as choisi Marie pour être la maman de Jésus,

et Joseph pour leur donner un foyer à tous les deux;

tu as prévenu les mages qui habitent si loin.

 

Au moment où nous allons fêter la naissance de Jésus, 

aide-nous à bien comprendre l’histoire de Noël

et prépare-nous à accueillir Jésus dans notre cœur.

 

(Carol Watson, trad. Sylvette Rat, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)

 

 

 

Tu viens

(4 décembre 2017; début de la saison de l’Avent)

 

Tu viens

déchirer le ciel

de nos illusions factices

ensemencer nos terres arides

aplanir nos chemins de rondes

 

Tu viens

tracer route nouvelle

déraciner de nos vies

les germes de haine

et dévoiler un monde fraternel

 

Tu viens 

porter ton éclat au fort de notre nuit

apporter la fraîcheur de l’aurore 

pour notre terre flétrie

conduire nos pas dans tes sillons d’amour

 

Jésus, Emmanuel

mystérieux visiteur

de toute vie humaine

 

(Édith Wild, Un livre de prières, Société luthérienne des missions

 

 

Prière du matin : « Seigneur, le matin, tu entends ma voix. » (Ps 5,4)

(27 novembre 2017)

 

 Seigneur,

au matin de ce jour que tu me donnes,

j’accepte ce que tu me réserves de surprises,

car j’ai confiance en ton amour qui ne déçoit jamais.

 

Je compte sur toi pour donner toutes mes actions,

les plus simples comme les plus importantes,

tout leur poids d’amour et de mérites.

 

Tu veux mon bonheur,

c’est pour moi certain.

En toi, je mets toute mon espérance.

 

Avec ton aide,

je voudrais bien apporter aussi un peu de bonheur

à toutes les personnes que je rencontrerai aujourd’hui.

Tu le sais, une joie partagée est toujours plus intense.

 

Seigneur,

je reconnais ta présence dans ma vie.

Ta place, elle est toujours là, dans mon cœur.

Te savoir avec moi me donne assurance,

j’attends donc dans la paix ce que j’aurai à vivre aujourd’hui.

 

Reste avec moi, Seigneur,

merci d’avance de m’accompagner tout au long de nouveau jour,

que je te présente comme l’offrande de mon amour.

Amen.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe) 

 

Prière du matin : Tout est neuf

(20 novembre2017)

 

Seigneur,

Je sens, ce matin, que tout est neuf dans ma vie.

En mettant ma main dans la tienne,

je te demande une chose :

s’il me prend l’envie de la retirer

- et tu me connais, ça pourrait arriver -

serre-la bien fort,

serre-la plus fort, ne me lâche pas facilement.

Tu sais que je suis égoïste.

 

Seigneur,

ouvre-moi les yeux,

ouvre-moi surtout le cœur,

pour me faire voir et aimer

tous ceux et celles que tu placeras

à côté de moi aujourd’hui,

et qui ont besoin de mon soutien,

de mon amitié, de mon sourire

et de ma force de quelqu’un qui croit en toi.

 

 

(Adapté de Communauté de Pomeyrol, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)


Prière du matin : Les merveilles de chaque jour

(12 novembre 2017)

 

Mon Dieu de tous les jours

et de toutes les heures,

je te demande une faveur spéciale :

ne me laisse jamais bailler

devant une de tes merveilles !

 

Laisse-moi jouir du miracle de chaque réveil,

du miracle de savoir que je suis encore en vie,

du miracle de respirer,

de marcher et de penser,

du miracle de ton amour

et de ta miséricorde.

 

 

(Eddie Doherty, Un livre de prières, Société luthérienne des missions)


Prière du matin

(5 nov 17)

 

Je te remercie Seigneur, d’avoir veiller sur moi pendant cette nuit et de me donner encore ce nouveau jour pour te servir et pour t’aimer.

Je t’offre toutes mes actions. Puissent-elles contribuer à ta plus grande gloire et au bien de mon prochain !

Plus que tout, tu mérites d’être le premier servi. Au milieu de mes préoccupations je voudrais que tous les instants de cette journée soient remplis de ta présence.

Je t’en prie, Seigneur, préserve des tentations qui pourraient m’éloigner de toi.

Apprends-moi à estimer mon devoir envers toi et envers les autres, à l’accueillir comme l’expression de ta volonté, à l’accueillir comme une louange agréable à ton cœur.

J’accepte d’avance les contrariétés que je pourrais rencontrer durant cette journée. Que dans mes peines et mes déceptions, je me tourne vers ton amour, toujours le même.

Puisse cette journée être remplis de bonheur, de paix de l’âme et du désir de mettre un peu de bonheur dans la vie des autres.

Amen.

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)

 


Complices dans la prière

 

Dieu d’amour et de tendresse, ton fils Jésus a dit : "Je vous le déclare encore, si deux d'entre vous, sur la terre, se mettent d'accord pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux." (Mt 18,19)

Ayant confiance en une si belle promesse, nous « les complices dans la prière », qui sommes des enfants, nous formons une grande famille unie, au-delà des frontières, au-delà des murs et des différences, unie dans un même désir ardent : celui de nous retrouver ensemble par le lien de la foi, pour te retrouver, pour adresser nos demandes, notre louange et notre action de grâce à ton cœur de Père et de Mère céleste.

Savoir que nous ne sommes pas seul-es à te prier nous donne beaucoup d’assurance. Dans la force de notre amitié, nous nous présentons devant toi, en toute simplicité, sachant de manière certaine que tu es toujours prêt à nous accueillir.

Nos demandes nous te les présentons avec la même certitude qu’elles trouveront chez toi une réponse favorable.

Notre action de grâce part d’un même cœur reconnaissant pour t’exprimer notre bonheur de ta présence dans nos vies.

AU milieu de ce monde qui souvent t’oublie, nous voulons, ensemble, par notre foi rayonnante, notre joyeuse espérance et notre amour profond, rappeler que tu toujours le Dieu miséricordieux qui nous appelle et nous attend.

Si nous savons joindre nos mains pour prier, puissions-nous aussi savoir les ouvrir pour partager, tout particulièrement avec ceux et celles qui n’éprouvent plus le besoin de te connaître et de t’aimer.

Seigneur, si nous sommes « les complices dans la prière », nous sommes aussi tes ami-es. Garde-nous sur tes chemins.

Veille sur chacun et chacune de nous jusqu’au jour où tu nous inviteras au dernier rendez-vous de ton amour, pour chanter avec toi la joie de nous retrouver dans ta demeure d’Éternité.

Amen

 

(Adapté de Mon rendez-vous avec le Seigneur, Les Amis de la prière, Saint-Hyacinthe)