Équipe pastorale – 11 février

Sept personnes sont venues à la rencontre.

 

 

A-Bilan des activités qui se sont mises en marche depuis la dernière rencontre :

Cellule Fraternité : Équipe d’accueil constitué; petit guide d’accueil; activités extérieures

Célébration : Dimanches autrement; prédicateurs invités

Éducation : Bonjour Dieu; Études bibliques de Jean Porret

Solidarité :

 

Remue-Méninge (les activités soulignées seront mises sur pied en priorité) :

 

1-Fraternité :

                Retraite, Visite de lieux de culte, raffermir les partenariat, Visites aux malades, aux personnes âgées, « jeunes adultes perdus », Petits déjeuners, Communication régulière, Rapprochement avec Belle-Rivière, « Discerner l’Esprit                Subventions, Repas post-culte.

 

Décisions : Jean-Luc Tremblay personne-pivot de ce secteur

(Équipe d’accueil : Evelyne Sulla, Lucette Grignon-Mercy, Marcel Ngirinshuti, Jeems von Platen, Christophe Bourdaire, Jean-François Hammond, Caroline Jetté)

On ajoute au mandat : la préparation des rafraîchissements après le culte.

Aussi : coordination des activités extérieures par Éliane Fréchette et Charles Olivier

Il faudra faire du recrutement pour l’équipe des visites.

David F. s’occupera des demandes de subventions.

Un repas avec les enfants sera organisé le 18 juin lors du dernier dimanche Bonjour Dieu

 

2-Célébration :

Cultes méditatifs, cultes conjoints et échanges de chaires (Camino, Saint-Luc, Sud-Ouest, Luthériens, M.-C. Manga, Mennonites), Conférences, Prédications dialoguées, Chants du Carême, « Messe » qui prend son temps, Café éphémère, Prières pour les malades, Culte pour les défunts, invitation aux « jeunes », cultes intergénérationnels (Rentrée, Avant Noël, Rameaux),

 

Décisions : David F. demeure responsable du secteur célébration; on prévoit une rencontre par saison avec les prédicateurs certifiés (Robert Jacques, Jean-Luc Tremblay, Jean Porret)

                Il prendra contact avec le pasteur de Saint-Luc pour la Semaine Sainte; et d’autres paroisses pour plus tard

Claire mettra sur pied des répétitions de chants durant le Carême

                On fera du culte de Pâques avec Bonjour Dieu ! une célébration intergénérationnelle.

Un culte méditatif (Taizé) aura lieu en avril lieu le 23 avril (aussi : Jour de la Terre)

Les « dimanches autrement » à venir

Février : Nouveaux membres

                                Mars : Aux saveurs africaines

                                Avril : Style Taizé

                                Mai : Foi et Fierté

Juin : Jeunes/Culte à l’extérieur…

David proposera des soirées de prières pour les malades.

 

3-Éducation :

                Dépliants sur la foi chrétienne, (distribués par IKTUS), Samedi-ressourcement, Jeunes parents et transmission, Parcours Alpha, impliquer Foi et fierté, Événements après cultes (par exemple Dany Croteau, Paula Kline, Richard Chrétien…)

 

Décisions : Robert Jacques personne-pivot de l’équipe Éducation (avec Corinne D., Clarence D., Jean P., Monique M.)

Il se penchera sur l’opportunité d’une rencontre ce printemps.

Il animera un samedi-ressourcement.

David contactera Richard Chrétien du Sac-à-dos

 

4-Solidarité :

                Contacts avec les autres paroisses, Autochtones et autres communautés, les franco-protestants, information/lettre de paroisse, communautés de base, enjeux sociaux (invités), réfugiés/enjeux internationaux, Écoresponsabilité, Mission et service, Souligner les anniversaires, naissance, etc.

Ce secteur est encore en gestation.

On essayera de former un comité vert à l’Assemblée annuelle.

David mettre l’accent sur une feuille d’information régulière. 

On soulignera plus les anniversaires, et autres événements

Les « enjeux sociaux » sont pris en considération par le secteur Éducation.

 

On s’entend unanimement pour que toutes les équipes travaillent sur un « automne réformé ».

 

Une rencontre qui portera là-dessus aura lieu le 13 mai à 10h00 pour un lancement lors du pique-nique à Belle-Rivière le 20 août.


Attaque contre la Grande Mosquée de Québec : une invitation ?

L’attaque meurtrière du 29 janvier contre la Grande mosquée et le Centre islamique de Québec a secoué tout le Québec, et a même eu des échos à bien des endroits sur le globe. Les réactions n’ont pas tardé. Parmi celles rendues publiques, la présidente du Conseil canadien des Églises, la chanoine anglicane Alyson Barnett-Cowan, exprime que toutes les Églises chrétiennes du pays se sentent en deuil, et qu’elles s’engagent « de nouveau à s'opposer à la haine et aux préjugés qui défigurent nos communautés et qui mènent à la violence tant au pays qu'à l'étranger ».

Le Centre canadien pour l'œcuménisme (CCO), quant à lui, dans un communiqué signé de ses représentants Paul Paradis, président du conseil d'administration, et Adriana Bara, directrice générale ou CCO, a condamné cette horrible attaque : « Nous pleurons avec la communauté musulmane et prions pour les victimes et leurs familles.

Nous rejetons la violence, en particulier lorsqu'elle est perpétrée au nom de la religion. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas vivre dans la peur, le désespoir et les préjugés. Nous restons ainsi en solidarité avec tous les groupes qui construisent des ponts de compréhension et de paix par le dialogue interreligieux respectueux et pacifiste. »

Bien d’autres Églises et groupes religieux ont renchérit dans la même veine, nous appelant à la fois à écouter « les angoisses persistantes d’une partie de la population, quant à la disparition d’une société qui aurait été, jadis, plus homogène », à s’engager résolument et ardemment dans le dialogue et à œuvrer ensemble pour « sortir de la peur pour construire le Québec de demain » (Centre Justice et Foi).

Enfin je retiens aussi un texte proposé par l’écrivaine et militante pour une société laïque Djemila Benhabib, critiquant l’attitude des politiciens. « Je me serais attendue à ce que ces rencontres avec les religieux musulmans soient aussi une occasion pour nos politiciens de leur expliquer le sens de la démocratie. La nécessaire distanciation entre le politique et le religieux pour protéger les religions précisément. Le profond respect des femmes. Notre attachement à la liberté d'expression. Notre rejet viscéral de la violence. (…) Ils se sont drapés dans les paroles des religieux. Nous avons assisté à un rare moment d'islamisation de la démocratie en direct. Ils n'ont pas su afficher la hauteur qu’exigent d'eux leurs fonctions. Un politique n'a pas à reprendre les paroles d'un religieux. Car il représente les Québécois dans leur pluralité et leur diversité. Il doit toujours incarner avec dignité sa fonction et ne jamais perdre de vue le sens de la nation et des grands principes démocratiques », écrit-elle.

La pasteure de la paroisse unie Saint-Pierre à Québec, Darla Sloan, quant à elle, ne pouvait bien sûr rester insensible à cette attaque envers ses voisins et s’est dit « consternée » et « profondément désolée » par la tuerie. Elle a participé à une vigile dès le lendemain soir car elle sentait « le besoin de se recueillir ».

« On est avec la communauté musulmane, a-t-elle rappelé. C’est aussi important pour les croyants de dire que religion n’est pas signe de guerre et de conflit et qu’on peut être solidaires les uns des autres. »

« L’unité dans la diversité, c’est le message de ma confession », a ajouté Darla Sloan, en rappelant que l’Église Unie du Canada est elle-même née de la rencontre de trois confessions chrétiennes différentes en 1925.

Nous pleurons certes avec les familles de six victimes de cette tuerie. Notre communauté, celle de la famille de l’église Saint-Jean, peut certes témoigner de la richesse qu’apporte la diversité d’opinions, d’origines et de modes de vie. Elle se veut depuis longtemps ouverte à l’autre et préoccupée à bâtir des relations constructives avec ses voisins. Il y a quelques années, on s’en souviendra, des membres de la communauté soufi y avaient été invités pour y partager un peu de leur foi et comment la vivent-ils. Peut-être une occasion, une invitation, nous est offerte aujourd'hui de reprendre l’initiative de cette découverte mutuelle et de ce cheminement commun.

 

David Fines


Magnifique célébration œcuménique !         « Nous réconcilier : l’amour du Christ nous y presse. »  (2 Corinthiens 5,14-20)

 

                 C’est à un véritable feu de joie, une magnifique communion fraternelle qui a explosé en mille facettes de réjouissances, que nous avons assisté lors de la célébration œcuménique qui s’est déroulée dimanche le 22 janvier dans le cadre de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne sous le thème de la réconciliation. L’esprit y était en effet à la fête et au rapprochement.

Quatre groupes ont participé à la préparation et à l’animation de la cérémonie : les paroisses unies Saint-Jean et Camino de Emaús, IKTUS (l’Association des étudiants chrétiens de l’UQÀM) et l’Église de Jésus Christ à Madagascar notamment avec la prestation remarquée du Chœur Antsa Fitoriana.

Tandis que des lectrices et lecteurs avaient été choisis dans ces communautés pour les différentes parties de la liturgie, Laurent Lafontaine, l’un des fondateurs de IKTUS il y a vingt ans (notamment avec le pasteur de Saint-Jean de l’époque, Denis Fortin) s’est chargé de la prédication.

Cette année, les textes des prières et les choix de lectures nous étaient proposés par un regroupement œcuménique d’Allemagne, par l’entremise du Conseil œcuménique des Églises et du Conseil canadien des Églises.

Parmi les moments particulièrement touchants de la célébration qui servait de point de départ des commémorations du 500e anniversaire de la Réforme protestante, soulignons, en plus des chants offerts par le chœur malgache, le partage de la paix, au début de la cérémonie, ainsi que le partage de la lumière en conclusion.

Un gros gros merci à tous ceux et celles qui ont fait de cette célébration un si beau moment.

Unanimement, c’est une façon de célébrer qu’il faudra répéter… et ce, sans attendre la prochaine semaine de prière pour l’unité en 2018 !

Allez voir les photos dans la galerie des photos !

David Fines

 

 


le mot du pasteur

Célébrer, pour la seule gloire de Dieu…

 

               Tout d’abord, les membres du Conseil de paroisse de l’église unie Saint-Jean, se joignent à moi pour vous souhaiter une excellente année 2017, remplie de Paix et de Joie.

 

 

Après l’Avent et la Nativité, nous avons célébré, dimanche dernier, le 8 janvier, la fête de l’Épiphanie. Cette fête de l’Épiphanie est bien moins suivie dans les Églises occidentales, à cause de l’enflure hypertrophiée qu’a pris Noël au cours de siècles, que dans les Églises orientales qu’elles soient orthodoxes, arméniennes ou byzantines. Peut-être peut-on se rappeler que pendant quatre cent ans, l’Épiphanie était la deuxième plus grande fête chrétienne tout juste après Pâques.

Épiphanie vient du mot grec qui signifie apparition, manifestation. Pour ces Églises orientales, c’est cette manifestation indubitable de Dieu parmi les humains qu’il importe de célébrer. Ainsi, n’hésitent-elles pas à ajouter à la venue des mages, le baptême de Jésus, ainsi que les Noces de Cana, deux autres épisodes où la puissance divine s’est manifestée de façon indéniable.

                À cela s’ajoute une autre sujet de célébration : 2017, c’est l’année du 500e anniversaire de la Réforme, ce gigantesque bouleversement religieux, spirituel, social et politique du 16e siècle, dont sont issues toutes les Églises protestantes. Les célébrations de cet anniversaire sont déjà commencées, notamment en Europe, dans lesquelles l’accent est moins mis sur nos différences que l’apport du protestantisme au christianisme dans son ensemble et aux rapprochements œcuméniques significatifs.

                 Ainsi, pour inaugurer cette année de commémoration, nous commencerons par une grande célébration œcuménique dans le cadre de la Semaine de prières pour l’unité chrétienne, soit le 22 janvier prochain; une cérémonie organisée conjointement entre Saint-Jean et Camino, en partenariat avec IKTUS, le service d’animation biblique et pastorale de l’Université du Québec à Montréal, et avec la participation du Chœur Antsa Fitoriana, de l'église malgache FJKM de Montréal.

               Nous espérons bien que vous viendrez célébrer avec nous !  

 

David Fines

Pasteur

 


Au revoir à Éliane Mathey

                Samedi 19 novembre dernier, à l’église catholique Saint-Albert-le-Grand, nous avons dit un dernier au revoir à Éliane Mathey, membre estimée de la communauté Saint-Jean pendant quarante ans. Une cérémonie à la fois triste et belle, illuminée par la présentation à l’écran de nombreuses œuvres de l’artiste qu’a été Éliane, ainsi que par les chants de la communauté et la musique de Claire Borel et de Jacques Hains. Cette cérémonie œcuménique, aux accents interreligieux, a été co-animée par Michel Cadrin, prêtre, et le pasteur Denis Fortin qui s’est chargée de la prédication.

                Nous nous souviendrons qu’à l’église unie Saint-Jean, Éliane s’était impliquée notamment auprès des enfants dans l’animation des Joyeux dimanches.

                Nos prières accompagnent Robert, son mari, Élise, sa fille, et Jean-Sébastien, le conjoint de celle-ci.

 

                Un grand souci d’Éliane a été l’éducation des enfants dans les pays en développement. Les personnes qui veulent partager son souci peuvent faire un don à la Fondation Gérin-Lajoie : fondationpgl.ca/accueil/


Cérémonie d’alliance du pasteur David Fines

                À quelle belle célébration ont eu droit les 70 personnes rassemblées à l’église Saint-Jean en ce 6 novembre !

                D’abord, une fois n’est pas coutume, c’était une célébration conjointe entre les deux paroisses sœurs, Saint-Jean et Camino de Emaús, préparée avec soin et co-animée par les deux pasteurs David Fines et Rosa Donoso : dans une atmosphère de réjouissance, lectures et prières en français et en espagnol, chants bilingues, communion partagée, et « prédication double » la pasteure de Camino en français et le pasteur de Saint-Jean en espagnol (ce qui en a étonné plusieurs) ! Une expérience qu’il faudra renouveler de l’avis tous.

                À l’intérieur de cette célébration s’est greffée une cérémonie d’alliance entre le pasteur David Fines et la paroisse Saint-Jean animé par le président du Consistoire Laurentien Pierre Goldberger, et agrémentée des bons mots du président de la paroisse Jean-Claude Lalancette qui a surpris tout le monde par ses propos remplis humour; il a offert au nouveau pasteur trois cadeaux : une houlette en branche d’arbre pour guider sa communauté dans le droit chemin, un sablier pour ne pas oublier le temps qui passe et un pagaïe pour traverser les eaux troubles ! En fait toutes les personnes présentes ont été invitées à signer leur nom sur cette pagaïe que David Fines gardera en souvenir.

                 On a souligné la présence de plusieurs invités, notamment le pasteur Richard Bonetto de l’Église presbytérienne et plusieurs représentant membres de l’Église catholique qui étaient venus appuyer le pasteur Fines dans son nouveau ministèreé

                Le tout s’est terminé par un buffet très apprécié et un verre de vin.

 

                Merci à Mirjam Fines-Neuschild pour son leadership musical ainsi qu’aux deux présidents de paroisse Jean-Claude Lalancette et Mayerling Arredondo.


Octobre 2016

 

Notre prière

 

La prière (quotidienne) est un dialogue avec Dieu, une conversation bienfaisante. La prière, communion avec Dieu, est l’un des rituels au cœur de la spiritualité chrétienne. La prière, c’est le silence, l’écoute de Dieu, de même que les paroles que nous lui adressons. Nous pouvons prier seul-e ou en groupe, avec ou sans musique, en ajoutant des gestes ou des expressions artistiques ou cultuelles. Voici une liste de formes de prières tirée de l’enseignement de Jésus.

La louange et l’adoration : Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soir sanctifié…

Une forme de prière dans laquelle nous reconnaissons et exprimons tout ce qu’est notre Dieu, autant sa grandeur et sa puissance que sa bonté et son amour. Elle peut être accompagnée de temps de silence et de contemplation; on y prend conscience de la présence de Dieu et d’exprimer ce qu’on ressent.

L’intercession : Que ton règne vienne; que ta volonté soit faire sur la terre comme au ciel.

Une forme de prière relative au dessein de Dieu pour notre monde et pour l’humanité; Inspiré par son amour nous lui présentons nos voisins, les habitants de notre ville et pays, pour les autres peuples à l’étranger, particulièrement ceux qui souffrent de la guerre, des conflits, des catastrophes naturelles. Nous prions pour la justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit, car c’est cela le Royaume de Dieu.

Les requêtes : Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien.

Dans cette prière nous exprimons à Dieu nos demandes personnelles celles qui nous tiennent à cœur, ainsi que celles de autres; nous avons la confiance que Dieu s’y intéresse, puisque c’est Dieu qui nous a placés dans ce monde. Nous lui faisons part de besoins concrets (nourriture, travail, santé) dans une prière dont l’essence même s’apparente au don de soi, qui va à l’encontre de tout égocentrisme, qui nous rend disponibles aux autres.

La confession : Pardonne-nous nos offenses… mais délivre-nous du mal.

Devant la sainteté de Dieu, je ne peux qu’admettre j’ai tendance à errer; je présente à Dieu mon égoïsme, mon orgueil et le mal que je fais lorsque je les laisse diriger ma vie. J’ai besoin d’être pardonné, d’être transformé, d’être libéré. Dieu me comble de vie nouvelle.

Les actions de grâce

C’est la reconnaissance, vive et vraie, pleine et entière pour tout ce que Dieu fait dans ma vie, dans la vie mon église et dans le monde.

Pourquoi parler de prière aujourd’hui ? Parce que nous croyons au pouvoir de la prière et parce qu’il y un grand de membres de notre paroisse qui ont besoin de l’apport de nos prières :

Josiane et Jean Porret

Marylise Murisier et Jean-Louis Lalonde

Jacques Labadie et sa femme Louise

Faye Wakeling et Pierre Goldberger

Randy Mylyk

Madeleine Descroix

Marc Dunant

Félix Adouayom qui est dans le deuil de sa femme Philomène

 

Et d’autres que nous connaissons et que nous aimons…